Ces éleveurs de porcs qui se soucient d’écologie et de bien-être animal

27 mai 2016 / Benoit Vandestick (Reporterre)



Pour répondre à la double crise de l’élevage porcin en Bretagne – écologique avec les algues vertes et économique avec les crises répétées –, des éleveurs se tournent vers la filière Porc authentique élevé sur paille, préoccupée par le développement durable. Les animaux vivent bien mieux et les éleveurs également.

- Plélo (Côtes-d’Armor), reportage

Dans un bâtiment généreusement éclairé par le soleil, des petits cochons gambadent sur la paille. Dans leurs auges, du bon grain, provenant des champs aux alentours. Et pour gérer tout ça, un éleveur, attentif à chacune de ses petites bêtes. « C’est comme dans une publicité pour une grande marque d’alimentation, sauf qu’ici, tout est réel », plaisante Norbert Lesné. Cet éleveur est installé depuis 2010 dans son exploitation de porc sur paille, à Plélo, dans les Côtes-d’Armor. « L’élevage sur paille était pour moi une évidence, rapporte-t-il. Je n’aurais pas voulu travailler autrement. D’abord pour la question du bien-être animal, mais aussi pour des raisons environnementales. » En 2013, il rejoint la filière Porc authentique élevé sur paille, créée la même année par le réseau Cohérence, un groupement d’organisations du Grand-Ouest engagées dans le développement durable. Objectif de la filière : promouvoir un porc équitable et écologiquement responsable, sur un territoire restreint. « J’ai rejoint le réseau Cohérence dès mes débuts, pour pouvoir échanger avec des professionnels qui partagent les mêmes préoccupations », explique l’éleveur.

Un cahier des charges regroupant une cinquantaine de points 

L’engagement de Cohérence est né du constat des différentes crises que traverse la production porcine bretonne depuis plusieurs années. D’abord la crise environnementale, avec notamment le problème des algues vertes lié à la concentration des animaux, et la crise économique, dont souffrent les éleveurs et les petits abattoirs. Parallèlement, la demande des consommateurs pour des pratiques agricoles tournées vers le bien-être animal et des produits plus sains s’est renforcée. « Les éleveurs sur paille qui faisaient de la vente directe n’avaient pas vraiment de difficulté à vendre leurs produits, mais pour les autres, c’était très compliqué », rapporte Jean-Bernard Fraboulet, chargé de mission à Cohérence. La création de la marque Porc authentique élevé sur paille devait leur permettre de trouver des filières de commercialisation capables de valoriser ces produits. Car la qualité a un coût : élever du porc sur paille ne demande pas le même travail que sur caillebotis.

JPEG - 177.9 ko
L’élevage de Norbert Lesné, à Plélo, dans les Côtes-d’Armor.

« De façon générale, il y a plus de manutention en élevage sur paille », témoigne Norbert. Le plus gros du travail ? Le curage. « Pour les cochons en phase d’engraissement, ça n’est pas trop difficile, car j’ai agencé les bâtiments de façon à y accéder mécaniquement. Le plus dur, c’est pour les truies en maternité. Là, il faut curer manuellement tous les jours et pailler à chaque fois. Si c’est sale, les tétines vont être sales et l’on risque d’avoir des maladies. L’hygiène est très importante à ce moment-là. » Face au bâtiment de maternité se trouve un hangar, dans lequel la paille est stockée. « Ce qu’il y a ici provient de mes cultures », indique l’éleveur. Les céréales récoltées sont stockées dans des silos, qui s’élèvent contre le pignon du bâtiment d’engraissement. S’y trouve également du lin, qui vient enrichir l’alimentation des cochons, permettant aux produits de bénéficier du label Bleu Blanc Cœur.

JPEG - 72.2 ko
L’affiche de la filière Porc authentique élevé sur paille.

La filière Porc authentique élevé sur paille engage l’éleveur à respecter un cahier des charges regroupant une cinquantaine de points. Celui-ci a été élaboré lors d’échanges entre associations environnementalistes, éleveurs et consommateurs. Outre la particularité d’être élevés sur litière, les animaux bénéficient d’un espace de 1,5 m² par tête (contre 0,7 m² en conventionnel) et d’une alimentation garantie sans OGM ni antibiotique. L’apport en azote lors de l’épandage est limité, afin de réduire la pollution des eaux. Le recours aux antibiotiques n’est autorisé qu’en usage curatif, pour les truies de la maternité, à raison d’une fois seulement maximum à chaque mise bas. C’est plus qu’en bio (une fois pour toute la vie), mais moins qu’en conventionnel (utilisation préventive). La solution : éviter que les truies ne tombent malades. « Le fait d’avoir un petit élevage, où les animaux ne sont pas entassés, limite déjà les risques, rapporte Norbert. Aussi, j’attends 5 à 6 chaleurs avant d’inséminer une truie. De cette façon, elle est plus développée et plus résistante aux maladies. La mise bas se passe mieux, sans avoir besoin d’hormones. Plus la mise bas est courte, plus la truie se remet bien. Et les petits sont en meilleure santé. »

« Regardez tout ça : que des produits locaux et de qualité » 

La phase d’engraissement terminée, les cochons sont mis à mort dans le petit abattoir de Quintin, situé à proximité des élevages et boucheries partenaires. La boucherie de Frédéric et Frédérique Ferchal, à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), commercialise la viande de Norbert depuis août 2015. Pour eux, le choix du Porc authentique sur paille allait de soi. « Cet engagement correspondait à ce que nous voulions en nous installant, affirme Frédérique, en présentant ses produits. Regardez tout ça : que des produits locaux et de qualité. Nous utilisons aussi des légumes du coin pour nos produits traiteurs. » Bien que le Porc authentique élevé sur paille coûte plus cher que le porc conventionnel, le couple n’a pas pour autant augmenté les prix. « Les clients sont très satisfaits de la qualité de la viande et reviennent plus souvent. On a aussi gagné de nouveaux clients. Finalement, la diminution de la marge au kilo est récupérée sur la quantité vendue. »

JPEG - 154.5 ko
La boucherie de Frédéric et Frédérique Ferchal, à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor).

Sur la dizaine d’éleveurs qu’accompagne Cohérence, deux sont actuellement labellisés Porc authentique élevé sur paille. Le réseau cherche aujourd’hui de nouveaux points de vente, pour permettre aux éleveurs intéressés de se lancer dans cette activité. « Nous avons une relation de confiance avec le territoire, rapporte Jean-Bernard Fraboulet. Les élevages sont parfois ouverts pour des visites de consommateurs, d’élus et aussi des lycées agricoles, traditionnellement portés sur du conventionnel. » La filière se penche également sur la restauration collective. « Il y a déjà une cuisine centrale qui se fournit chez un des bouchers partenaires de la filière. Nous avons aussi un rôle à jouer dans la sensibilisation des jeunes, pour la consommation locale. »

JPEG - 78.4 ko
Des éleveurs satisfaits.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Sur le Larzac, l’éleveur de porcs au naturel voit l’avenir en rose

Source : Benoit Vandestick pour Reporterre

Photos : © Benoit Vandestick/Reporterre
. Chapô : des porcelets de l’élevage de Norbert Lesné.

DOSSIER    Animaux

THEMATIQUE    Agriculture
29 septembre 2016
Deux milliards de dollars : ce que coûte l’éclatement d’un seul fût de déchets nucléaires
Info
29 septembre 2016
Au Brésil, chaque semaine un défenseur de l’environnement est assassiné
Info
30 septembre 2016
L’arbre est un génie. Voici son livre
À découvrir


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Animaux



Sur les mêmes thèmes       Agriculture