A New York, une manifestation pour le climat et contre le capitalisme

Durée de lecture : 1 minute

24 septembre 2014 / Jon Palais

Une manifestation a eu lieu lundi à New York devant la bourse de Wall Street : manière de rappeler que parler du climat en oubliant le capitalisme n’a pas grand sens.


Au lendemain de la marche pour le climat à New York qui a rassemblé plus de 300 000 personnes, des militants ont poursuivi des actions non-violentes dans le quartier financier de Wall Street, et notamment un sit-in qui a bloqué le trafic routier devant le célèbre taureau de Wall Street pendant plusieurs heures.

Ils avaient comme consigne de s’habiller en bleu, ils sont venus par milliers, rassemblant une grande diversité de profils (leaders indigènes, artistes, pacifistes, militants occupy, etc.)

À la question « Pourquoi la police a-t-elle toléré le blocage à Wall Street si longtemps ? », un officier répond « C’est une semaine spéciale. Le monde est ici. »

Sur la photo du chapô, on retrouve le geste de lever les mains en l’air, qui a été beaucoup utilisé par les Indignés Espagnols quand ils résistaient de manière non-violente aux interventions policières.

À la tombée de la nuit une centaine de personnes ont été arrêtées, dont une personne en costume d’ours blanc.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre à partir de Washington Non Violence

Jon Palais est membre de Bizi !

Lire aussi : Marche pour le climat : succès à Paris, triomphe à New York


Cet entretien a été réalisé par un journaliste professionnel et a entrainé des frais. Merci de soutenir Reporterre :

THEMATIQUE    Climat
7 septembre 2019
Gilets jaunes, écologistes : marchons ensemble le 21 septembre
Tribune
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête


Sur les mêmes thèmes       Climat





Du même auteur       Jon Palais