Pour Vinci, les autoroutes favorisent le maraîchage....

Durée de lecture : 2 minutes

2 avril 2013 / Fondation Vinci

Il suffisait d’y penser. Vous voulez développer le maraîchage et l’installation de jeunes agriculteurs ? Construisez une autoroute (ou un aéroport), et sur les marges, vous plantez les haricots... C’est beau comme chez Vinci.


Maraîchage biologique solidaire le long des autoroutes VINCI

Depuis 2009, le Groupe VINCI et la Fondation VINCI se sont engagés dans un partenariat innovant avec le Réseau Cocagne et les pouvoirs publics pour créer un nouvel outil de lutte contre l’exclusion en milieu rural.

Le principe :

Créer des jardins d’insertion professionnelle de maraîchage biologique aux abords des autoroutes du réseau VINCI Autoroutes.

Une expérience à deux volets :
- social, en dotant des territoires ruraux d’un nouvel outil d’insertion pour des publics en difficulté d’emploi,
- et environnemental en valorisant des terrains délaissés en bord d’autoroute par la production de légumes biologiques.

Quatre partenaires :
> VINCI Autoroutes (Cofiroute, Autoroutes du Sud de la France, Escota)
> La Fondation VINCI pour la Cité
> Le Réseau Cocagne qui regroupe 110 chantiers d’insertion de maraîchage biologique en France
> Les pouvoirs publics

Aujourd’hui :

Trois jardins sont en activité sous forme de chantiers d’insertion dans le Centre et en Provence Alpes Côte d’Azur. Ils permettent le retour à l’emploi d’une quinzaine de personnes chacun, bénéficiant d’un accompagnement socio-professionnel individualisé, en contribuant à préserver la biodiversité et à faire revivre les territoires et les traditions.

o Le Jardin de la Voie romaine (Beaune-la-Rolande, 45) : culture et production de légumes biologiques, aux abords de l’A19, vendus sous forme de paniers hebdomadaires à un réseau d’adhérents-consommateurs locaux. L’aire d’autoroute avoisinante représente un nouveau canal potentiel de distribution des produits, et une diversification des parcours d’insertion des salariés (métiers de l’entretien des espaces verts, du nettoyage et de la vente).

o L’Oliveraie conservatoire (Puget-Ville, 83) : plantation et entretien de 27 variétés d’oliviers méconnues ou en déclin, en partenariat avec le Jardin de Cocagne Clarisse Environnement (Toulon), sur les bords de l’A57.

o Verger de mémoire, verger de demain (Le Poët, 05) : culture d’arbres fruitiers en voie de disparition (pommiers, poiriers, pruniers, amandiers) sur des parcelles proches de l’A51, en partenariat avec le Jardin de Cocagne Les Jardins du Buëch (Laragne). Cette exploitation permet la réappropriation de métiers oubliés et de traditions culinaires locales anciennes.

Demain :

Trois nouveaux jardins d’insertion sont à l’étude pour 2012 en Corrèze, Haute-Garonne et dans la Sarthe.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Fondation Vinci

Photo : Nord Eclair

Lire aussi : Le ministère de l’Ecologie couronne la stratégie pour la biodiversité de Vinci

DOSSIER    Autoroutes

15 novembre 2019
Porté par son succès, le vin naturel affirme sa dissidence
15 novembre 2019
« Le maintien de l’ordre vise à terroriser et décourager en infligeant des blessures graves »
16 novembre 2019
Radio Bambou - L’étrange voyage de Bambou… à l’intérieur d’un pain !


Dans les mêmes dossiers       Autoroutes