Soutenir la liberté, soutenir l’écologie, soutenir Reporterre

Durée de lecture : 3 minutes

27 décembre 2017 / Hervé Kempf (Reporterre)

Reporterre poursuit sa campagne de soutien. L’information libre sur l’écologie, qui est le sujet capital de ce temps, dépend de vous.

Hervé Kempf est rédacteur en chef de Reporterre.


Dix ans ! Cela fait dix ans que l’aventure de Reporterre se poursuit. Car c’est en 2007 qu’est né le site du quotidien de l’écologie. Son but : montrer comment crise écologique et crise sociale se conjuguent. Il a d’abord été tout petit, puis il a grandi, s’est renforcé en 2013 en formant une association, La Pile (L’association pour la presse indépendante, libre et écologique), et en se professionnalisant pour être un vrai outil d’information.

Et le succès est là : vous êtes plus de 16.000 à nous lire chaque jour, 21.000 à être abonnés à la lettre d’information, 40.000 à suivre notre compte twitter, et 99.000 à nous dire « j’aime » sur Facebook. Une force qui compte, qui soutient notre ligne rédactionnelle et cette conviction partagée par de plus en plus de nos concitoyens : la dégradation rapide de l’écologie planétaire est LE problème politique de ce début du XXIe siècle. Et pour faire face à cet immense défi, une arme vitale est l’information, une information libre, exacte, pertinente, active.

Elle est d’autant plus nécessaire que la très grande majorité des médias qui influencent l’opinion publique appartiennent à des puissances financières, pour qui l’enjeu est de maintenir à tout prix la croissance économique et leur position privilégiée, au mépris de la santé de la planète et de la justice.

Nous dépendons à 68 % des dons des lecteurs (voir le budget ici), ce qui est la meilleure garantie d’indépendance. Ou plutôt, nous dépendons de vous. Il ne s’agit pas seulement de soutenir Reporterre, mais aussi de permettre à d’autres, puisque le quotidien de l’écologie est en accès libre, de s’informer sur les grands sujets de l’environnement et de devenir, eux aussi, des acteurs du changement indispensable.

Reporterre fourmille de projets : des enquêtes toujours plus approfondies (nous lançons aujourd’hui une enquête en cinq volets sur l’éolien, et allons bientôt publier une enquête sur les vaccins), des reportages d’espoir et de vie (comme à Bure ou en Bretagne), des entretiens de fond pour réfléchir et comprendre (comme avec Nicolas Hulot ou Bruno Latour). Et aussi plus de reportages vidéos, le lancement des Amis de Reporterre, et une grande soirée le 15 janvier 2018 à la Maison des métallos, à Paris.

Nous avons besoin de vous pour tout cela, qui n’est pas facile. Nos budgets sont beaucoup plus serrés que nos ambitions : on vit dans la sobriété, c’est bien, mais il nous faut les moyens de faire toujours mieux passer l’information sur le sujet capital de ce temps. Avec vous, c’est possible. Merci par avance. Et pour faire avancer au mieux cette cause, l’idéal est de nous soutenir par un virement mensuel, qui nous permet de voir plus loin.

Avec le paiement par carte bancaire, si vous êtes imposable, vous pouvez défiscaliser votre don à hauteur de 66 %. Ainsi un don mensuel de 10 € ne coûte réellement que 41 € par an.

D’avance, merci, et pour soutenir, c’est ici.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Je soutiens l’information libre et l’écologie

Première mise en ligne le 27 novembre 2017.

14 novembre 2019
Une épicerie gratuite pour les étudiants qui ne mangent pas à leur faim
13 novembre 2019
Angélique Huguin : « Je continue de lutter parce que c’est une manière de rester debout »
13 novembre 2019
EN VIDÉO - Contre le déclin des oiseaux, les naturalistes misent sur le baguage




Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)