Concilier croissance économique et écologie : le « en même temps » du Premier ministre

Durée de lecture : 4 minutes

12 juin 2019



Mercredi 12 juin le Premier ministre, Édouard Philippe, a fait sa déclaration de politique générale devant les députés. Ce discours doit lancer, selon M. Philippe, « l’acte II du quinquennat ». La transition écologique a figuré en bonne place dans sa déclaration, le Premier ministre affirmant que « plus personne n’[avait] le monopole du vert ».

« J’ai mis du temps à considérer que ces enjeux étaient aussi urgents que l’emploi et la sécurité, a-t-il d’abord admis. Je ne suis pas un défenseur de la décroissance, je crois en la science, je sais ce que notre pays doit à son agriculture, j’aime l’industrie et je l’assume, je crois en l’économie de marché régulée, en l’innovation et en la force de la croissance. Je crois possible un modèle économique qui ne condamne pas ceux qui viendront après nous ou qui vivent loin de nous. »

Parmi les annonces, il y a plusieurs confirmations (donc rien de nouveau) :

  • la centrale nucléaire de Fessenheim devrait fermer avant fin 2020 (une annonce déjà faite par Emmanuel Macron en 2018) ;
  • les quatre dernières centrales à charbon fermeront bien en 2022, et les contrats de transition énergétique devraient être signés d’ici la fin d’année ;
  • l’interdiction de la destruction des invendus devrait figurer dans la loi antigaspillage, en discussion à l’Assemblée nationale à la rentrée ;
  • le gouvernement s’est à nouveau engagé à se battre au niveau européen « pour un budget de la PAC à la hauteur de la transition écologique », et pour l’adoption du Nutriscore ;
  • la Convention citoyenne lancée dans la foulée du « grand débat » rendra ses conclusions au début de l’année 2020. Le gouvernement s’est engagé à traduire ces propositions en projets de loi, décrets ou même référendum.

Il y a aussi quelques nouveautés :

  • de nouveaux appels d’offre pour l’éolien en mer devraient être lancés, à hauteur d’1 GW par an ;
  • la prime à la conversion pour les véhicules polluants devrait être étendue à un million de familles d’ici à la fin du quinquennat ;
  • sur l’hydraulique, le Premier ministre a affirmé que « nous n’accepterions pas le morcellement de ce patrimoine commun des Français » ;
  • les aides à la rénovation énergétique seront remises à plat : le crédit d’impôt transition énergétique devrait être transformé en « aide plus massive versée à ceux qui en ont le plus besoin » ;
  • les produits en plastique jetable devraient être bannis de l’administration dès l’année prochaine ;
  • une réflexion sera lancée avec les collectivités pour la création d’une consigne sur certains emballages ;
  • le Premier ministre a ouvert la voie à l’interdiction des boites plastiques non constituées de plastique recyclé.

Par ailleurs, le Premier ministre a annoncé que « les niches anti écologiques, celles qui touchent les très grandes entreprises seront concernées [réexaminées]. Les choix du gouvernement seront annoncés début juillet ».

Il y a également des absents : aucune référence à la future loi foncière, pourtant dans les tuyaux depuis plusieurs mois, a ainsi regretté la Confédération paysanne. « Cette absence est inadmissible alors que les enjeux liés à la question foncière, à savoir l’accaparement et l’artificialisation des terres agricoles, l’installation et la transmission, sont essentiels pour conduire réellement la transformation de notre modèle agricole », a déclaré le syndicat. Pas un mot également sur la Montagne d’or, le projet de mine controversé en Guyane, dont le gouvernement avait esquissé l’abandon, tout en restant ambigu.

Et globalement, les associations écologistes, comme Greenpeace, ont dénoncé « une accélération rhétorique plutôt qu’écologique », pointant les nombreuses contradictions entre le discours de M. Philippe et les actions du gouvernement : « loin d’accélérer, le gouvernement empêche en réalité que les lois mobilités et énergie-climat actuellement en discussion à l’Assemblée nationale soient des outils efficaces de lutte contre les changements climatiques, a affirmé Clément Sénéchal, de Greenpeace France. Il a soutenu une date de fin de vente des véhicules diesel et essence beaucoup trop tardive, s’oppose pour le moment à la taxation du secteur aérien, repousse la transition énergétique de 10 ans en décalant l’objectif de 50 % de nucléaire dans le mix énergétique à 2035 et rejette toute obligation de rénovation des passoires énergétiques. »

  • Source : Reporterre
  • Photo : capture du discours d’Édouard Philippe





28 septembre 2020
Budget 2021 : la transition écologique attendra
Lire sur reporterre.net
28 septembre 2020
En Allemagne, 3.000 activistes ont bloqué plusieurs mines et centrales à gaz et à charbon
Lire sur reporterre.net
28 septembre 2020
Six nouveaux sénateurs écolos au Sénat
Lire sur reporterre.net
26 septembre 2020
Des activistes du climat occupent une rue de Paris
Lire sur reporterre.net
25 septembre 2020
Le conseil départemental de Haute-Marne vote une motion contre le projet de laverie nucléaire à Joinville
Lire sur reporterre.net
25 septembre 2020
Des jeunes du monde entier ont manifesté vendredi pour le climat
Lire sur reporterre.net
25 septembre 2020
Les grèves pour le climat sont de retour
Lire sur reporterre.net
25 septembre 2020
Le gouvernement assure avoir « tiré les leçons » de l’incendie de Lubrizol
Lire sur reporterre.net
24 septembre 2020
Pollution de l’air : l’État français toujours aussi inefficace, selon la Cour des comptes
Lire sur reporterre.net
24 septembre 2020
Total va fermer la raffinerie de Grandpuits
Lire sur reporterre.net
24 septembre 2020
Convention citoyenne : pas de projet de loi avant la fin de l’année
Lire sur reporterre.net
24 septembre 2020
L’association L214 dévoile les dessous des élevages à gibier pour la chasse
Lire sur reporterre.net
23 septembre 2020
La Chine s’engage à la neutralité carbone d’ici à 2060
Lire sur reporterre.net
23 septembre 2020
Néonicotinoïdes : la mobilisation contre le projet de loi s’intensifie
Lire sur reporterre.net
22 septembre 2020
Néonicotinoïdes : betteraviers et scientifiques cherchent des « solutions alternatives »
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Politique
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage
28 septembre 2020
À l’île Maurice, rébellion et autogestion contre la marée noire
Tribune
26 septembre 2020
Covid : nous devenons une société d’androïdes masqués
Chronique


Sur les mêmes thèmes       Politique