Sécheresses et inondations, annonce le GIEC

Durée de lecture : 3 minutes

29 mars 2012 / AFP


Des vagues de chaleur plus fréquentes, des sécheresses plus marquées et dans certaines régions des pluies plus violentes : avec le réchauffement, la planète doit se préparer à une intensification des épisodes météorologiques extrêmes, rappellent les experts du climat.

Le principal message du rapport publié mercredi 28 mars par le Giec [Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat] est que nous en savons assez pour prendre les bonnes décisions sur la façon de gérer les risques de catastrophes liées au climat, selon Chris Field, l’un des responsables du groupe d’experts de référence sur le changement climatique.

Ce rapport de 592 pages, dont les conclusions majeures avaient été publiées en novembre, est la synthèse la plus complète à ce jour pour mieux explorer les liens pouvant exister entre le réchauffement de la température globale liée aux émissions de gaz à effet de serre (GES) et les événements météorologiques comme les cyclones, les pics de chaleur, les sécheresses ou les submersions.

Selon le Giec, des signes montrent que le changement climatique a provoqué des modifications dans certains épisodes extrêmes depuis 50 ans et les modèles numériques prévoient une intensification lors des prochaines décennies.

A l’avenir, il est probable que la durée et le nombre de vagues de chaleur vont s’accroître dans beaucoup de régions du globe, selon les scientifiques.

De même, ils s’attendent à une fréquence plus élevée des épisodes de fortes pluies, en particulier dans les hautes latitudes et les régions tropicales.

Les sécheresses, elles aussi, devraient être plus longues et plus intenses dans certaines régions, notamment en Europe du sud et sur le pourtour méditerranéen mais aussi dans le centre de l’Amérique du Nord.

Il y a un risque presque partout, dans les régions développées comme dans les régions en développement, dans les zones où il y a un problème d’excès d’eau comme dans celles où il y a un problème d’insuffisance, a souligné lors d’une téléconférence Chris Field.

Mais le rapport distingue des régions particulièrement vulnérables, ajoute-t-il, citant les grandes villes des pays en développement, les zones côtières ou les petits Etats insulaires.

Le rapport évoque ainsi la vulnérabilité d’une ville comme Bombay dont certaines parties pourraient devenir à terme inhabitables.

Le monde va devoir s’adapter et réduire (ses émissions de GES) si nous voulons faire face au changement climatique, a rappelé l’Indien Rajendra Pachauri, président du Giec.

Ce rapport spécifique, s’appuyant sur plus d’un millier d’études déjà publiées, contribuera au prochain grand rapport du Giec attendu pour 2013-2014 (le dernier datant de 2007).

La revue Nature Climate Change a publié lundi 26 mars une étude de deux chercheurs du Potsdam Institute établissant aussi des liens entre le réchauffement et certains épisodes météorologiques extrêmes survenus lors de la dernière décennie.

Concernant les vagues de chaleur, plusieurs études récentes indiquent que beaucoup, possiblement la plus grande partie, ne se seraient pas produites sans le réchauffement, estiment Dim Coumou et Stefan Rahmstorf.

De même, des épisodes pluvieux extrêmes peuvent être attribués au réchauffement, selon ces chercheurs, plus prudents au sujet des ouragans.

Outre les conséquences en termes de mortalité et de déplacements des populations, cette multiplication probable des épisodes extrêmes aura aussi un important impact économique, rappelle le Giec.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Romandie.com

Photo : zegreenweb

Lire aussi : La sécheresse s’étend en Europe

20 septembre 2019
La fonte accélérée des glaces fait monter les océans plus vite que prévu
Info
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
20 septembre 2019
Philippe Martinez : « Avec les écologistes, on se parle ; ce n’était pas le cas avant »
Entretien