Faire un don
28392 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
35 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Au Testet, la FDSEA entretient un climat de violence et menace les opposants au barrage

Durée de lecture : 2 minutes

30 décembre 2014 / Christophe Curvale (Confédération paysanne)

A l’approche du Nouvel An, la FDSEA du Tarn encourage les menaces à l’encontre des opposants au barrage de Sivens. La Confédération paysanne lance un appel aux autorités, pour empêcher la violence de pro-barrages.

Lettre ouverte à MM. les préfets du Tarn et du Tarn & Garonne

Objet : menaces physiques à Sivens

Messieurs,

Des menaces venant des pro barrages, y compris des menaces de mort, ont été proférées et se multiplient sous diverses formes venant aussi bien d’individus, (lettre anonyme), de groupes de chasseurs, que d’organisations agricoles, d’élus envers d’autres élus, menaces à peine voilées lors de la première rencontre avec les experts envoyés par la madame la ministre Ségolène Royal.

La Confédération paysanne dénonce les discours guerriers et irresponsables de ténors de la FDSEA comme M. Xavier Beulin (Europe 1), M. Philippe Joucla, M. Huc qui, ajoutés aux invectives de certains élus, se traduisent sur le terrain par une exacerbation des passions sur les problèmes d’irrigation dans le bassin du Tescou.

Sur les secteurs de Lisle sur Tarn, Gaillac et St Nauphary, on voit paraître des tags en bordure de route appelant à la « battue aux zadistes comme pour les chevreuils » pour le réveillon du 31 décembre. La FDSEA 82 est particulièrement agressive et multiplie les appels au meurtre à l’encontre des opposants au barrage, via graffitis et pendaison de mannequins sur lesquels ils inscrivent « Zadiste ». Ces actes sont normalement répréhensibles !

Cette multiplication de menaces crée une situation dans laquelle des individus ou groupes excités par ces appels peuvent être fortement incités à passer à l’acte, particulièrement lors de la nuit du réveillon du nouvel an.

La Confédération paysanne en appelle solennellement aux pouvoirs publics pour qu’ils rappellent chacun de ces organismes et personnes à l’ordre et à la décence d’une part, et assurent la sécurité de la famille Lacoste et des occupants dans les jours qui viennent et en particulier le 31 décembre.

En aucun cas la situation ne peut être résolue par la violence. La Confédération paysanne, pour sa part, continue de travailler à promouvoir des solutions qui permettent de sortir de manière satisfaisante pour tous de cette situation.

Comptant sur votre sens des responsabilités, nous vous prions, messieurs, de recevoir l’assurance de notre considération.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Confédération paysanne du Tarn

Photo : Grégoire Souchay pour Reporterre, prise le 18 décembre et montrant des agriculteurs chassant un journaliste.

Lire aussi : Au Testet, les pro-barrages tentent l’opération « Manche de pioche » et menacent Reporterre.


Merci de soutenir Reporterre :

DOSSIER    Sivens

6 décembre 2019
De la Maison du peuple à l’hôpital, une journée de mobilisation à Saint-Nazaire
Reportage
6 décembre 2019
Géo-ingénierie : « La Terre est une bête incontrôlable. Vouloir la mettre en laisse, c’est chercher des ennuis »
Entretien
28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Sivens