« Pour les Grenoblois, l’écologie est la force politique qui sert l’intérêt général »

Durée de lecture : 3 minutes

29 mars 2014 / Entretien avec Eric Piolle

En prenant la tête dans la grande ville de Grenoble lors du premier tour des élections municipales, Eric Piolle pourrait faire basculer cette ville symbole dans le chemin d’une politique écologiste. Il a accordé une interview en exclusivité à Reporterre.

{}
Eric Piolle est l’une des principales surprises des élections municipales. Le leader de la liste écolo-citoyenne-de gauche à Grenoble est bien placé pour emporter dimanche la ville alpine. Malgré cette notoriété soudaine, Eric Piolle s’est fait plutôt discret, accordant peu d’entretiens. Entre son dernier meeting de campagne et une énième virée à vélo dans la ville à la rencontre des citoyens, il a choisi de parler au « quotidien de l’écologie ».

Reporterre - Comment expliquer le succès de votre liste de rassemblement autour de l’écologie ?

Eric Piolle - Il y a à Grenoble une vraie tradition politique de l’écologie. Depuis 1977, les écologistes sont indépendants à chaque élection, ils partent toujours en autonomes. Et nous réalisons de bons scores : 22 % aux élections municipales de 2008, 26 % aux régionales de 2010, 29 % aux européennes en 2009… Ce résultat est le fruit du travail de tous ces gens qui ont fait vivre l’écologie politique depuis des années. L’importance du tissu associatif qui travaille sur les questions de l’écologie en est la preuve.

Cette société civile est largement représentée dans votre liste. L’union avec le monde associatif et avec le Parti de gauche est-elle la garantie d’une alternative à gauche ?

Les Grenoblois ont été marqués par les années durant lesquelles Alain Carignon était maire. Les écologistes ont beaucoup bataillé pour dénoncer le système corruptif qu’il avait mis en place. Et puis la majorité socialiste est arrivée, elle a fini par croire, avec le temps, que la ville lui appartenait. En construisant ce côté propriétaire, la municipalité sortante s’est détournée des habitants. Aujourd’hui, pour les Grenoblois, l’écologie est la force politique qui sert l’intérêt général.

Comprenez-vous le choix des socialistes de ne pas vous rejoindre sur la liste ?

C’est le choix d’un homme, Jérôme Safar, ou de deux, avec Michel Destot, le maire sortant. Son équipe proche voulait nous rejoindre. Nous, on a dit depuis le début que l’on voulait construire une nouvelle majorité. Le maintien de la liste de M. Safar nourrit le risque que la ville repasse à droite, avec une liste dans laquelle on retrouve Carignon… Pourtant, Grenoble est une ville ancrée à gauche. Ici, le FN n’a fait que 12 % au premier tour des municipales.

Sur quoi comptez-vous convaincre les derniers électeurs d’ici dimanche ?

Sur la relation que nous leur proposons. Il faut renouer avec la démocratie. Je veux remettre l’élu au service des habitants, le placer au milieu d’eux. Nous proposons de construire une ville à taille humaine, basée sur la diversité des talents et des compétences. Grenoble est surtout connu pour le CEA [Commissariat à l’énergie atomique] et les hautes technologies. Le potentiel de la ville est bien plus grand que ça.

- Propos recueillis par Barnabé Binctin


Complément d’info : Eric Piolle a été frappé vendredi soir par un homme qui l’a fait chuter à terre. M. Piolle était seul à vélo rue de Stalingrad à Grenoble vers 22H50 quand une camionnette blanche à ralenti à sa hauteur, raconte l’AFP. Le passager de la camionnette lui a alors asséné un coup de pied, le faisant chuter à terre. Le cycliste n’a pas été blessé.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Barnabé Binctin, pour Reporterre.

Photo : lopinion.fr.

THEMATIQUE    Politique
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
17 septembre 2019
Huit trucs pour se passer de téléphone portable
Tribune
16 septembre 2019
Le capitalisme nous conduit au désastre
Tribune


Sur les mêmes thèmes       Politique





Du même auteur       Entretien avec Eric Piolle