Alstom : la solution est européenne et s’appelle transition énergétique

Durée de lecture : 3 minutes

2 mai 2014 / Sandrine Bélier

Une véritable politique industrielle de l’énergie est nécessaire à l’échelle européenne.


Certes, Alstom connaît des difficultés, notamment une capitalisation boursière en baisse, une conjoncture morose, et une absence de marges de manœuvre financières. Mais la situation du groupe est loin d’être aussi mauvaise qu’en 2003 : le groupe a réalisé 800 millions d’euros de bénéfices sur 2012/2013 et a d’ores et déjà réalisé des investissements qui pourraient permettre son redressement. Quelle urgence y a-t-il dès lors à démembrer un groupe industriel qui emploie près de 93.000 personnes dans le monde dont 18.000 en France ?

En tant que députée européenne, et pour avoir suivi de près les effets de l’OPA de Mittal sur Arcelor, j’ai la faiblesse de penser que la question que nous devons nous poser aujourd’hui n’est pas tant celle du nom du repreneur d’Alstom, que celle des perspectives que nous sommes en mesure d’offrir au groupe et à ses salariés, voire plus généralement à nos régions dans la mesure où Belfort comme Ornans seraient touchées, comme Mulhouse et Montbéliard...

A court terme, nous pouvons aider Alstom à retrouver des marges de manœuvre et à se positionner sur de nouveaux marchés. L’Etat français pourrait ainsi se porter acquéreur d’une partie des avoirs dont Bouygues cherche à se défaire, en contrepartie de quoi Alstom serait amené à réorienter ses investissements vers des secteurs en pleine expansion comme la mobilité durable ou les énergies renouvelables.

A moyen et long terme, nous devons agir si nous voulons protéger l’industrie européenne et favoriser le Made In Europe. Il faut le dire clairement, nos industries nationales ont trop souffert de l’absence de stratégie globale et un « Airbus de l’énergie ou des transports » n’aurait pas de sens sans une véritable politique industrielle et énergétique à l’échelle européenne.

L’Europe doit s’engager résolument dans la voie de la transition énergétique et du soutien à une industrie propre et innovante. Alstom vend moins de centrales à charbon ? L’Europe doit se battre pour qu’il puisse vendre plus de tramways et d’éoliennes. Alstom souffre de l’incertitude sur la politique énergétique en France ? L’Europe doit tenir un cap clair et prévisible : 45 % d’énergies renouvelables en Europe d’ici 2030 et une réduction de nos émissions de CO2 de 60 %, ce qui favorisera le développement des transports durables.

Les solutions sont là, il n’appartient qu’à nous de les saisir !

La transition énergétique à l’échelle européenne, ce sont des débouchés pour une industrie qui en manque et dont l’activité repose trop sur des technologies vouées à disparaître, comme le charbon ou le nucléaire. C’est aussi trois millions d’emplois dans l’industrie et les PME sur les quinze prochaines années en Europe. C’est enfin l’occasion de développer une vraie approche européenne de l’industrie : une coopération renforcée entre les Etats et les groupes industriels pour donner naissance à ce fameux Airbus de la transition énergétique qui seul pourra faire face à la concurrence américaine et asiatique.

Soyons réalistes, l’emploi industriel européen ne pourra pas survivre à cinq nouvelles années de myopie souverainiste (de droite comme de gauche) et de mise en concurrence de nos égoïsmes nationaux. Ensemble nous pouvons travailler à l’émergence d’outils industriels performants à l’échelle européenne en nous appuyant sur le potentiel immense de la transition énergétique. Ne nous trompons plus de débat : nous devons vivre en 2014 à l’heure du Made In Europe.



Source : Sandrine Bélier

Sandrine Bélier est députée européenne, tête de liste Europe Ecologie-Les Verts dans l’Est pour les élections au Parlement européen.

Photo : Mer et marine

Lire aussi : Mais où est donc passé « l’Airbus de l’énergie » promis par M. Hollande ?

DOSSIER    Europe

THEMATIQUE    Énergie
14 septembre 2019
VIDÉO - La chasse des animaux prisonniers, une pratique cruelle et sadique
Tribune
14 septembre 2019
Algues vertes en Bretagne : 4 points pour comprendre le problème
Info
13 septembre 2019
Train de nuit : le réveil se fait attendre
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Europe



Sur les mêmes thèmes       Énergie





Du même auteur       Sandrine Bélier