25 millions de personnes « déplacées » en 2019 à cause de catastrophes naturelles

Durée de lecture : 2 minutes

29 avril 2020



Les catastrophes naturelles comme les inondations, les sécheresses ou les typhons, exacerbées par le changement climatique, ont provoqué le déplacement de 25 millions de personnes au cours de l’année 2019. C’est trois fois plus que les conflits et violences (8,5 millions de déplacés), d’après les données compilées par le Centre de surveillance des déplacements internes (IDMC), dans son rapport annuel sur les migrations internes publié mardi 28 avril.

« Les statistiques mondiales sur le déplacement interne n’ont jamais été aussi élevées et alarmantes qu’aujourd’hui », écrit Alexandra Bilak, directrice du Centre de surveillance des déplacements internes, dans le journal Le Temps.

D’après ce rapport, près de 46 millions de personnes, soit plus du double du nombre de réfugiés dans le monde, sont déplacées durablement à l’intérieur de leur propre pays en raison de conflits et de violences. Pour la première fois, l’IDMC estime aussi le nombre de personnes qui restent déplacées à suite de catastrophes : elles étaient cinq millions, fin 2019, à ne plus pouvoir rentrer chez elles. L’addition de deux chiffres porte le nombre de déplacés internes à près de 51 millions : un record.

« Les personnes déplacées internes constituent certaines des communautés les plus vulnérables et les plus marginalisées du monde, alerte Alexandra Bilak. Dans les villes comme Dacca (Bangladesh) et Mogadiscio (Somalie), dans les camps en Irak, en Syrie ou en Afghanistan, dans les installations de fortune dans le nord-est du Nigeria et dans les villages de l’est de la République démocratique du Congo (RDC), la situation est la même pour de nombreuses personnes déplacées : densité et surpeuplement, logements précaires, accès limité à l’eau potable, aux soins de santé et à l’éducation. »

  • Infographie : IDMC




Lire aussi : Le changement climatique amplifie les migrations mondiales


Documents disponibles

  Sans titre

5 juin 2020
Le mois de mai 2020 a battu un record de chaleur
Lire sur reporterre.net
3 juin 2020
La sixième extinction de masse s’accélère à un rythme vertigineux
Lire sur reporterre.net
3 juin 2020
Disparition de l’élevage et concentration des fermes : la Safer s’inquiète
Lire sur reporterre.net
3 juin 2020
Les piscines de matières radioactives de La Hague risquent la saturation, selon l’ASN
Lire sur reporterre.net
3 juin 2020
Le printemps 2020 est le deuxième plus chaud enregistré en France
Lire sur reporterre.net
3 juin 2020
Sécheresse : neuf départements connaissent déjà des restrictions d’eau
Lire sur reporterre.net
2 juin 2020
En Amazonie, une campagne pour protéger les Yanomami du Covid-19 et des orpailleurs est lancée
Lire sur reporterre.net
2 juin 2020
Des militants recouvrent des publicités en soutien à Alex Montvernay, jugé mardi 2 juin
Lire sur reporterre.net
30 mai 2020
Des oiseaux englués dans du pétrole plus d’un an après le naufrage du « Grande America »
Lire sur reporterre.net
30 mai 2020
Uber balance des dizaines de milliers de vélos Jump à la décharge
Lire sur reporterre.net
29 mai 2020
La COP26 de Glasgow reportée à novembre 2021
Lire sur reporterre.net
29 mai 2020
En Belgique, action de détournement publicitaire au nom de la priorité climatique
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
Actions antinucléaires à Paris, Lyon et dans la Drôme pour réclamer la fermeture de la centrale du Tricastin, âgée de 40 ans
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
« Le Monde d’après » : une floraison de propositions
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
L’Autorité de sûreté nucléaire pointe un recul de la rigueur chez EDF
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Migrations

5 juin 2020
À Bure, l’agence des déchets nucléaires se paie des gendarmes
Enquête
4 juin 2020
« Les lobbies veulent façonner le monde d’après »
Entretien
5 juin 2020
Constantinople, un exemple historique de résilience alimentaire
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Migrations