Pour Vinci, les autoroutes favorisent le maraîchage....

Durée de lecture : 2 minutes

2 avril 2013 / Fondation Vinci



Il suffisait d’y penser. Vous voulez développer le maraîchage et l’installation de jeunes agriculteurs ? Construisez une autoroute (ou un aéroport), et sur les marges, vous plantez les haricots... C’est beau comme chez Vinci.


Maraîchage biologique solidaire le long des autoroutes VINCI

Depuis 2009, le Groupe VINCI et la Fondation VINCI se sont engagés dans un partenariat innovant avec le Réseau Cocagne et les pouvoirs publics pour créer un nouvel outil de lutte contre l’exclusion en milieu rural.

Le principe :

Créer des jardins d’insertion professionnelle de maraîchage biologique aux abords des autoroutes du réseau VINCI Autoroutes.

Une expérience à deux volets :
- social, en dotant des territoires ruraux d’un nouvel outil d’insertion pour des publics en difficulté d’emploi,
- et environnemental en valorisant des terrains délaissés en bord d’autoroute par la production de légumes biologiques.

Quatre partenaires :
> VINCI Autoroutes (Cofiroute, Autoroutes du Sud de la France, Escota)
> La Fondation VINCI pour la Cité
> Le Réseau Cocagne qui regroupe 110 chantiers d’insertion de maraîchage biologique en France
> Les pouvoirs publics

Aujourd’hui :

Trois jardins sont en activité sous forme de chantiers d’insertion dans le Centre et en Provence Alpes Côte d’Azur. Ils permettent le retour à l’emploi d’une quinzaine de personnes chacun, bénéficiant d’un accompagnement socio-professionnel individualisé, en contribuant à préserver la biodiversité et à faire revivre les territoires et les traditions.

o Le Jardin de la Voie romaine (Beaune-la-Rolande, 45) : culture et production de légumes biologiques, aux abords de l’A19, vendus sous forme de paniers hebdomadaires à un réseau d’adhérents-consommateurs locaux. L’aire d’autoroute avoisinante représente un nouveau canal potentiel de distribution des produits, et une diversification des parcours d’insertion des salariés (métiers de l’entretien des espaces verts, du nettoyage et de la vente).

o L’Oliveraie conservatoire (Puget-Ville, 83) : plantation et entretien de 27 variétés d’oliviers méconnues ou en déclin, en partenariat avec le Jardin de Cocagne Clarisse Environnement (Toulon), sur les bords de l’A57.

o Verger de mémoire, verger de demain (Le Poët, 05) : culture d’arbres fruitiers en voie de disparition (pommiers, poiriers, pruniers, amandiers) sur des parcelles proches de l’A51, en partenariat avec le Jardin de Cocagne Les Jardins du Buëch (Laragne). Cette exploitation permet la réappropriation de métiers oubliés et de traditions culinaires locales anciennes.

Demain :

Trois nouveaux jardins d’insertion sont à l’étude pour 2012 en Corrèze, Haute-Garonne et dans la Sarthe.






Source : Fondation Vinci

Photo : Nord Eclair

Lire aussi : Le ministère de l’Ecologie couronne la stratégie pour la biodiversité de Vinci

DOSSIER    Autoroutes

3 mars 2021
La première Zad suisse veut faire plier l’industrie du ciment
Reportage
23 février 2021
Comment un traité signé en 1994 plombe la transition écologique
Info
3 mars 2021
Quatre espèces d’arbres sur dix sont menacées de disparition
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Autoroutes