Au Bhoutan, le bonheur brut est serein malgré les nuages

11 février 2017 / Éric Tariant (Reporterre)



Royaume bouddhiste de l’Himalaya, le Bhoutan cultive depuis quarante ans le « bonheur national brut », pensé comme alternative à la croissance économique. Mais ce projet de civilisation est confronté à plusieurs défis.

  • Thimphou (Bhoutan), reportage

La Commission du bonheur national brut est installée dans des bâtiments en bois plantés à deux pas de Tashichoedzong, le majestueux dzong de Thimphou — la capitale du Bhoutan — où siègent le gouvernement, le roi, le Jé Kempo — le chef religieux — et une partie du clergé d’État de ce pays asiatique perché sur l’Himalaya.

Recouvert de toits rouge et or, ce monastère-forteresse est un lieu incontournable pour les quelque 120.000 à 140.000 touristes étrangers qui viennent, chaque année, découvrir le « pays du Dragon ».

Mais, pour qui s’intéresse au bonheur national brut (BNB), cette philosophie qui interpelle de plus en plus d’Occidentaux à la recherche de voies pour « se libérer de la mystique croissance », c’est ici, dans un de ces petits immeubles rectangulaires sagement alignés à l’ombre du dzong, qu’il faut se rendre pour tenter de percer les secrets du laboratoire bhoutanais.

 « Le bonheur doit précéder la croissance économique »

« Nous avons un dessein ambitieux : le bonheur et le bien-être de tous les êtres vivants. Le bonheur doit précéder la croissance économique. C’est avec cette boussole que nous conduisons les affaires économiques du pays, mais aussi nos politiques sociales, culturelles et environnementales », souligne d’une voix rauque Thinley Namgyel. Sanglé dans son gho écossais — le vêtement traditionnel bhoutanais, entre le kilt et le kimono — flanqué d’une longue écharpe blanche cérémonielle, le jeune directeur de la Commission du bonheur national brut cherche ses mots, tout en mâchouillant sa chique de noix d’arec. « Nous voulons créer les conditions qui permettent aux gens de vivre une vie heureuse et conduire le développement de façon à ce que le progrès se traduise par un accroissement du bonheur des individus, et non uniquement de la prospérité économique du pays. »

Une étude publiée en 2008 par l’université de Leicester classait le Bhoutan, petit pays de 38.000 km2 et de 765.000 habitants, au 8e rang de la « carte mondiale du bonheur », juste derrière deux pays scandinaves.

Le dzong de Thimphu

Il y a quarante ans, c’était un pays fermé, sans route, hôtel, téléphone, ni monnaie nationale. Le revenu par habitant (2.370 dollars, contre 1.590 dollars en Inde) est, aujourd’hui, l’un des plus élevés d’Asie, l’éducation et la santé y sont entièrement gratuites, et l’espérance de vie à la naissance y a enregistré, en quelques décennies, une rapide progression (70 ans en 2017, contre 50,1 ans en 1987).

La singularité de cet État enchâssé entre l’Inde et la Chine ? C’est sans doute le seul pays au monde à avoir inscrit le bonheur au cœur des politiques publiques. « Si le gouvernement ne parvient pas à créer le bonheur et la paix de ses habitants, il ne mérite pas d’exister », insistait, dès 1729, le code légal du royaume.

« Nous avons annulé des projets de construction de routes » 

Repris dans les années 1970 par le quatrième roi, Jigme Singye Wangchuck, le concept du bonheur national brut s’est, peu à peu, institutionnalisé. La Constitution adoptée en 2008, lors de l’avènement de la monarchie constitutionnelle, a sanctuarisé ces principes. Au début des années 2000, le Centre d’études bhoutanaises, le think tank national, a concocté un indice du Bonheur national brut comportant par moins de 9 domaines, 33 indicateurs et 124 variables. L’objectif ? Modéliser une vision alternative du développement, fournir des indicateurs permettant d’orienter les politiques publiques et mesurer les différents états de bonheur. Une personne est ainsi considérée comme heureuse dès lors qu’elle atteint un seuil de suffisance dans six des neuf domaines qui composent l’indice du BNB : niveau de vie, santé, éducation, utilisation du temps, résilience écologique, bien-être psychologique, vitalité communautaire et résilience culturelle.

Un festival au Wangdue Phodrang dzong.

Aucun projet, aucune loi ne peut être adopté sans l’aval de la Commission du bonheur national brut. Tous les textes sont passés au crible de cet indice multidimensionnel. Exit la proposition faite par le ministère de l’Économie d’adhérer à l’Organisation mondiale du commerce. « Sans cet outil de filtrage, nous n’aurions pensé qu’au développement économique et aux gains financiers espérés, en laissant de côté les conséquences de l’adhésion à l’OMC en matière environnementale et sociale », poursuit Thinley Namgyel.

Autre exemple : la politique minière du Bhoutan. Celle-ci s’est retrouvée bloquée pendant plusieurs années par la commission du BNB, en attendant que le ministère des Affaires économiques reprenne son texte pour mieux prendre en compte le respect de l’environnement et des populations locales.

« Nous avons annulé des projets de construction de routes qui auraient dû traverser des parcs nationaux et abandonné la construction d’une centrale hydroélectrique, à proximité de Thimphou, quand il s’est avéré que c’était un lieu fréquenté par des tigres », explique, de son côté, Pema Gyamthso, le leader de l’opposition et président du parti Druk Phuensum Tshogpa.

« C’est un paradis végétal » 

Ce sont les mêmes exigences environnementales et sociales, dictées par la philosophie du bonheur national brut, qui ont amené les dirigeants bhoutanais à interdire les OGM, à proscrire la publicité dans les lieux publics et à décider de tendre, à l’horizon 2020-2030, vers une agriculture 100 % biologique.

Un pays, ouvert au reste du monde, peut-il se développer en ayant comme ligne de mire, comme but ultime le bonheur et le bien-être de ses habitants ? Se développer en reléguant la croissance économique au second rang, pour en faire un moyen — et non plus une fin — au service des êtres humains ?

« Est-ce que ça marche, me demandez-vous ? » glisse en souriant Ha Vinh Tho, le coordinateur du Centre du bonheur national brut, une cellule de recherche-action visant à articuler transformation personnelle et changement sociétal. « On ne peut pas répondre de façon péremptoire par oui ou par non. Le Bhoutan est un laboratoire où l’on apprend autant des succès que des échecs. »

Des quatre piliers mis en place par le Bhoutan, dans les années 1990, (développement économique social et équitable, protection de l’environnement, préservation et promotion de la culture, et bonne gouvernance) de façon à équilibrer bien-être matériel, préservation de sa culture, de ses traditions et de son cadre naturel, c’est celui de la politique environnementale qui semble le plus solide.

Des jeunes préoccupés par le chômage

Peu d’états au monde peuvent se targuer, comme le Bhoutan, d’un bilan carbone négatif. Ses forêts, qui recouvrent près des trois quarts de la surface du pays, absorbent plus de dioxyde de carbone (6 millions de tonnes) que le pays n’en émet (1,5 million de tonnes). Le pays est aujourd’hui à l’avant-poste de la lutte contre le réchauffement climatique avec sa politique énergétique reposant sur l’hydroélectricité. Et pour préserver les générations futures, la Constitution dispose que le gouvernement doit maintenir la couverture forestière sur au moins 60 % du territoire. Une grande partie de ce dernier a été, en outre, sanctuarisé grâce à la création de dix parcs et réserves naturelles qui couvrent plus de 40 % de la superficie du pays. « C’est un paradis végétal. L’un des dix “hot spot” de la biodiversité mondiale et un vaste système de conservation in situ », s’enthousiasme Françoise Brenckmann, autrice d’un guide des plantes du Bhoutan.

Satisfecit également pour la bonne tenue du « pilier » de la gouvernance. Le pays est passé sans heurt, en 2008, d’une monarchie absolue à une monarchie constitutionnelle, démocratique et participative. Avant de franchir avec succès le cap de la première alternance dans un pays où le niveau de corruption figure parmi les plus bas du monde (27e rang sur 175).

Pour compenser le caractère « top down » d’une politique du bonheur national brut, conçue par le roi avant d’être institutionnalisée par les gouvernements successifs, les autorités ont multiplié les consultations de la population : lors de la construction de l’indice du BNB, à l’occasion des plans quinquennaux, mais aussi lors des bilans d’étape, réalisés tous les cinq ans, de façon à évaluer les résultats de la mise en œuvre du BNB sur la vie quotidienne des habitants.

Représentation phallique, symbole de fertilité et de prospérité

Au pays du Dragon, les pratiques culturelles sont elles aussi demeurées bien vivantes comme en témoignent les nombreuses fêtes laïques et religieuses — les tschechu — l’intérêt pour les arts traditionnels et la force des croyances et engagements religieux (multiplication des constructions de temples et de monuments dédiés au culte à l’initiative de personnes privées).

C’est sans aucun doute le « pilier » du développement socioéconomique qui accumule le plus de défis à relever. Classé par l’ONU dans la catégorie des « pays les moins avancés », le Bhoutan est loin d’être autosuffisant. Il dépend encore largement de l’aide internationale et en particulier de celle de l’Inde, son premier bailleur de fonds. La fonction publique étant au complet et le secteur privé plutôt atone, le Bhoutan fait face à une montée du chômage (3 %) et plus particulièrement du chômage des jeunes (10,7 %) qui commencent à voir le BNB comme un frein à leurs aspirations matérielles. « Commençons par développer l’économie du pays avant de nous préoccuper de réaliser le BNB », lance Kinley, un ado de 15 ans qui rêve de partir vivre à Hollywood.

Ces dernières années, quelques syndromes bien connus des pays en voie de développement ont fait leur apparition au pays des dzongs et des chortens (les stupas) : forte progression de l’exode rural, qui dévitalise les campagnes et congestionne la capitale, montée du consumérisme, progression de la petite délinquance et de la violence conjugale qui étaient des phénomènes jusqu’alors inconnus au Bhoutan.

« Si nous ne poursuivons pas sur la voie du BNB, le Bhoutan deviendra un pays comme les autres, malade du marché libre, gaspilleur des ressources et “workaholic” », insiste Dago Beda, une des patronnes les plus influentes de Thimphou, qui dirige une demi-douzaine de PME, dont une télévision par câble en dzongkha, la langue nationale.

« Pour assurer la pérennité de notre modèle de développement, le Bhoutan devra relever le défi de l’autosuffisance en construisant une économie forte et diversifiée », insistait, en octobre 2013, le nouveau premier ministre, Tshering Tobgay, dans la préface à la publication du XIe plan. On commence, tout juste aujourd’hui, à voir poindre les premières pousses de cette économie axée sur le développement d’un tissu de PME respectueuses du BNB.

Assurer la pérennité du modèle supposera aussi de mieux faire comprendre à la population les tenants et aboutissants de cette philosophie ambitieuse. « L’éducation est au cœur du dispositif. Elle aura un rôle essentiel à jouer dans la réalisation de notre grand rêve national : la création d’une société éduquée et éclairée qui intègre pleinement les valeurs du BNB, souligne, les yeux brillants, Thakur S. Powdyel, l’ancien ministre de l’Éducation, qui préside aujourd’hui le Royal Thimphu College. Nous ne l’atteindrons sans doute pas en une génération. Mais chaque classe d’âge devra conserver le cap pour ne pas risquer de nous égarer en route et d’échouer. »

Ha Vinh Tho, coordinateur du Centre du bonheur (à gauche), et Thakur S. Powdyel, ancien ministre de l’éducation

À LIRE POUR ALLER PLUS LOIN

  • Le Bhoutan. Royaume du Bonheur national brut. Entre mythe et réalité, de Thierry Mathou. L’Harmattan, 2013.
  • Bhoutan. Forteresse bouddhique de l’Himalaya, de Françoise Pommaret. Guide découverte Olizanne, 2014



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Le Bhoutan veut devenir le premier pays 100 % bio

Source : Éric Tariant pour Reporterre

Ce reportage a été réalisé avec l’aide de Nomade aventure

Photos :
. © Eric Tariant/Reporterre
Sauf :
. festival : Flickr (Carsten ten Brink/CC BY-NC-ND 2.0)
. village : Flickr (Olivier & Pascale Noaillon Jaquet/CC BY-NC-ND 2.0)

THEMATIQUE    Economie International
25 septembre 2017
Madame la députée, votez contre la banalisation de l’état d’urgence
Tribune
23 septembre 2017
Benoît Hamon : « La gauche doit se saisir de la révolution numérique pour en faire un progrès social et humain »
Entretien
22 septembre 2017
Fermes d’avenir, des petites fermes aux grandes ambitions
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Economie International





Du même auteur       Éric Tariant (Reporterre)