Reporterre sur France Inter : le Gulf Stream se ralentit - mais pourquoi ?

Durée de lecture : 2 minutes

11 octobre 2016 / par kempf

- Lundi 10 octobre 2016 - Depuis une trentaine d’années, les climatologues analysent le possible ralentissement du grand courant océanique qui parcourt la planète en profondeur, entre l’Atlantique (où le Gulf stream, qui assure un climat doux à l’Europe, en constitue une branche), et le Pacifique. Un courant profond qui fait le tour de la planète en... plus de mille ans. Ce ralentissement serait lié au changement climatique. L’explication dominante jusque là : en provoquant la déglaciation et l’augmentation des précipitations, le réchauffement entrainerait un afflux d’eau froide et moins saline.

De fait, un ralentissement du courant atlantique est observé depuis 2004. Mais une nouvelle explication tend à s’imposer ; ce n’est pas la variation de salinité et d’eau fraîche qui causerait le phénomène, mais la chaleur atmosphérique. C’est le sens d’une étude dirigée par Katryn Kelly, de l’université de Washington, qui vient d’être publié dans Geophysical research letters.

Écouter ici :

- La Science de l’environnement, dans « La Tête au carré », avec Reporterre, animé par Matthieu Vidard avec Hervé Kempf, et Pierrick Penven, de l’Institut de recherche sur le développement.

- Image : NASA


Reporterre, tous les lundi à 14 h 05 sur France Inter, dans l’émission « La Tête au carré », animée par Mathieu Vidard.

« L’actualité de toutes les sciences dans tous les domaines de la recherche.
Éclectisme, vulgarisation et pédagogie, sciences dures du vivant ou humaines : Mathieu Vidard s’intéresse à toutes les observations et les expérimentations du monde par le biais des sciences. »

À écouter sur France Inter, dont voici la carte des fréquences FM, selon le lieu où vous habitez.




Documents disponibles

  Sans titre
DOSSIER    Eau, mers et océans

THEMATIQUE    Climat
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
13 septembre 2019
Train de nuit : le réveil se fait attendre
Enquête
13 septembre 2019
La Nuit des ours, un moment de grâce et de frissons
Chronique


Dans les mêmes dossiers       Eau, mers et océans



Sur les mêmes thèmes       Climat



Du même auteur       kempf