Faire un don
14891 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
19 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

VIDÉO - La Zad racontée par celles et ceux qui y vivent

Durée de lecture : 1 minute

11 janvier 2018 / Des habitant-es de la Zad

« Ce week-end, sur la Zad, j’ai compris le sens du commun. » La narratrice de cette vidéo raconte la première fois qu’elle est venue à Notre-Dame-des-Landes, combien elle a été touchée par cet « étrange miracle » d’une lutte dont la « puissance (…) brise les sombres tempêtes qui se lèvent aujourd’hui ».

Il y a quelques jours encore, on pouvait voir sur la Zad tel ou tel habitant parcourir la zone à vélo pour tourner les derniers plans de ce film. L’enjeu : montrer concrètement ce qui se vit ici, et faire pièce aux images projetées par les médias dominés, prétendant que la Zad est une zone de non-droit et de violence.

Voici donc Je n’étais jamais venue sur la Zad, un petit film né de la collaboration entre des habitantes et habitants, le réalisateur Léo Leibovici et l’actrice Lizzie Brocheré.

Il est aussi un aussi un appel à toutes et tous à venir à la grande mobilisation du 10 février 2018, pour « enraciner l’avenir à Notre-Dame-des-Landes ».

Visionner le film :


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Notre Dame des oiseaux de fer, des chanteurs contre les avions

Source : Léo Leibovici, le Laboratoire de l’imagination insurrectionnelle et Camille productions.

Photo : capture de la vidéo.

DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

5 décembre 2019
Chili : même sans la COP, les écolos se mobilisent
Info
6 décembre 2019
De la Maison du peuple à l’hôpital, une journée de mobilisation à Saint-Nazaire
Reportage
28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes