Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Tribune — Nucléaire

Corinne Lepage : « L’appel au secours d’EDF est pathétique et insupportable »

Pour Corinne Lepage, des décennies de mauvaises orientations et piètres décisions ont emmené EDF dans la périlleuse situation qu’elle connaît aujourd’hui. Problème : ce sont avant tout les Français qui risquent de payer le coût de l’obsession nucléaire de la compagnie d’électricité.

Corinne Lepage est présidente de Cap21/Le Rassemblement citoyen, ancienne ministre de l’Environnement et avocate.


L’appel au secours de Jean-Bernard Lévy, PDG d’EDF, lors de son audition au Sénat le 10 février sur le mode « il faut sauver le soldat EDF » qui ne peut pas financer le recours aux énergies renouvelables et risque donc de devenir un acteur de deuxième zone, est à la fois pathétique et insupportable.

Insupportable, parce que fidèle à la fable de l’arroseur arrosé, EDF paye vingt ans de politiques absurdes. Le groupe a perdu des milliards d’euros dans des aventures sans lendemain, aux États-Unis avec Constellation [1], en Argentine [2] et dans d’autres pays du monde, au lieu d’investir dans l’entretien des centrales françaises. Il s’est opposé au développement des énergies renouvelables en cassant systématiquement le développement de l’éolien et en inventant des règles stupides pour contrecarrer le solaire.

EDF serait n’importe quelle entreprise privée, ses actionnaires se retourneraient contre un président-directeur général aussi peu clairvoyant et un conseil d’administration aussi défaillant. Le bilan de la société aurait déjà été déposé, compte tenu de sa situation financière. Mais EDF est privée quand ça l’arrange et société nationale [3] quand il s’agit de faire payer par le contribuable ses choix catastrophiques. Ainsi, si le projet Hercule de scission d’EDF en trois entités distinctes — une entité publique, abritant le nucléaire et le gaz, une entité cotée en bourse et ouverte à hauteur de 30 % environ aux capitaux extérieurs regroupant les activités commerciales, la distribution d’électricité et les énergies renouvelables, et une quasi-régie publique pour les barrages hydroélectriques — voyait le jour, le déficit abyssal d’EDF devrait retomber sur la tête du contribuable. Nous n’en sommes pas là. Mais cette situation est insupportable au sens propre comme au figuré.

La centrale nucléaire de Belleville vue depuis une colline de la rive droite de la Loire.

Cet appel au secours est pathétique tant il témoigne d’un aveuglement qui n’est heureusement pas partagé à l’échelle européenne. Le PDG d’EDF se plaint que la taxonomie européenne ne retienne pas le nucléaire dans les investissements durables [4]. Certes, le nucléaire coche une case si l’on admet qu’il contribue à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Mais pour être durable, il doit prouver son innocuité dans cinq domaines parmi lesquels la biodiversité, l’économie circulaire et la protection de l’eau. Or, le nucléaire menace la biodiversité et la protection des ressources, ne s’inscrit pas dans une économie circulaire et utilise de l’eau en la réchauffant. L’industrie nucléaire n’est donc pas durable au sens communautaire du terme, et l’Union européenne tient bon face à la France qui se comporte en véritable lobbyiste du nucléaire à Bruxelles.

L’aveuglement est également financier. Si la France a obtenu de continuer avec un mix électrique unique en Europe car composé à plus de 65 % de nucléaire [5], la Commission européenne et les États membres sortis du nucléaire ou en voie d’en sortir (à l’exception de la Suède dont la part du nucléaire dans le mix électrique est de 40 %) ne sont pas prêts à accepter que des aides d’État aillent financer le nucléaire. Cette énergie, en passe de devenir la plus chère du monde, risque de ruiner EDF et, derrière elle, les contribuables français qui ont déjà une dette abyssale à éponger et l’économie française qui serait condamnée à payer très cher son électricité. En revanche, les auteurs de cette politique énergétique néfaste ne porteront jamais la responsabilité des choix absurdes qu’ils ont faits, comme d’habitude dans notre beau pays.

L’appel au secours de Jean-Bernard Lévy est donc grossier et de mauvaise foi. Cette succession de mauvais choix et l’impasse dans laquelle se trouve aujourd’hui EDF pourraient en leur donnant raison faire hurler de rire ceux qui, depuis des années, contestent ces orientations. Malheureusement, s’agissant de notre pays et d’un de nos plus anciens fleurons industriels, ce gâchis donne plutôt envie de pleurer.

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende