Ségolène Royal est en passe de céder au lobby publicitaire

Durée de lecture : 3 minutes

3 septembre 2015 / Barnabé Binctin (Reporterre)

Ségolène Royal va-t-elle prendre le parti des publicitaires ? Le projet de décret sur l’affichage publicitaire qui sera présenté jeudi 3 septembre au ministère de l’Ecologie, leur donnerait toute liberté et favoriserait encore les écrans vidéos publicitaires qui gaspillent l’énergie.


Depuis le 13 juillet 2015 et l’entrée en vigueur du décret du 30 janvier 2012 d’application de la loi dite Grenelle 2, la surface autorisée aux panneaux publicitaires n’est plus de 16 m2, mais de 12. Sauf que de très nombreux panneaux ne respectent pas cette nouvelle règle. Combien précisément ? « Personne ne sait, il n’y a pas de chiffres officiels », regrette Pierre-Jean Delahousse, président de l’association Paysages de France, qui estime à 80 % le nombre d’affichages maintenant illégaux. « C’était l’une des rares avancées du Grenelle, qui devait amener à une diminution progressive de l’affichage publicitaire. »

Mais celle-ci ne devrait pas avoir lieu : en modifiant la méthode de calcul de la surface, un projet de décret sur l’affichage publicitaire annule de fait ces infractions. Le 12 m2 en question ne devrait plus désormais concerner que la taille de l’affiche, là où historiquement, depuis la loi de 1979 qui régit l’affichage publicitaire en France, la surface de l’affichage a toujours été calculé en tenant compte du dispositif qui l’entoure (panneau, cadre, etc.).

« Un principe qui n’avait jamais été remis en cause, s’insurge Pierre-Jean Delahousse. Or, le mode de calcul a une définition très précise à l’article L-581-3 du Code de l’environnement, je ne crois pas qu’un décret puisse aller à l’encontre de la loi… »

Résultat, la majorité des panneaux publicitaires visés par le Grenelle resteraient donc dans les normes avec ce nouveau mode de calcul. Pis, le projet de décret ouvre également la voie à l’implantation de panneaux sur pied de 12m2 dans les communes de moins de 10 000 habitants (et non membres d’unités urbaines de 100 000 habitants), interdits jusque-là par la même loi de 1979.

Une porte ouverte aux écrans vidéos publicitaires

Enfin, le projet de décret doit également favoriser le développement des écrans vidéos publicitaires, sources de gaspillage énergétique rappelle de son côté France Nature Environnement.

« Dans ce décret, il n’y a que des mesures favorables aux afficheurs, et derrière le ministère de l’Ecologie, il y a Bercy, cela ne fait aucune illusion », estime le président de Paysages de France. « Notre marge de négociation paraît bien maigre », confirme Thomas Bourgemot, de l’association Résistance à l’agression publicitaire. Ces associations participeront ce jeudi 3 septembre à la réunion organisée par le ministère de l’Ecologie.

Ces militants « anti-pub’ » rappellent depuis des années que « plus on a de grands panneaux, plus il y a d’impact sur le paysage et sur les citoyens, et moins on est libre de recevoir le message ». Et posent une question dérangeante : « Pourquoi l’affichage commercial pourrait-il bénéficier de tailles beaucoup plus grandes que l’affichage associatif et politique, limité à 2m2 ? »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Pour la 56e fois, la justice sanctionne la publicité illégale

Source : Barnabé Binctin pour Reporterre

Photos :
. Panneau : Flickr (jean-louis Zimmermann/CC)
. Metro : Flickr (Gilles Klein/CC)

THEMATIQUE    Économie
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
19 septembre 2019
En France, une sécheresse qui n’en finit pas
Info
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête


Sur les mêmes thèmes       Économie





Du même auteur       Barnabé Binctin (Reporterre)