Troquer le charbon pour la biomasse, la mauvaise idée du gouvernement

29 octobre 2018 / Sylvain Angerand et Cécile Marchand

Le gouvernement s’est engagé à ce que plus aucune centrale à charbon ne fonctionne en France d’ici à 2022. Or, expliquent les auteurs de cette tribune, la tentation est forte de choisir la voie de la biomasse, une décision aux conséquences catastrophiques pour le climat et les forêts.

Sylvain Angerand et Cécile Marchand sont membres des Amis de la Terre.


En 2022, le gouvernement s’est engagé à arrêter l’utilisation de charbon en France. Mais que faire des dernières centrales à charbon en fonctionnement : faut-il les fermer ou les reconvertir en centrales à biomasse ?

Pour se faire une idée de ce qui est en jeu, il suffit de regarder ce qu’il s’est passé de l’autre côté de la Manche : dans le sud de l’Angleterre, la conversion de la centrale à charbon de Drax en centrale à biomasse est révélatrice des problèmes que pose ce type de projet. Son approvisionnement nécessite chaque année 13 millions de tonnes de bois soit, à elle seule, 120 % de la production totale de bois du Royaume-Uni. En quelques années, le Royaume-Uni a ainsi massivement augmenté ses importations de bois, notamment en provenance des États-Unis, alimentant une très forte destruction des forêts naturelles de la côte Est.

Dans le Sud de la France, c’est la reconversion de la centrale à charbon de Gardanne (Bouches-du-Rhône), annoncée en 2011, qui inquiète. Ce projet, vivement contesté, connaît des difficultés mais plutôt que de tirer des leçons de cet échec, le gouvernement laisse la porte ouverte à la conversion d’autres centrales à charbon. Et en particulier, les deux dernières centrales exploitées par EDF, l’une à Cordemais (en Loire-Atlantique, près de Nantes) et l’autre au Havre (Seine-Maritime). Les fiefs respectifs de François de Rugy et d’Édouard Philippe. Alors que Nicolas Hulot s’était montré très ferme sur le sujet en déclarant à l’Assemblée nationale qu’une reconversion en centrale à biomasse n’était pas une option [1] car cela entraînerait une « déforestation massive », sa démission a redonné de l’espoir aux partisans d’une reconversion.

La centrale à charbon d’EDF du Havre, en 2013.

Depuis quelques semaines, le gouvernement souffle ainsi le chaud et le froid sur ce dossier qui pourrait bien avoir des conséquences catastrophiques pour le climat et les forêts. Dernier exemple en date : le 18 octobre, le nouveau ministre de l’Écologie a réuni les élus locaux en colère pour finalement leur annoncer qu’il donnait son feu vert pour poursuivre les expérimentations sur la biomasse à la centrale de Cordemais. On ne parle pas ici de lobby mais d’absence de courage politique car dans tous les ministères, et au plus haut niveau de l’État, tout le monde s’accorde à dire que le projet est insensé [2].

Dans toute cette histoire, l’attitude du gouvernement ne fait qu’empirer la situation 

D’abord parce que les volumes de bois qui seraient nécessaires sont colossaux : jusqu’à six millions de tonnes par an ! Dans son étude d’impact, EDF reconnaît que cela impliquerait des convois de camions sur l’ensemble de la façade atlantique, de la Haute-Normandie au Pays basque. Conscient du risque d’être accusé de déforestation, EDF explique vouloir utiliser prioritairement des déchets de bois aujourd’hui non valorisés. L’entreprise a même construit un prototype pour faire des tests. Sauf qu’EDF sait parfaitement que le passage à l’échelle industrielle est impossible car les granulés de bois ainsi produits contiennent de nombreuses impuretés et leur utilisation intensive conduirait rapidement à une dégradation des installations. La seule option : utiliser du bois issu directement de forêts. Mais que ce bois provienne des forêts françaises ou qu’il soit importé, la bêtise est la même. Cela revient à accroître l’industrialisation des forêts, l’érosion de la biodiversité et à rejeter des quantités massives de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

Brûler des arbres au moment même où nous avons le plus besoin d’avoir des forêts vivantes, capables de stocker du carbone est le meilleur moyen de franchir des seuils d’emballement climatique irréversibles.

Dangereux pour le climat et les forêts, le projet de reconversion de la centrale de Cordemais ne permet pas non plus de maintenir les emplois existants : EDF reconnaît que plus de la moitié des emplois directs seraient supprimés. À moyen terme, si le projet tourne au fiasco industriel, c’est l’ensemble du site qui est condamné.

Même au sein d’EDF, le projet ne fait pas consensus. Lâcher sur les centrales à charbon pour rendre plus difficile la fermeture de réacteurs nucléaires serait un excellent « deal ». Prolonger de quelques années la durée de vie des centrales à charbon en mettant un peu de biomasse serait la cerise sur le gâteau.

Dans toute cette histoire, l’attitude du gouvernement ne fait qu’empirer la situation. Décaler la sortie du charbon en acceptant ce projet de reconversion en trompe-l’œil risquerait de décrédibiliser lourdement le président Macron sur la scène internationale. Un coût politique que le gouvernement n’est pas prêt à payer. Mais à trop vouloir entretenir les espoirs, il rend encore plus rude l’acceptation de la fermeture pour les salariés et les élus locaux.

Cela fait plus d’un an que la fermeture des centrales à charbon a été annoncée. Une année de perdue, durant laquelle rien de concret n’a été mis en place sur les territoires concernés. Les contrats de transition écologique n’ont toujours pas été lancés. C’est bien loin de l’anticipation que le gouvernement appelait de ses mots dans le plan climat, c’est échouer dans la mise en œuvre d’une transition juste et à la hauteur de l’urgence climatique.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.


[1En réponse à une question de la députée Anne-France Brunet (LREM, Loire Atlantique), qui soutient fermement ce projet à l’Assemblée nationale, le ministre Nicolas Hulot a eu des propos clairs : « La conversion totale des centrales à charbon par ce que vous appelez l’utilisation de la biomasse — pour faire simple du bois — pour l’électricité pose des difficultés environnementales et je vous invite, prudemment, à regarder les expériences en métropole et à l’étranger, qui montrent que tout cela donne un rendement énergétique faible pour produire de l’électricité et souvent un problème d’utilisation massive de bois qui peut contribuer à la déforestation. L’avenir de la biomasse, ce sont des installations de plus petite taille qui produisent de l’électricité et de la chaleur à partir de la biomasse et des déchets. ».


Lire aussi : L’ONF encourage la biomasse industrielle au détriment des forêts et du climat

Source : Courriel à Reporterre

Photos :
. chapô : la centrale à charbon d’EDF de Cordemais, en Loire-Atlantique, en 2009. Wikipedia (Clément Bucco-Lechat/CC BY-SA 3.0)
. Le Havre : Wikipedia (Darksource/CC BY-SA 3.0)

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et intertitres sont de la rédaction.

THEMATIQUE    Climat Energie Politique
15 novembre 2018
Les youtubeurs célèbres s’engagent contre le changement climatique
Info
16 novembre 2018
Matthieu Auzanneau : « Augmenter les taxes sur l’essence sans proposer d’alternative cohérente, c’est faire le lit du fascisme »
Entretien
15 novembre 2018
Les ONG écologistes et de solidarité déplorent l’incohérence du gouvernement sur la taxe carbone
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Climat Energie Politique