Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre

Objectif de 12 000 donateurs avant le 3 janvier 2022

Soutenir Reporterre

En bref — Monde

Barrages routiers en Argentine contre l’exploitation du lithium

Depuis lundi 4 février, dans la région de Tilcara, en Argentine, une vingtaine de communautés autochtones bloquent plusieurs routes menant au premier chantier de perforation d’exploration d’une multinationale du lithium dans le lit d’un lac asséché en cette saison situé à plus de 3.700 mètres d’altitude.

Indispensable dans la fabrication des batteries des véhicules électriques et des centrales photovoltaïques et éoliennes, le lithium fait l’objet de 53 projets d’exploitation dans cette région située dans le fameux « triangle du lithium » (Argentine, Bolivie, Chili), qui concentre 85 % des réserves mondiales de ce métal.

Constituées en assemblée, ces communautés exigent l’application de la Convention n° 169 de l’Organisation internationale du travail (OIT) qui fait obligation aux États de procéder à une consultation des communautés indigènes avant tout projet pouvant affecter leur territoire. Elle avait été promise lors d’un déplacement dans la région en 2016 par le gouverneur de la région, Gerardo Morales, qui a ensuite lancé un appel d’offres pour l’exploitation du minerai.

« L’exploitation du lithium nécessite non seulement l’utilisation de contaminants chimiques mais aussi des techniques extractives nécessitant d’importantes ressources hydriques, dans une région déjà affectée par la pénurie d’eau », dénonce dans son communiqué la fondation Ambiente y recursos naturales (FARN), qui soutient l’action des communautés locales aux côtés d’autres ONG telles qu’Amnesty International Argentine.

Ces projets industriels « font disparaître l’identité, la culture, les formes d’organisation communautaires et nos cultures agricoles nécessaires à l’élevage et à l’artisanat », a confié Walter Alancay, de la communauté aborigène de Aguas Blancas, à nos confrères d’Ecositio.com.


Voici le Communiqué publié à la suite de la journée du jeudi 7 Février 2019

« Non au lithium !!!!!! Non au lithium !!!!! Oui à la vie !!!! Oui à l’eau !!!

Nous appelons à pleine voix les plus de 300 personnes des 21 communautés présentes à la DÉFENSE DU TERRITOIRE INDIGÈNE DE LA CUENCA DE SALINAS GRANDES ET DE LA LAGUNA DE GUAYATAYOC, nous exprimons et affirmons que nous ne permettrons pas l’exploration, la prospection, la faisabilité et l’exploitation de toute ressource minière dans tout le territoire, à toutes les entreprises extractivistes.

Nous déclarons également que nous n’accepterons pas la « consultation libre, préalable et informée » par l’État de la province, qui devait s’y conformer avant d’autoriser les sociétés LOSI et EKEKO à travailler dans la zone de Pozo Dulce ; et pour lancer un appel d’offres pour des activités minières sur de nouvelles zones de notre territoire depuis l’entreprise minière provinciale JEMSE (dossier 660/538/2018). Nous demandons en même temps au gouvernement qu’il engage la nullité de cet appel d’offres.

Au cours de cette journée du jeudi 7 février, des familles entiéres de nos communautés se sont mobilisées au croisement des routes n° 52 et n° 79, pour distribuer des pamphlets aux touristes et aux voyageurs afin de faire connaître le grave problème de l’exploitation minière en projet sur notre territoire. Sur le site de Pozo Dulce, nous avons réussi à faire respecter le délai de 72 heures que nous avions donné á l’entreprise pour cesser son activité et pour se retirer des lieux.

  • Signé par : Les communautés autochtones de : El Angosto, El Moreno, Lipan, Saladillos, San Miguel de Colorados, Pozo Colorado, Sanctuaire de Tres Pozos, Aguas Blancas, Sianzo, Barrancas, Rinconadillas, Alfarcito, Sauzalito, Queñoalito, Tusaquillas, Casabindo et Cochagaste, Quera et Agua Caliente, Abralaite et Agua de Castilla, une fois de plus unies pour un seul COMBAT, nous avons défendu notre TERRITOIRE.

Merci à tous les frères et sœurs du PEUPLE KOLLA, JALLALLA, JALLALLA .”

  • Source : Célia Izoard pour Reporterre
  • Photos : © Roger Moreau

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende