Pour la première fois, une étude établit le lien entre changement climatique et émergence d’une maladie

Durée de lecture : 4 minutes

18 septembre 2014 / Institut de recherche pour le développement

Des chercheurs viennent d’établir un lien direct entre l’ulcère de Buruli et le changement climatique : cette infection observée en Guyane depuis quarante ans connait ses pics épidémiques lors des épisodes El Niño, de plus en plus fréquents du fait du réchauffement de l’océan Pacifique.

Des chercheurs de l’IRD, de l’université de Bournemouth et du centre hospitalier de Cayenne, viennent d’établir un lien direct entre une maladie émergente en Amérique latine, l’ulcère de Buruli, et le changement climatique.

Leur étude montre en effet une corrélation entre les pics épidémiques de cette infection observés en Guyane française depuis quarante ans et les épisodes pluvieux, dont les perturbations dues à El Niño, de plus en plus fréquentes du fait du réchauffement de l’océan Pacifique. Ces travaux lèvent en partie le voile sur les liens complexes entre évolution du climat et émergence de maladies infectieuses.

De nouvelles maladies

Le changement climatique risque d’affecter la santé humaine, de manière directe ou indirecte. Outre les menaces accrues de tempêtes, inondations, sécheresses et canicules, d’autres risques sanitaires se dessinent. En particulier, des maladies nouvelles apparaissent, causées par un agent infectieux (virus, bactérie, parasite) jusque-là inconnu ou qui évoluent sous l’effet notamment des variations du climat (changement d’hôte, de vecteur, de pathogénicité ou de souche).

Ce sont les maladies infectieuses dites « émergentes » ou « ré-émergentes », comme les leishmanioses, la fièvre du Nil occidental, etc. Celles-ci provoquent, d’après l’OMS (Organisation mondiale de la santé), un tiers des décès dans le monde, les pays en développement en première ligne.

Une relation difficile à établir

Plusieurs paramètres peuvent être à l’origine de cette diffusion accrue des pathogènes et de leurs hôtes (vecteurs, réservoirs, etc.). Le changement climatique modifie les conditions de température et d’humidité des milieux naturels et donc les dynamiques de transmission de ces agents infectieux. Il intervient également sur l’aire de répartition, l’abondance, le comportement, les cycles biologique et les traits d’histoire de vie de ces microbes ou des espèces hôtes associées, changeant les équilibres entre pathogènes, vecteurs ou réservoirs.

Mais tous ces effets demeurent peu expliqués, notamment parce qu’ils exigent une compréhension de l’évolution spatiale ou temporelle sur le long terme des phénomènes. Il est ainsi difficile d’établir un lien direct entre les variations climatiques et l’évolution globale des pathologies infectieuses.

Baisse des pluies rime avec épidémie

Levant en partie le voile sur cette question, une étude de chercheurs de l’IRD et de leurs partenaires montre pour la première fois la relation, sur une période de quarante ans, entre le changement climatique et les épidémies d’une maladie émergente en Amérique latine : l’ulcère de Buruli.

- Les zones marécageuses sont propices à la bactérie responsable de l’ulcère de Buruli, comme ici en Guyane française -

Le réchauffement des températures de surface de l’océan Pacifique tend à augmenter la fréquence des événements El Niño, qui frappe en particulier l’Amérique centrale et du Sud environ tous les cinq à sept ans, provoquant des vagues de sécheresse.

L’équipe de recherche a comparé les changements de pluviométrie dans la région avec l’évolution du nombre de cas d’ulcère de Buruli enregistrés en Guyane française depuis 1969 et a observé leurs corrélations statistiques.

De fait, la réduction des pluies et de leurs écoulements entraîne la multiplication de zones d’eaux stagnantes résiduelles, où prolifère la bactérie responsable, Mycobacterium ulcerans. La plus grande accessibilité des habitats marécageux qui en résulte facilite leur fréquentation par les humains (pêche, chasse, etc.) et intensifie ainsi leur exposition au micro-organisme persistant dans ce type d’environnement aquatique. Ce résultat, publié dans Emerging Microbes and Infections - Nature, a été rendu possible grâce à des séries temporelles de données au long terme.

Au regard des conditions pluviométriques de ces dernières années, les chercheurs craignent une possible recrudescence de cas d’ulcère de Buruli dans la région. Au-delà d’une amélioration de la prévision du risque épidémique, ces travaux soulignent la nécessité de prendre en compte un ensemble de paramètres et leurs interactions.

Contrairement à l’idée admise, moins de pluies ne signifie pas à coup sûr une baisse de la prévalence de maladies infectieuses comme le montre cet exemple. De même, le réchauffement atmosphérique attendu pourrait offrir des conditions de température impropres au cycle de développement de certains agents pathogènes, comme pour le paludisme en Afrique.


- Référence : Complex temporal climate signals drive the emergence of human water-borne disease, A. Morris, R.E. Gozlan, H. Hassani, D. Andreou, P. Couppié, J-F Guégan, Emerging Microbes & Infections - Nature, 2014.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : IRD (Institut de Recherche pour le Développement)

Lire aussi : Changement climatique : les victimes témoignent

THEMATIQUE    Climat Santé
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
18 septembre 2019
Les travailleurs sous-traitants du nucléaire en grève car « la sécurité se dégrade »
Entretien
19 septembre 2019
En France, une sécheresse qui n’en finit pas
Info


Sur les mêmes thèmes       Climat Santé