Nouvel incident à Fukushima

Durée de lecture : 2 minutes

12 février 2013 / Fukushima Blog


Tepco, le plus grand pollueur du monde depuis mars 2011, continue ses bêtises. Dans une bienveillance incompréhensible de la part de tous les pays du monde, cette entreprise qui aurait dû être mise sous tutelle dès le lendemain de la quadruple catastrophe nucléaire a continué d’exister et est restée entièrement responsable du site nucléaire sans garantir la moindre transparence (1).

Le 7 février 2013, Tepco a admis avoir perdu la veille une partie d’une machine, un grand cylindre permettant de charger et décharger le coeur du réacteur. Cette machine de chargement de combustible de 35 tonnes était tombée dans la piscine de désactivation lors de l’explosion du 14 mars 2011 ; une partie, de 1,5 tonnes, était encore visible et accessible.

Suite à des travaux de déblaiement, le vérin a donc sombré complètement, occasionnant probablement des dégâts supplémentaires.

Voici le rapport de Tepco en anglais, qui dit en gros qu’ils n’ont pas remarqué tout de suite que le vérin était tombé et que ce n’est pas grave, puis une photo de l’intérieur de la piscine montrant une partie de cette machine. Le journal Asahi qui publie cette photo ne dit pas si elle date de 2013 ou si c’est une photo d’archive.

ndlr : IMPORTANT ! La gaine de zirconium constitue de dernier rempart entre le combustible et l’environnement ! La chute d’un objet de 1.5 tonnes peut modifier la géométrie des assemblages et entraîner une reprise de criticité en piscine .

Il faut le rappeller, la caractéristique du réacteur N°3 et de sa piscine c’est qu’il est chargé au MOX soit un combustible qui contient entre 7 à 8 % de plutonium, dont 4 à 5 % fissile, c’est-à-dire essentiellement du Plutonium 239 et à la marge du Pu-241 très instable (demi-vie de 14 ans), le reste étant essentiellement formé par les isotopes 240 (fertile) et 242 (non fissile et très peu fertile).

Le plutonium est beaucoup plus radioactif que l’uranium et avant utilisation, les pastilles de MOX sont plusieurs milliers de fois plus radioactives que celles d’uranium.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Fukushima Blog

Lire aussi : DOSSIER Fukushima

DOSSIER    Fukushima

THEMATIQUE    International
20 janvier 2020
Les activités industrielles causent de plus en plus de séismes
Enquête
20 janvier 2020
Agir localement pour changer l’avenir
Tribune
8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien


Dans les mêmes dossiers       Fukushima



Sur les mêmes thèmes       International