Faire un don
39526 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
49 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Tutos, aide juridique... SuperLocal veut soutenir 200 collectifs en lutte

Durée de lecture : 5 minutes

27 novembre 2019 / Laury-Anne Cholez (Reporterre)

La campagne SuperLocal souhaite aider les collectifs luttant contre les projets climaticides et injustes. Mais aussi inciter les citoyens à s’opposer aux sites polluants. La carte publiée par Reporterre compte maintenant plus de deux cents combats.

Lutter contre les sites et projets polluants ou injustes. Ancrer la mobilisation pour le climat et la justice sociale dans les territoires. Accompagner les collectifs locaux en lutte partout en France. Voici les ambitieux objectifs de la campagne SuperLocal lancée mardi 26 novembre par la chaîne vidéo Partager c’est sympa, par l’association Le Mouvement et par l’association Notre affaire à tous.

« C’est l’aboutissement de toute une séquence de mobilisation qui a commencé avec les marches climat, puis s’est poursuivie avec l’Affaire du siècle. Mais face à un horizon national bloqué qui génère un sentiment d’impuissance, une nouvelle séquence va s’ouvrir au niveau local avec les municipales », explique Vincent Verzat de Partager c’est sympa, dans une vidéo. « Les élections sont en effet un excellent moment pour faire pression sur les maires et les candidats à l’écoute de leurs électeurs », explique Elliot Lepers, de l’ONG Le Mouvement. Mais SuperLocal n’est pas destiné à soutenir un quelconque parti ou à lancer des listes. Le projet a tout d’abord été pensé comme un outil d’information, grâce à une carte qui recense maintenant près de 200 collectifs en lutte contre les grands projets inutiles, réalisée en partenariat avec Reporterre.


LA CARTE DES LUTTES

La carte en plein écran est DISPONIBLE ICI


C’est aussi une école du militantisme avec de nombreuses formations et tutoriels disponibles en ligne pour aider les citoyens à se former à la communication, à la levée de fonds, à l’organisation de réunions, à l’accueil de nouveaux bénévoles, à la désobéissance civile. SuperLocal apportera également un soutien juridique en partenariat avec Notre affaire à tous, l’une des ONG qui a porté la pétition de l’Affaire du Siècle. « A l’époque, on s’attaquait à l’inaction du gouvernement. Aujourd’hui, nous attaquons les manifestations de cette politique dans les territoires », explique Chloé Gerbier, juriste au sein de l’association. Cette fois, pas de plaidoyer mais des recours juridiques plus techniques qui font appel au droit de l’environnement ou de l’urbanisme. Des combats d’autant plus difficiles que le gouvernement change les règles du jeu très régulièrement…

Grâce à tous ces outils, les collectifs vont ainsi pouvoir monter en expertise, mais également mutualiser les bonnes pratiques. Par exemple, ceux qui s’opposent à l’extension de l’aéroport de Caen pourront se rapprocher du collectif Non au Terminal 4 de Roissy, en lutte contre l’extension de l’aéroport parisien. Un projet d’agrandissement pour accueillir 40 millions de passagers supplémentaires par an. « C’est aberrant en terme de santé publique et de réchauffement climatique », explique Audrey, membre du collectif et présente lors de la conférence de présentation de SuperLocal. « Les Franciliens qui vivent sous les couloirs aériens perdent jusqu’à trois ans de vie en bonne santé. Et Roissy produit l’équivalent de 2,6 fois plus de dioxine d’azote que le périphérique parisien ».

Une quinzaine d’ONG ont signé une lettre demandant l’annulation de cet agrandissement au nom de l’urgence climatique. « Nous sommes une centaine de sympathisants déterminés. Des citoyens qui n’ont pas de culture militante et qui ne sont pas formés à l’action de terrain politique et juridique. Nous avons besoin de renforts pour être visible sur le terrain ». Le collectif ne fait pas que s’opposer au nouveau terminal : il promeut les modes de transport alternatifs, comme le recours aux trains de nuit pour les voyages en Europe. « Mais pour cela, il faudrait une volonté gouvernementale pour mettre en œuvre une autre politique des transports ».

Lutter... et proposer les alternatives

L’actuel incinérateur d’Ivry. Plutôt que sa reconstruction, un plan alternatif de tri des déchets et de recyclage est proposé.

Promouvoir des alternatives, c’est également l’objectif de l’association 3R, qui s’oppose à la reconstruction d’une usine d’incinération à Ivry, dans le sud de Paris. Face à ce projet à 2 milliards d’euros qu’ils estiment sur-dimensionné, les militants ont imaginé le plan B’om visant à développer le recyclage et le zéro déchet. Des solutions qui seraient plus efficaces en terme d’emplois. Selon les chiffres de l’Observatoire régional des déchets (Ordif), il faut un emploi pour traiter 10.000 tonnes de déchets dans une décharge, 3 emplois pour la même quantité dans un incinérateur, et 31 emplois pour le tri et le recyclage et des centaines dans le domaine de la réparation et du réemploi. Malgré ces arguments, l’association 3R demeure peu entendue. « On est toujours restés petits. On manque de visibilité alors qu’on devrait pouvoir agir sur une bonne partie de la métropole du Grand Paris. Et puis les jeunes militants sont volatils, ils déménagent souvent. Ils ont de plus en plus de mal à travailler et militer en même temps. On est bien contents que SuperLocal apparaisse et qu’il puisse nous aider », explique Anne, membre du collectif 3R.

Au-delà du soutien envers les luttes existantes et du recrutement de nouveaux bénévoles, SuperLocal compte également inciter les citoyens à lancer des campagnes contre les 4.800 sites polluants identifiés dans plus de 700 villes. Les outils mis à leur disposition sur le site internet et les référents recrutés sur tout le territoire devraient les aider à plonger dans le grand bain. L’équipe espère également des rapprochements entre différents réseaux. « Écolos, Gilets jaunes, syndicalistes, citoyens, nous aimerions que tout le monde travaille ensemble en bonne intelligence collective. Pour se rassembler autour des enjeux que sont l’écologie et la justice sociale », dit Victor Vauquois scénariste de Partager c’est sympa. Des mobilisations communes sont en réflexion autour des aéroports, des fermes usines ou des entrepôts Amazon. Mais tout reste encore à imaginer pour remporter un maximum de ces batailles locales et faire advenir un autre monde, un autre imaginaire, plus résilient.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : La carte des luttes contre les grands projets inutiles

Source : Laury-Anne Cholez pour Reporterre

Photos :
. chapô : carte des luttes.

DOSSIER    Grands Projets inutiles Carte des luttes

THEMATIQUE    Luttes
12 décembre 2019
La bataille pour les retraites est une bataille écologique
Tribune
11 décembre 2019
Manifestation des cheminots : « La grève ne prend pas en otage, elle nous libère ! »
Reportage
12 décembre 2019
Le « pacte vert » européen croit encore en la croissance verte
Info


Dans les mêmes dossiers       Grands Projets inutiles Carte des luttes



Sur les mêmes thèmes       Luttes





Du même auteur       Laury-Anne Cholez (Reporterre)