Pierre Rabhi : « Il faut que l’humanité prenne conscience de son inconscience »

Durée de lecture : 1 minute

15 avril 2017 / Entretien avec Pierre Rabhi

Quinze ans après avoir lancé l’appel à l’insurrection des consciences, Pierre Rabhi regarde la campagne présidentielle avec détachement et préfère miser sur la créativité de la société civile pour préparer le futur. ITV video.

Dans un entretien vidéo pour Reporterre, Pierre Rabhi parle de notre monde tel qu’il le voit, gagné par l’obscurantisme et la division, habité par une humanité dont il doute de « l’intelligence ». Il parle de Donald Trump, du Front national - « une idéologie stupide » où il « ne voit pas de bienveillance » -, des religions - « elles auraient dû être les premières écologistes » -, de la lucidité nécessaire à notre époque.

VOIR LA VIDEO

Rabhi Pierre - Pour une convergence des consciences from Reporterre on Vimeo.

  • Propos recueillis par Hervé Kempf, réalisation par plumeStudios

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Pierre Rabhi : « L’écologie interroge notre regard sur la vie »

Réalisation : Reporterre

et plumeStudios,

en partenariat avec le salon Primevère

DOSSIER    Écologie et spiritualité

19 novembre 2019
« Si Julian Assange n’est pas protégé, cela marquera la fin des ­libertés individuelles »
18 novembre 2019
Écolo et anarchiste, une réponse à l’effondrement
19 novembre 2019
Les autochtones brésiliens accusent les multinationales d’incendier l’Amazonie


Dans les mêmes dossiers       Écologie et spiritualité