Faire un don
20686 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
26 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Pollution de l’air au maximum : découvrez en diaporama comment on la mesure

Durée de lecture : 2 minutes

16 décembre 2016 / Lucas Mascarello (Reporterre)

La pollution aux particules fines et au protoxyde d’azote continue sur plusieurs villes de France. A Paris, vendredi 16 décembre, la circulation est de nouveau réduite. Mais qui est en charge de la surveillance de la qualité de l’air ? Des organismes indépendants, tel qu’Airparif pour l’Île-de-France. Plongée en DIAPORAMA dans les coulisses d’une agence qui nous permet de connaître la qualité de l’air que nous respirons.

Comment connaît-on ces valeurs qui permettent de déclencher les alertes à la pollution ?

En France, la surveillance de la qualité de l’air est assurée par des associations indépendantes. Et en Île-de-France, c’est Airparif qui est chargé depuis 1979 de cette mission et de la mise en œuvre des moyens d’analyse. Trente-six ans d’expertise et de savoir-faire qui offrent à l’association un recul congruent sur l’état de l’air en région parisienne.

Pour Pierre-Emmanuel Burg, ingénieur à Airparif, « sur les vingt dernières années, on constate une baisse sur la pollution de fond en Île-de-France ». Certains polluants ne posent plus problème : « Le plomb a été éliminé de l’essence et il y a moins d’industries ». En outre, le niveau de pollution est moins fort que dans d’autres pays.

Peut-on pour autant dire que la qualité de l’air est bonne ? Aussitôt, l’ingénieur d’Airparif modère ce bilan à priori positif et rappelle que les seuils européens sont régulièrement dépassés : « De ce point de vue, il y a un million et demi de Franciliens qui respirent un air qui ne respecte pas la réglementation au niveau des particules. Pour le dioxyde d’azote, émis principalement par le trafic, il y a plus de 9 Parisiens sur 10 qui sont soumis à des niveaux hors-la-loi. »

Et aujourd’hui, le niveau d’information et de recommandation est à nouveau déclenché et la France est encore une fois hors-la-loi. L’alerte fait suite aux épisodes de pollution fréquents en cette saison lorsque les conditions météorologiques ne permettent pas la dispersion des polluants. La dernière était le 23 février dernier quand justement, Airparif nous ouvrait ses portes et nous montrait l’envers du décor. Pas toujours facile à saisir, le travail de ces hommes et ces femmes nous permet pourtant de connaître précisément la qualité de l’air que nous respirons.

Plongée dans les coulisses d’Airparif en DIAPORAMA sonore :


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Ségolène Royal sabre le budget de lutte contre la pollution de l’air

Source et photos : Lucas Mascarello pour Reporterre

Première mise en ligne le 15 juillet 2015.

THEMATIQUE    Pollutions
28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête
6 décembre 2019
Mobilisation contre les retraites : « Le 5 décembre n’est qu’une étape »
Reportage
6 décembre 2019
Géo-ingénierie : « La Terre est une bête incontrôlable. Vouloir la mettre en laisse, c’est chercher des ennuis »
Entretien


Sur les mêmes thèmes       Pollutions





Du même auteur       Lucas Mascarello (Reporterre)