Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info Logo Reporterre
Fermer

Politique

Attentat de Conflans : associations et syndicats appellent à plus de solidarité et de justice sociale

Près d’une semaine après l’attentat qui a coûté la vie au professeur Samuel Paty, plusieurs associations de défense des droits humains et de l’environnement, ainsi que des syndicats, ont pris la parole pour réclamer plus de solidarité et de justice sociale.

Jeudi 21 octobre, une dizaine d’organisations — dont la Ligue de l’enseignement, la Ligue des droits de l’Homme, France Nature Environnement, la CGT, la FSU, l’Union syndicale Solidaires — ont publié un communiqué commun pour appeler à une « société unie et fraternelle » :

Face à l’obscurantisme qui a massacré l’un des nôtres et nous meurtrit, notre réponse doit être ferme et résolue. Cet acte a été commis au nom de l’islamisme intégriste. C’est bien cette idéologie et celles et ceux qui la portent qui doivent être combattu.es sans relâche. Par ailleurs, la stigmatisation des musulman.es dans laquelle certaines forces politiques veulent entraîner le pays depuis bien des années ne peut que renforcer des clivages délétères et alimenter les machines de haine.

C’est par une politique ambitieuse d’éducation dans le cadre de l’École publique et laïque avec l’implication des mouvements d’éducation populaire complémentaire de l’enseignement public et des collectivités territoriales, pour transmettre et faire vivre les valeurs de la République, par une politique de justice sociale que nous ferons reculer les périls obscurantistes et garantirons nos libertés ».

Par ailleurs, la Fondation Copernic — un groupe de réflexion altermondialiste — a appelé, le 20 octobre, à aller « au-delà de la sidération » :

Le fanatisme atteint ses objectifs lorsque l’État de droit est menacé par les gesticulations ministérielles, par les violations des libertés fondamentales, par le traitement différencié d’une religion et par les clivages qu’il induit. De ce point de vue, vouloir dissoudre des associations tant qu’aucun des motifs prévus par la loi - provocation à la discrimination, à la haine ou la violence,ou agissements en vue de provoquer des actes de terrorisme, etc. - n’est démontré relève d’une remise en cause des droits fondamentaux.

La réponse adéquate, c’est, au-delà de notre émotion, le langage de la raison, de l’explication plutôt que de la diabolisation et l’application à toutes et tous des règles qui permettent déjà de sanctionner non seulement les actes délictueux, mais les déclarations qui les encouragent. Dans une société où la concurrence entre individus est promue comme valeur suprême, où certains cherchent dans la religion un sens global à la vie, il faut faire vivre un autre imaginaire social. C’est en promouvant des valeurs de solidarité, d’égalité et de justice sociale, en combattant toutes les discriminations, par l’éducation quotidienne à l’égalité entre les femmes et les hommes, que sera asséché le terreau de l’intégrisme et que ses adeptes seront marginalisés. »

  • Source : Reporterre
  • Photo : Conflans Sainte Honorine / Wikimedia

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende