Un séisme s’est produit à trente km du centre nucléaire de Cadarache

Durée de lecture : 5 minutes

21 septembre 2012 / Coordination antinucléaire sud-est

La faille sismique de la Moyenne-Durance a représenté la ligne des secousses sismiques du 19 septembre. Sur cette faille sont implantées 19 installations nucléaires civiles et militaires


La terre a tremblé mercredi soir 19 septembre dans la région de Manosque à une trentaine de kilomètres du Centre atomique de Cadarache (Bouches-du-Rhône) implanté sur la faille sismique de la moyenne Durance. Plusieurs secousses sismiques ont été ressenties le 19 septembre, peu avant 21h, dans la région de Manosque (Alpes de Haute Provence) et dans une grande partie sud-ouest du département comme à Forcalquier et Villeneuve qui serait le centre du séisme. Il s’agit d’un séisme de magnitude 3,5 sur l’échelle de Richter.

Il était exactement 20h56 quand ce séisme a eu lieu. Mais apparemment, la ville de Manosque n’a pas été la seule à être touchée par ces tremblements de terre qui ont duré quelques secondes, puisque les secousses ont été ressenties également sur Villeneuve, Volx, Lurs, Oraison, Forcalquier, Les Mées ou encore Vinon. Il s’agit d’un séisme de magnitude 3,5 sur l’échelle de Richter.

« Cela a bien secoué ! », « c’est hyper impressionnant ! », « On a eu l’impression que le toit allait nous tomber sur la tête ! », ont affirmé les premiers témoignages recueillis sur la page Facebook d’Haute-Provence Info.

L’épicentre de ce séisme a été localisé sur la commune de Villeneuve.

Ce séisme n’est pas le premier de l’année sur le département des Alpes-de-Haute-Provence, puisque trois autres séismes ont eu lieu sur la région de Barcelonnette depuis le début de l’année 2012 (26 février, 2 mars et 7 mars, avec respectivement des magnitudes de 4,5 - 4,1 et 3,6 sur l’échelle de Richter). Pour ce qui concerne la région de Manosque et de Forcalquier, le dernier séisme remonte au 8 juillet 2010, avec à l’époque une magnitude de 2,9 sur l’échelle de Richter.

Le bureau central sismologique français est formel : l’épicentre du séisme survenu le mercredi 19 septembre à 20h56 dans le sud des Alpes-de-Haute-Provence est situé « à 10km au au sud-est de Forcalquier ». Soit précisément à hauteur de la commune de Villeneuve. Les secousses, ressenties par beaucoup dans les villes environnantes (Manosque, Volx, Forcalquier, Lurs...), sont considérées par les spécialistes comme « modérées » ! Rappelons que des répliques de faible intensité ont été ressenties dans le sud du département peu après 22h et jusqu’en Vaucluse comme dans le village Le Thor.

C’est la faille sismique de la Moyenne-Durance qui a représenté la ligne sismique, faille sur laquelle les nucléocrates ont implanté 19 installations nucléaires civiles et militaires sur le site du CEA à Cadarache, lieu également retenu pour l’implantation du projet démentiel et démoniaque ITER. Sur ces 19 INB seules 3 sont aux normes anti-sismique de l’aveu même de l’ASN (Autorité de Sureté Nucléaire)

Il y a un mois, des citoyen-nes entamaient une « marche pour la vie » à partir de Cadarache pour exiger la fermeture immédiate des sites nucléaires du triangle de la mort Cadarache (Bouches-du-Rhône) Marcoule (Gard) Tricastin (Vaucluse et Drôme) qui représentent une atteinte quotidienne à la santé (rejets quotidien de radioactivité) et une menace permanente du fait de la zone sismique. Le séisme de ce 19 septembre leur donne raison.

De nombreuses habitant-e-s ont réagi sur les réseaux sociaux, à peine les secousses ressenties. Cindy : « Hallucinant sur Volx ! On a eu très peur », Sarah : « Sur Villeneuve c’était impressionnant ! », Frédéric : « A Lurs aussi, j’ai ressenti comme l’effet du souffle d’une grosse explosion ou d’un mur du son tout près... », Yolande : « Vraiment impressionnant ! Heureusement très court », Nathalie : « C’est hyper impressionnant, on a l’impression que le toit va nous tomber sur la tête... angoisse garantie », Sophie : « Ca fait très peur... je suis d’Oraison, tous les murs ont tremblé lors du 1er... j’ai eu beaucoup de mal à calmer mes petits de 3 et 6 ans qui pleuraient et tremblaient... », Monique : « Je suis au Mont d’Or et ça a bien tremblé ! », Isabelle : « Impressionnant sur Dauphin aussi ! », Lawrence : « Comme une bombe nous avons senti la toute première secousse - assez forte dans le quartier du Trėcol et Villeneuve. Suivie une heure plus tard par deux secousses supplémentaires à deux minutes d’intervalle. En sautant de la baignoire précipitamment mon fils de 10 ans s’est fait mal. Dégâts et fissures apparentes dans nos façades et celles de nos voisins », Zelda : « J’habite à Manosque vers la gare SNCF, et nous l’avons nettement ressenti... entre les vitres qui vibraient ainsi que la vaisselle, le lustre qui balançait et le fauteuil où j’étais assise qui allait de gauche à droite, et le vrombissement de la terre... Cétait inquiétant... », Maud : « J’ai peur qu’un jour on se retrouve comme en 1909.. »

(...)

Mutisme du CEA et incident nucléaire 5 jours plus tôt

A cette heure, jeudi 20 septembre 2012 12h50, alors que le séisme s’est produit depuis 15 heures, aucune information n’émane du CEA de Cadarache, aucune communication officielle sur le sire internet du CEA, pourtant si prompt le mois dernier à tenter de minimiser les raisons de la Marche antinucléaire du CAN84 (collectif antinucléaire de Vaucluse).

Un mutisme d’autant plus inquiétant qu’il y a cinq jours, le 14 septembre 2012, le Centre nucléaire a été contraint de déclarer à l’Autorité de Sûreté Nucléaire une anomalie concernant l’un des assemblages combustibles du coeur du réacteur de recherche CABRI qui fait l’objet d’une rénovation depuis l’année 2004. Le coeur du réacteur, c’est-à-dire le combustible nucléaire avec son gainage et ses structures en vue de leur manipulation, est entreposé dans une piscine.

C’est lors de contrôles visuels par caméra immergée de l’état des assemblages combustibles avant rechargement du réacteur,qu’a été constaté la présence de tâches d’origine inconnue localisées sur une vingtaine de gaines d’éléments combustibles ainsi que sur d’autres structures métalliques. Les opérations de rechargement ont du être arrêtées en attendant des investigations approfondies.

Triste ironie des incidents et accidents nucléaires : le réacteur Cabri permet d’étudier le comportement des combustibles nucléaires en cas d’accident.




Source et photo : Communiqué de presse de la Coordination antinucléaire sud-est

Lire aussi : Risque de séisme sur le nucléaire à Cadarache

DOSSIER    Nucléaire

22 janvier 2020
Contre les pesticides SDHI, des associations écolos saisissent la justice
Info
21 janvier 2020
Une forêt exceptionnelle du Gard décimée pour fournir du bois de chauffage
Tribune
21 janvier 2020
Faire durer les grèves : les leçons de l’histoire
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Nucléaire