Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info Logo Reporterre
Fermer

Pollutions

Paris bonne élève, Marseille dans le rouge : que font les villes françaises contre la pollution de l’air ?

Le Réseau Action Climat , Greenpeace et Unicef France ont publié mercredi 11 décembre un classement des 12 plus grandes agglomérations françaises sur leurs efforts pour lutter contre la pollution de l’air liée au trafic routier.

En bleu, les villes « en bonne voie », en jaune les villes « timides », et en rouge les villes « en retard ».

Pour établir le classement, les ONG ont passé au crible des enjeux clés : mise en place de zones à faibles émissions (ZFE) et sortie du diesel et de l’essence, politique pour réduire la place de la voiture, aides financières pour changer de mode de transport ou de déplacement, développement du vélo et des transports en commun, et enfin, mesures spécifiques pour un public plus vulnérable, les enfants. Leur conclusion est sans appel : « Aucune des grandes agglomérations françaises ne va aujourd’hui assez loin pour protéger efficacement ses habitant-es de la pollution de l’air ».

Plus précisément :

  • Paris se distingue par sa zone à faibles émissions, déjà opérationnelle sur une partie du territoire métropolitain, avec pour objectif une sortie complète du diesel en 2024 et une sortie de l’essence en 2030. Strasbourg se positionne aussi en ce sens et Grenoble doit encore confirmer son engagement.
  • Lyon et Nantes se démarquent positivement sur certains enjeux (alternatives à la voiture ou protection des enfants), mais sont encore trop timides.
  • Un grand nombre d’agglomérations sont en retard — Lille, Bordeaux, Rennes ou Toulouse — voire très en retard — Montpellier et Nice. Marseille est dans le rouge, que ce soit sur l’abandon du tout-voiture, le développement du vélo, l’offre et l’usage des transports en commun, ou la protection des enfants face à la pollution de l’air.

« [Les] enfants ne font que trop rarement l’objet de mesures spécifiques alors même qu’ils sont les plus vulnérables à la pollution de l’air, et que les habitudes de mobilité se prennent dès l’enfance », a déclaré Jodie Soret, chargée de la campagne « pollution de l’air » pour Unicef France, dans un communiqué.

Pour Sarah Fayolle, chargée de campagne « transports » à Greenpeace France, « la lutte contre la pollution de l’air, dont le trafic routier est largement responsable en ville, et le développement des mobilités durables seront des sujets incontournables de la prochaine échéance électorale [municipale] ».

  • (Télécharger le rapport :
  • Source : Greenpeace, Réseau Action Climat, Unicef
  • Photo : À Marseille. © Maud de Carpentier/Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende