Une île de plastique dérive au large de la Corse

Durée de lecture : 2 minutes

22 mai 2019

La Méditerranée compte une nouvelle île, alerte France Bleu. Sa particularité ? Elle bouge, portée par les courants entre la Corse et l’île d’Elbe, et elle est composée… de plastiques. Des milliers de tonnes de déchets qui s’accumulent et dérivent dans la mer pour former une île longue de plusieurs dizaines de kilomètres.

Interrogé par France Bleu, François Galgani, responsable de l’Ifremer à Bastia rappelle que « c’est une situation chronique […] la disposition des courants fait que régulièrement on a de très fortes concentrations dans cette zone-là. Le risque étant qu’avec des conditions météo favorable, les déchets atteignent le littoral Corse ».

François Galgani admet que rien ne sera effectué contre elle. « Pour nettoyer, il faut qu’il y ait une certaine valeur à ce que l’on va récupérer. Si vous allez chercher des filets de pêche sur les fonds, ce sont des objets qui coûtent très cher, qu’on peut réparer, qu’on peut réutiliser et donc recycler. On peut nettoyer également sur les plages parce qu’on donne une valeur patrimoniale au site et qu’il y a les touristes. Par contre en mer, le problème c’est que les déchets qui flottent ne sont pas recyclables. Il sont très dégradés. Ce sont des matériaux très hétérogènes. Il y a différents types de plastiques. Ça coûte très cher de recycler donc ça ne se fera pas  ».

Cet île de plastique a pourtant des conséquences sur toute la chaîne du vivant. Pour Océane Couturier, membre de l’association Mer et Vivre, « le plastique va s’accumuler dans les tissus des poissons. Il va diffuser ses produits toxiques et nous derrière on va manger ces poissons  »




3 avril 2020
Les semences et plants potagers de nouveau autorisés à la vente
Lire sur reporterre.net
3 avril 2020
Pour les peuples autochtones, le coronavirus « représente une réelle menace d’extermination »
Lire sur reporterre.net
3 avril 2020
Dividendes : de grandes entreprises, dont Total, continuent à verser des dividendes massifs
Lire sur reporterre.net
2 avril 2020
Un cinquième indigène amazonien Guajajara assassiné au Brésil en quatre mois
Lire sur reporterre.net
2 avril 2020
Du sang de ver marin pourrait soigner des malades du Covid-19
Lire sur reporterre.net
2 avril 2020
La COP26 sur le climat reportée à cause de l’épidémie de Covid-19
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
Un salarié d’Amazon en réanimation
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
La pollution liée aux épandages grandit, aggravant l’épidémie de Covid-19
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
Une start-up française invente les masques respiratoires en fibre d’asperge
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
En Colombie, les gangs profitent du confinement pour assassiner des militants des droits humains
Lire sur reporterre.net
31 mars 2020
En pleine crise du coronavirus, l’UE donne son feu vert à un accord de libre-échange avec le Vietnam
Lire sur reporterre.net
31 mars 2020
Les « éléphants à touristes » menacés de mourir de faim en Thaïlande à cause de l’épidémie de Covid-19
Lire sur reporterre.net
31 mars 2020
Une manifestation pour sauver le système de santé
Lire sur reporterre.net
30 mars 2020
Le général Lizurey, qui a expulsé la Zad, assiste Édouard Philippe dans la lutte contre le Covid-19
Lire sur reporterre.net
30 mars 2020
Le délai de mise en service de l’EPR de Flamanville repoussé à 2024
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Déchets Eau, mers et océans

4 avril 2020
SPÉCIAL OUTREMER - Mal préparées par un système de santé dégradé, les Outremer se préparent au pire
Info
4 avril 2020
SPÉCIAL OUTREMER - À Mayotte, le coronavirus s’installe dans un département sinistré
Reportage
4 avril 2020
SPÉCIAL OUTREMER - En Guyane, l’orpaillage illégal s’intensifie pendant la pandémie
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Déchets Eau, mers et océans