À Paris aussi, c’est le temps des vendanges

22 septembre 2018 / Lorène Lavocat et Mathieu Génon (Reporterre)

Mercredi 19 septembre se tenaient les vendanges de la vigne de Montmartre, dans le nord de Paris. Reporterre vous le raconte en images.

  • Paris (reportage photo)

Dans le 18e arrondissement de Paris, le flanc nord du « village » de Montmartre a des airs de Côte-d’Or. Le long de la rue Saint-Vincent et de la rue des Saules, 1.556 m2 de vignes dominent la capitale. Parmi les 1.762 pieds plantés là depuis 1933, des cépages classiques, comme le gamay ou le pinot noir, côtoient des variétés hybrides.

Cette parcelle aujourd’hui esseulée témoigne du riche passé viticole de la capitale. Dès le XIIe siècle en effet, les dames de l’abbaye de Montmartre ont planté les premiers ceps. Au XVIIIe siècle, la butte était alors recouverte aux 3/4 de vignes. Lorsque Montmartre fut annexée à Paris à la fin du XIXe siècle, les habitations ont peu à peu remplacé les ceps.

Parmi les 1.762 pieds plantés là depuis 1933, des cépages classiques, comme le gamay ou le pinot noir, côtoient d’autres variétés hybrides.

Propriété de la Ville de Paris, le vignoble est exploité par le Comité des fêtes et d’action sociale de Montmartre et du 18e arrondissement. Le Clos-Montmartre, cru issu de la vigne, est entièrement vinifié dans les caves de la mairie de cet arrondissement sous contrôle œnologique. Les quelque 500 litres embouteillés chaque année sont vendus au profit des œuvres sociales du XVIIIe arrondissement.

Chaque année en septembre, agents municipaux des espaces verts et habitants de Montmartre se retrouvent pendant une journée pour récolter le raisin. Un mois plus tard se tient la désormais traditionnelle Fête des vendanges, dont la prochaine édition aura lieu du 10 au 14 octobre 2018.

NOTRE REPORTAGE PHOTO











Mercredi 19 septembre - comme chaque année à la même période -, agents municipaux des espaces verts et habitants de Montmartre se sont retrouvés pour récolter le raisin.




Le Clos-Montmartre, cru issu de la vigne, est entièrement vinifié dans les caves de la mairie du XVIIIe arrondissement.




Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Le changement climatique va bouleverser le monde du vin

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Photos : © Mathieu Génon/Hans Lucas

THEMATIQUE    Agriculture
23 octobre 2018
Aux États-Unis, la Cour suprême entrave le procès des jeunes pour le climat
Info
22 octobre 2018
Croire, malgré elle, à la justice
Édito
23 octobre 2018
Et si le conte du colibri n’était pas gnan gnan...
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Agriculture





Du même auteur       Lorène Lavocat et Mathieu Génon (Reporterre)