Faire un don
39828 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
50 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Un jeûne international est lancé pour alerter sur le changement climatique

Durée de lecture : 3 minutes

2 juillet 2014 / Flora Chauveau (Reporterre)

Mardi, des centaines de personnes, croyantes et laïques, ont participé au premier jour de jeûne mensuel pour lutter contre l’injustice climatique.


Dans la petite salle du siège parisien du mouvement Pax Christi, cinq personnes se sont rassemblées autour d’une table ronde. Il est midi, l’heure du repas, mais personne ne semble avoir faim. Tous les cinq sont catholiques et sensibles à la dégradation de l’environnement. Ils discutent, tranquillement, parfois picorent quelques fruits secs. En ce 1e juillet 2014, comme des centaines d’autres personnes, toutes confessions confondues, ils ont commencé le jeûne pour le climat. Ils le pratiqueront chaque premier jour du mois jusqu’aux négociations climatiques de décembre 2015, qui auront lieu à Paris.

Treize autres rassemblements ont eu lieu en France ce 1e juillet, dans des lieux tels qu’un temple protestant à Orléans, un presbytère à Sautron, près de Nantes ou chez un particulier à Bordeaux. Les rassemblements se veulent interreligieux. A Arras, il aura lieu le 3 juillet et réunira dans un temple protestant l’évêque du diocèse, des personnes de confession musulmane, des élus locaux, un député européen, etc.

A l’origine de ce mouvement : le geste symbolique de Yeb Saño, chef de la délégation des Philippines lors de la conférence mondiale sur le changement climatique de Varsovie (Pologne), en novembre 2013. Alors qu’un typhon venait de frapper son pays, tuant plus de sept mille personnes, il avait décidé de jeûner jusqu’à ce que les négociations conduisent à des avancées concrètes. Catholique pratiquant, il avait ensuite lancé le mouvement Fast for Climate (Jeûne pour le climat), actuellement suivi par vingt-deux pays.

Le 4 juin dernier, Yeb Saño a donné une conférence de presse à Paris pour lancer l’initiative en France. La Fédération protestante de France, la Conférence des évêques de France, l’Assemblée des évêques orthodoxes étaient représentées et ont accepté de suivre le mouvement. Des organisations laïques étaient aussi présentes, telles que le réseau action climat-France.

« Les mouvements musulmans, juifs ou bouddhistes ne se sont pas encore associés au jeûne », dit Laura Morosini, de l’association Chrétiens unis pour la terre. Mais des personnalités comme Tareq Oubrou, imam de Bordeaux ou Matthieu Ricard, moine bouddhiste, ont répondu à l’appel.

Le but du jeûne, c’est d’abord de faire bouger les décideurs sur les questions du changement climatique. « Nous voulons nous faire entendre. Les négociateurs doivent sentir que les gens sont prêts à changer », explique Laura Morosini. Les enjeux sont immenses : en avril dernier, le Giec (groupe d’experts intergouvernemental sur le climat) rendait un nouveau rapport, annonçant que le seuil de 2°C sera franchi dès 2030. « Un rendez-vous mensuel jusqu’en décembre 2015 nous laisse du temps pour construire quelque chose », ajoute la juriste de l’environnement.

Pour le moment, le collectif n’a présentée aucune réclamation écrite aux négociateurs. « Ce n’est pas encore très précis, ça va s’organiser dans les prochains mois. Ce que nous demandons pour l’instant, ce sont des accords ambitieux permettant de limiter le réchauffement au seuil des 2°C ».

« Par le jeûne, nous voulons responsabiliser les gens, que chacun puisse prendre conscience de son rôle dans la société », dit Catherine Billet, de Pax Christi. « Et puis jeûner, c’est aussi une façon d’être solidaire avec ceux qui le vivent sans l’avoir choisi », c’est-à-dire les victimes du changement climatique qui souffrent de famine, partout dans le monde.

Mais le jeûne est aussi un acte spirituel individuel, qui permet de faire appel à autre chose que les forces physiques. « Faire un jeûne ne laisse pas indifférent, indique Laura Morosini. En sautant un, deux ou trois repas, on se sent plus engagé. »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Flora Chauveau pour Reporterre

Ecouter aussi : Qu’est-ce que va être le jeûne pour la justice climatique ?


Cet article a été réalisé par un journaliste professionnel et a entrainé des frais. Merci de soutenir Reporterre :

THEMATIQUE    Climat
12 décembre 2019
À la COP25, « on se parle beaucoup mais on avance peu »
Reportage
12 décembre 2019
Le « pacte vert » européen croit encore en la croissance verte
Info
28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête


Sur les mêmes thèmes       Climat





Du même auteur       Flora Chauveau (Reporterre)