Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs

ReportageQatar 2022

Une scène de crime pour dénoncer le désastre du Mondial au Qatar

Des activistes ont dénoncé la Coupe du monde au Qatar avec un die-in, en simulant une scène de crime, à Paris, le 20 novembre 2022.

S’effondrant sur le sol pour simuler leur mort, des activistes ont dénoncé à Paris la tenue de la Coupe du monde de football, qui a démarré au Qatar.

Paris, reportage

Quelques minutes d’échauffement avant que le coup d’envoi ne soit donné place de la République, à Paris. La rencontre fictive entre le Qatar et le Danemark ne dure que quelques minutes, avant le tournant du match : un carton rouge pour le Qatar. Des ballons crevés inondent le terrain avant que des dizaines de supporters ne l’envahissent. Puis, ils s’écroulent sur la pelouse, comme asphyxiés. Alors qu’au même moment, à quelque 6 000 km, le coup d’envoi du véritable match d’ouverture de la Coupe du monde de football entre le Qatar et l’Équateur est donné, plusieurs mouvements entendaient lancer les « contre-festivités » le dimanche 20 novembre.

Plusieurs dizaines d’activistes ont participé à l’action. © Pablo Patarin / Reporterre

Ce die-in (forme de manifestation dans laquelle les participants simulent la mort), organisé par les collectifs un Bruit qui court, Fridays for Future France, Carton rouge pour le Qatar et On est prêt, entendait dénoncer l’inaction de la Fifa et des pouvoirs publics dans l’organisation du Mondial. Des critiques qui découlent notamment de la mort de 6 500 ouvriers dans la construction de stades climatisés, au sein d’un pays où les droits humains sont sans cesse bafoués.

Les militants ont simulé une scène de crime pour rappeler les 6 500 ouvriers morts au Qatar. © Pablo Patarin / Reporterre

« Aberration écologique »

Pablo Flye, porte-parole du mouvement Fridays for Future France, a évoqué « les conditions abominables de travail de véritables esclaves modernes. Ce sont des travailleurs migrants, retenus contre leur gré par le droit qatari ». Dans la matinée, la statue place de la République avait été affublée d’un maillot blanc « Qatar pue la mort », avant d’être retiré rapidement par les forces de police. « L’aberration écologique » était aussi au cœur des discours : « Six stades climatisés à usage unique ont été construits sur place, notamment par des entreprises françaises comme Vinci. Une navette quotidienne en avion conduira les supporters du stade à l’hôtel… Nous voulons un autre foot ! »

Des cartons rouges ont été donnés au Qatar. © Pablo Patarin / Reporterre

À la fin de l’action collective et du die-in, les militants sont allés rencontrer des spectateurs afin de collecter des idées de mobilisations à réaliser pendant le Mondial. Contrairement à Fridays for Future, le collectif Carton rouge pour le Qatar appelle déjà au boycott : « Il n’y a pas d’événement qui rassemble autant de gens à l’international. Il faut s’en saisir pour promouvoir un autre monde. » Parmi ses membres, Zak, aussi militant à Extinction Rebellion, détaille la stratégie des semaines à venir : « On a déjà mené à bien plusieurs actions coups-de-poing ces dernières semaines. À présent, on veut organiser des contre-soirées festives, pour montrer que l’on peut s’amuser autrement. »

Une carte interactive a été mise en place pour recenser ces événements alternatifs partout en France. Tournois de foot, concerts, spectacles et soirées seront l’occasion de promouvoir une autre vision du sport, plus populaire et respectueuse de l’environnement.


Alors que les alertes sur le front de l’environnement continuent en ce mois de septembre, nous avons un petit service à vous demander. Nous espérons que les derniers mois de 2023 comporteront de nombreuses avancées pour l’écologie. Quoi qu’il arrive, les journalistes de Reporterre seront là pour vous apporter des informations claires et indépendantes.

Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés exclusivement par les dons de nos lectrices et lecteurs : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre. Ce soutien vital signifie que des millions de personnes peuvent continuer à s’informer sur le péril environnemental, quelle que soit leur capacité à payer pour cela. Allez-vous nous soutenir cette année ?

Contrairement à beaucoup d’autres, Reporterre n’a pas de propriétaire milliardaire ni d’actionnaires : le média est à but non lucratif. De plus, nous ne diffusons aucune publicité. Ainsi, aucun intérêt financier ne peut influencer notre travail. Être libres de toute ingérence commerciale ou politique nous permet d’enquêter de façon indépendante. Personne ne modifie ce que nous publions, ou ne détourne notre attention de ce qui est le plus important.

Avec votre soutien, nous continuerons à rendre les articles de Reporterre ouverts et gratuits, pour que tout le monde puisse les lire. Ainsi, davantage de personnes peuvent prendre conscience de l’urgence environnementale qui pèse sur la population, et agir. Ensemble, nous pouvons exiger mieux des puissants, et lutter pour la démocratie.

Quel que soit le montant que vous donnez, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission d’information pour les années à venir. Si vous le pouvez, choisissez un soutien mensuel, à partir de seulement 1€. Cela prend moins de deux minutes, et vous aurez chaque mois un impact fort en faveur d’un journalisme indépendant dédié à l’écologie. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende