Une action de Greenpeace contre le chalutage profond

Durée de lecture : 2 minutes

16 novembre 2011 / Greenpeace


Mardi 15 novembre, vers 15h, des militants de Greenpeace ont tenté de s’interposer dans une opération de chalutage profond menée au large des côtes de l’Irlande. Ils ont déployé un radeau de survie juste derrière le chalutier Roselend afin d’interférer dans l’opération de pêche. Le chalutier appartient à Dellhemmes, un des trois armements de chalutage profond en France.

Le chalutage profond est un crime écologique et un non-sens économique

La pêche profonde est le crime caché des fonds marins. Le taux de rejet en mer de cette pêche est de 30 % en moyenne : un gaspillage inacceptable.

« Selon les recherches du Conseil international d’exploration de la mer (CIEM), 100 % des espèces profondes pêchées dans l’Atlantique Nord Est sont surexploitées, explique François Chartier, chargé de campagne Océans pour Greenpeace France. Il est urgent de mettre fin à la surpêche et à la surcapacité de la flotte européenne, en commençant par stopper les activités des navires les plus destructeurs comme les chalutiers profonds. »

La pêche profonde s’est développée grâce aux subventions publiques européennes. Le bateau en question par exemple, le Roselend de Dhellemes, a reçu 651 253 euros de subventions européennes pour sa construction en 1999. « L’argent public européen, qui contribue à vider les océans, devrait au contraire être employé pour développer une pêche sélective, locale et créatrice d’emplois  », poursuit François Chartier.

Pour une réforme ambitieuse de la politique des pêches européenne

L’Union européenne a entamé un processus de réforme de sa politique commune des pêches (PCP). Celui-ci n’a lieu qu’une fois tous les dix ans.

« C’est maintenant qu’il faut agir si l’on veut sauver nos océans, conclut François Chartier. L’Union européenne doit donner l’impulsion et s’orienter vers une pêche durable… ce qui passe par le respect des avis scientifiques en matière de quotas, la diminution du nombre de bateaux et, bien entendu, l’arrêt du chalutage en eau profonde. »

Greenpeace est mobilisée en mer depuis le 10 octobre et poursuivra sa campagne pendant encore quelques semaines. Vous pouvez suivre le travail de l’équipage au quotidien sur le site SOS Océans.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Communiqué de presse de Greenpeace France

Complément d’infos : Le rapport Jusqu’au dernier poisson ?

Lire aussi : Les pêcheurs sénégalais dénoncent les avantages des chalutiers étrangers

DOSSIER    Pêche

11 octobre 2019
Équateur : un pays révolté par « le retour du FMI dans la politique »
Entretien
10 octobre 2019
Une journée d’action devant l’Assemblée nationale avec Extinction Rebellion
Reportage
12 octobre 2019
Appel à une rébellion internationale pour le Rojava
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Pêche





Du même auteur       Greenpeace