Poursuites-bâillons : une victoire judiciaire contre l’empire Bolloré

Durée de lecture : 2 minutes

13 février 2019

Ce mercredi 13 février, les sociétés Socfin et Socapalm, liées au groupe Bolloré, ont finalement annoncé qu’elles se désistaient de leur appel. En première instance, elles avaient perdu à la suite de leur plainte pour diffamation. Les articles incriminés, publiés sur Mediapart, reportaient la mobilisation des riverains de plantations de palmiers à huile et d’hévéas en Afrique et en Asie, « affectés par des conflits fonciers et les abus du groupe Socfin, détenus à près de 39 % par le groupe Bolloré », a précisé dans un communiqué l’ONG ReAct, qui soutient les luttes de ces citoyens.

C’est donc une victoire pour les ONG poursuivies — le ReAct et Sherpa — ainsi que pour Mediapart. Mais une victoire au goût amer : « Cette poursuite-bâillon aura demandé des heures de travail, elle a occasionné des frais de justice, elle a duré plus d’un an, et c’est autant de temps et d’énergie que les ONG n’auront pas consacré à d’autres actions », regrette Me Vincent Fillola, avocat de ReAct, contacté par Reporterre.

Les activités du groupe Bolloré et des sociétés qui lui sont liées ont fait l’objet de plusieurs reportages sur France Télévision, France Inter, Basta !, Mediapart. Presque systématiquement, le groupe et ses sociétés ont intenté des procès en diffamation aux médias et aux associations ayant relayé les informations. Ainsi, en moins de trois ans, on compte plus de 12 procès, dont un seulement a été gagné par la compagnie. Les collectifs On ne se taira pas et Informer n’est pas un délit se battent contre la multiplication de ces poursuites, « véritable stratégie d’étranglement judiciaire », d’après Me Fillola, qui nuisent à la liberté d’information.

  • Source : Reporterre


Lire aussi : Quand les puissants tentent de bâillonner l’information


1er avril 2020
Un salarié d’Amazon en réanimation
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
La pollution liée aux épandages grandit, aggravant l’épidémie de Covid-19
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
Une start-up française invente les masques respiratoires en fibre d’asperge
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
En Colombie, les gangs profitent du confinement pour assassiner des militants des droits humains
Lire sur reporterre.net
31 mars 2020
En pleine crise du coronavirus, l’UE donne son feu vert à un accord de libre-échange avec le Vietnam
Lire sur reporterre.net
31 mars 2020
Les « éléphants à touristes » menacés de mourir de faim en Thaïlande à cause de l’épidémie de Covid-19
Lire sur reporterre.net
31 mars 2020
Une manifestation pour sauver le système de santé
Lire sur reporterre.net
30 mars 2020
Le général Lizurey, qui a expulsé la Zad, assiste Édouard Philippe dans la lutte contre le Covid-19
Lire sur reporterre.net
30 mars 2020
Le délai de mise en service de l’EPR de Flamanville repoussé à 2024
Lire sur reporterre.net
30 mars 2020
Michel Tibon-Cornillot, penseur du « déferlement des techniques », est mort du Covid-19
Lire sur reporterre.net
30 mars 2020
Au Portugal, les immigrés régularisés le temps de la crise sanitaire
Lire sur reporterre.net
30 mars 2020
Coronavirus : une usine d’oxygène fermée par un fonds spéculatif demande sa nationalisation
Lire sur reporterre.net
28 mars 2020
Les dépenses françaises pour la bombe atomique pourraient financer 100.000 lits de soins intensifs
Lire sur reporterre.net
28 mars 2020
Aux États-Unis, en raison du coronavirus, l’administration suspend les contrôles environnementaux
Lire sur reporterre.net
27 mars 2020
En pleine crise du Covid-19, les entreprises se préparent à verser des dividendes record
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Libertés
1er avril 2020
Nous ne sommes pas en guerre
Tribune
1er avril 2020
Partout en France, les « manifs de confinement » prennent de l’ampleur
Alternatives
31 mars 2020
Quitter la ville en période d’épidémie, un privilège de classe ?
Enquête


Sur les mêmes thèmes       Libertés