Coronavirus : la marche pour le climat annulée à Paris

Durée de lecture : 4 minutes

13 mars 2020 / Alexandre-Reza Kokabi (Reporterre)



À la suite de l’allocution du président Emmanuel Macron et « au vu de l’évolution rapide de la situation sanitaire », les organisateurs de la marche pour le climat du samedi 14 mars ont décidé d’annuler le défilé parisien.

Fin de la trêve hivernale repoussée, mécanisme de chômage partiel, fermeture de toutes les écoles (ainsi que les crèches, collèges, lycées et universités), personnes âgées priées de rester chez elles… Face à la « plus grave crise sanitaire qu’ait connue la France depuis un siècle », le président de la République a annoncé, jeudi 12 mars, une série de mesures pour enrayer la propagation du coronavirus (Covid-19). Dans la foulée, les organisateurs de la marche pour le climat de samedi, à Paris, ont annulé leur défilé.

« Nous ne sommes qu’au début de cette épidémie et partout en Europe, elle s’accélère », a déclaré Emmanuel Macron, dans une allocution télévisée enregistrée à l’Élysée. En France, 2.876 personnes contaminées ont été recensées dans le dernier bilan. 129 sont en réanimation et 61 personnes sont mortes. Pour protéger ses concitoyens, « tous les moyens nécessaires » au bon fonctionnement du système de santé seront déployés « quoi qu’il en coûte », a promis Emmanuel Macron. Le président a fait l’éloge de « l’État-providence », considérant que ce serait « une folie » de laisser certains biens et services aux « lois du marché ». C’est ce que « révèle », à ses yeux, cette pandémie. Il prévoit d’annoncer « des décisions de rupture ».

« Certains dirigeants se révèlent lors de crises, a réagi l’avocat et docteur en droit de l’environnement Arnaud Gossement, sur le réseau social Twitter. Tant mieux si Emmanuel Macron change de braquet sur l’État-providence et le sanitaire. Reste à le faire sur l’environnement car tout est lié. »

Dans son enregistrement, le président a écarté l’idée de reporter les élections municipales. Le premier tour se tiendra, comme prévu, ce dimanche 15 mars. « Il est important (...) d’assurer la continuité de notre vie démocratique et de nos institutions », a-t-il estimé.

Trois heures après l’allocution d’Emmanuel Macron, les organisateurs de la marche pour le climat du samedi 14 mars à Paris, Alternatiba, les Amis de la Terre et l’ONG le Mouvement, ont décidé d’annuler leur défilé. Le mardi 10 mars, à l’occasion d’une conférence de presse, ils envisageaient pourtant un report « seulement dans le cas où les élections municipales seraient repoussées, puisque c’est sur elles que nous voulons peser », affirmait alors Élodie Nace, porte-parole d’Alternatiba.

« Malgré la validation du trajet de la marche pour le climat samedi 14 mars par la préfecture de Paris, les organisateurs considèrent aujourd’hui que les conditions ne sont pas réunies pour garantir la sécurité des participantes et des participants et susciter une mobilisation massive sous la forme d’une marche à la veille des élections municipales, ont justifié les trois organisations jeudi soir, après 23 h. Cela n’engage en rien les organisateurs de marches ailleurs en France », ont-elles précisé.
 
Elliot Lepers, de l’ONG le Mouvement, a estimé que dans le contexte actuel, « organiser une grande marche populaire n’est plus le bon moyen » de « faire entendre l’urgence de la crise climatique et sociale à la veille des élections municipales ».

Les organisateurs ont assuré qu’ils communiqueraient, ce vendredi 13 mars, « les détails d’un dispositif alternatif de mobilisation pour porter la voix et la détermination de toutes les personnes qui souhaitent se mobiliser », tout en respectant « les recommandations sanitaires des autorités et des scientifiques ».

« Sans minimiser les mesures nécessaires pour faire face à l’épidémie, nous ne pouvons nous empêcher de les comparer avec la funeste inaction du gouvernement face à l’urgence climatique, qui menace pourtant des millions de vie et des écosystèmes entiers », a déclaré Élodie Nace, d’Alternatiba.

Cécile Marchand, des Amis de la Terre France, a considéré que « la crise du coronavirus nous rappelle à juste titre que pour amortir de tels chocs, qui vont s’accélérer avec la crise climatique, un système de protection sociale solide et des services publics sont nécessaires ». Elle n’oublie pas « toutes les reculades du gouvernement actuel sur le plan de la justice sociale et de la lutte contre le dérèglement climatique ».

Une action de désobéissance civile intitulée « Résistance continue » et prévue par Youth for Climate ce vendredi 13 mars à Paris, a également été reportée. « Si l’action avait été maintenue, l’impact sur la cible aurait été très faible puisqu’elle aurait sûrement été fermée », ont communiqué les jeunes en grève pour le climat, qui craignaient aussi que toute l’attention médiatique soit concentrée vers le coronavirus.





Source : Alexandre-Reza Kokabi Reporterre

Photo :
. chapô : Capture d’écran de l’allocution d’Emmanuel Macron



Documents disponibles

  Sans titre
DOSSIER    Covid-19

THEMATIQUE    Climat Luttes Politique
1er août 2020
EN BÉDÉ - L’avion, un secteur qui doit (beaucoup) décroître
Info
31 juillet 2020
Écologistes, nous marchons contre le racisme et pour la justice sociale
Tribune
31 juillet 2020
Un été pour explorer
La vie de Reporterre


Dans les mêmes dossiers       Covid-19



Sur les mêmes thèmes       Climat Luttes Politique





Du même auteur       Alexandre-Reza Kokabi (Reporterre)