Sciences-Po Paris est occupé par ses étudiants

Durée de lecture : 2 minutes

18 avril 2018

Les étudiants de Sciences Po Paris ont lancé ce matin mercredi 18 avril l’occupation de l’antenne principale de l’Institut d’Études Politiques, sise rue Saint-Guillaume, dans le 7e arrondissement. Une assemblée générale le 17 avril avait acté l’occupation reconductible de l’école.

L’action s’inscrit dans le mouvement étudiant actuel contre la sélection à l’entrée de l’université, et demande comme les autres le retrait de la loi ORE. Toutefois, le caractère sélectif de Sciences Po – dont les étudiants sont triés sur le volet par un concours d’entrée rigoureux – conduit les occupants à remettre en cause les fondements de leur propre établissement. Ils s’en expliquent dans un communiqué, daté d’aujourd’hui et publié sous le nom "Sciences Po en lutte" :

« En tant qu’étudiant.e.s à Sciences Po, certaine.s diront que nous n’avons pas notre mot à dire dans le mouvement social étudiant actuel contre la sélection, puisque notre école est par essence sélective : nous estimons que notre école sert de laboratoire aux politiques d’éducation néolibérales et racistes telles que celles orchestrées aujourd’hui par le gouvernement. »

Aussi, sur le modèle des autres occupations en cours, les étudiants revendiquent un espace d’expérimentation dans la production des savoirs : « Nous occupons Sciences Po contre leurs contrôles et leurs caméras, et avec notre désir de faire de notre école un lieu de rencontre et d’émancipation ; contre leur néo-management, nous affirmons l’entraide, la solidarité, l’autogestion et la lutte concrète et efficace contre toutes les formes d’oppression. »

Autre particularité de l’école : Macron en vient. Ce qui ne manque pas de susciter l’ironie des occupants : « Nous occupons Sciences Po parce que Macron en est sorti, et que nous ne voulons pas finir comme lui. »

Source : Maxime Lerolle pour Reporterre



Lire aussi : La Commune libre de Tolbiac prospère joyeusement


18 septembre 2019
Feux de forêt : Human Rights Watch accuse le gouvernement brésilien de laisser faire les « réseaux criminels »
Lire sur reporterre.net
18 septembre 2019
Une étude montre la perte vertigineuse des glaciers andins
Lire sur reporterre.net
18 septembre 2019
48 heures de garde à vue pour avoir fabriqué un homard géant
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2019
Les vifs incendies en Indonésie enfument la Malaisie et tuent les éléphants
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2019
Bercy veut supprimer 1.700 postes au ministère de l’Écologie en 2020
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2019
Mobilisation contre le projet de blanchisserie nucléaire de Joinville
Lire sur reporterre.net
16 septembre 2019
À Lyon, les « décrocheurs » de portraits de Macron ont été relaxés
Lire sur reporterre.net
13 septembre 2019
Mort de Steve : « Les mesures prises par le commissaire divisionnaire ont manqué de discernement »
Lire sur reporterre.net
13 septembre 2019
Deux écologistes assassinés au Honduras
Lire sur reporterre.net
12 septembre 2019
La loi énergie - climat définitivement adoptée, des ONG déçues
Lire sur reporterre.net
12 septembre 2019
À Besançon, mobilisation pour soutenir deux journalistes injustement accusés
Lire sur reporterre.net
11 septembre 2019
Pont sur la Loire : déboisement en cours, des opposants face aux machines
Lire sur reporterre.net
11 septembre 2019
De nombreux soutiens au procès parisien des « décrocheurs » de portrait de Macron
Lire sur reporterre.net
10 septembre 2019
Le Val-de-Marne, premier département à prendre un arrêté antipesticides
Lire sur reporterre.net
10 septembre 2019
Des écoféministes décrochent un portrait de Macron
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Pédagogie Education
17 septembre 2019
Dans les forêts du Morvan, l’État refuse d’encadrer les coupes rases
Enquête
18 septembre 2019
Les travailleurs sous-traitants du nucléaire en grève car « la sécurité se dégrade »
Entretien
17 septembre 2019
Huit trucs pour se passer de téléphone portable
Tribune


Sur les mêmes thèmes       Pédagogie Education