Sciences-Po Paris est occupé par ses étudiants

Durée de lecture : 2 minutes

18 avril 2018

Les étudiants de Sciences Po Paris ont lancé ce matin mercredi 18 avril l’occupation de l’antenne principale de l’Institut d’Études Politiques, sise rue Saint-Guillaume, dans le 7e arrondissement. Une assemblée générale le 17 avril avait acté l’occupation reconductible de l’école.

L’action s’inscrit dans le mouvement étudiant actuel contre la sélection à l’entrée de l’université, et demande comme les autres le retrait de la loi ORE. Toutefois, le caractère sélectif de Sciences Po – dont les étudiants sont triés sur le volet par un concours d’entrée rigoureux – conduit les occupants à remettre en cause les fondements de leur propre établissement. Ils s’en expliquent dans un communiqué, daté d’aujourd’hui et publié sous le nom "Sciences Po en lutte" :

« En tant qu’étudiant.e.s à Sciences Po, certaine.s diront que nous n’avons pas notre mot à dire dans le mouvement social étudiant actuel contre la sélection, puisque notre école est par essence sélective : nous estimons que notre école sert de laboratoire aux politiques d’éducation néolibérales et racistes telles que celles orchestrées aujourd’hui par le gouvernement. »

Aussi, sur le modèle des autres occupations en cours, les étudiants revendiquent un espace d’expérimentation dans la production des savoirs : « Nous occupons Sciences Po contre leurs contrôles et leurs caméras, et avec notre désir de faire de notre école un lieu de rencontre et d’émancipation ; contre leur néo-management, nous affirmons l’entraide, la solidarité, l’autogestion et la lutte concrète et efficace contre toutes les formes d’oppression. »

Autre particularité de l’école : Macron en vient. Ce qui ne manque pas de susciter l’ironie des occupants : « Nous occupons Sciences Po parce que Macron en est sorti, et que nous ne voulons pas finir comme lui. »

Source : Maxime Lerolle pour Reporterre



Lire aussi : La Commune libre de Tolbiac prospère joyeusement


28 janvier 2020
Un plan pour « sauver l’océan » en dix ans
Lire sur reporterre.net
28 janvier 2020
Le ministre de l’Agriculture annonce la fin du broyage des poussins et de la castration des porcelets
Lire sur reporterre.net
28 janvier 2020
5G : L’Anses alerte sur le manque de données pour évaluer les effets sanitaires des ondes
Lire sur reporterre.net
27 janvier 2020
Un rapport fustige la stratégie du maintien de l’ordre lors du un an des Gilets jaunes
Lire sur reporterre.net
27 janvier 2020
Plus de 300 employés d’Amazon critiquent publiquement le bilan environnemental de leur entreprise
Lire sur reporterre.net
27 janvier 2020
Le gouvernement abandonne la grenade Gli F4 au profit d’une autre grenade elle aussi dangereuse
Lire sur reporterre.net
23 janvier 2020
Le gendarme du nucléaire réclame plus de « rigueur industrielle » aux acteurs de la filière
Lire sur reporterre.net
23 janvier 2020
Des parlementaires, des écologistes et des syndicalistes réagissent à la menace d’une privatisation de l’ONF
Lire sur reporterre.net
23 janvier 2020
Tempête Gloria : les Pyrénées-Orientales et l’Aude en vigilance rouge inondations
Lire sur reporterre.net
22 janvier 2020
Un Code de la liberté de la presse pour la police
Lire sur reporterre.net
22 janvier 2020
EDF a proposé une liste de 14 réacteurs nucléaires à démanteler avant 2035
Lire sur reporterre.net
21 janvier 2020
La France baisse ses ambitions de réduction des émissions de gaz à effet de serre
Lire sur reporterre.net
21 janvier 2020
À Paris, des enfants contre les voitures
Lire sur reporterre.net
20 janvier 2020
Pour créer une réserve pour les tigres, des communautés indiennes sont expulsées de leurs terres
Lire sur reporterre.net
20 janvier 2020
Rapport Oxfam : Les milliardaires français plus ultra-riches que jamais
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Pédagogie Education
8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien
28 janvier 2020
En Islande, chronique d’un village bouleversé par une éruption volcanique
À découvrir
27 janvier 2020
Une commune bretonne impose l’agriculture bio et paysanne à 400 propriétaires
Alternative


Sur les mêmes thèmes       Pédagogie Education