Des coursiers à vélo veulent dépasser l’ubérisation par la coopération

Durée de lecture : 4 minutes

22 septembre 2017 / Fanny Dollberg (Reporterre)

Les opposants à la réforme du code du travail manifestaient jeudi 21 septembre. Parmi eux, des livreurs à vélo de la plate-forme de livraison de repas à domicile Deliveroo. Ils dénoncent la précarisation et l’ubérisation de leur métier. Et préparent l’alternative : une plate-forme coopérative.

Ils étaient quelques-uns à la manifestation contre les ordonnances de la loi Travail, à Paris, jeudi 21 septembre. La veille, des coursiers à vélo se retrouvaient aussi à la Bourse du travail à Paris, pour un débat sur l’ubérisation. Organisé par l’association Coopcycle, il réunissait syndicats, collectifs, acteurs coopératifs, chercheurs et politiques tels que Danielle Simonnet, conseillère de Paris et coordinatrice du Parti de gauche, Bernard Friot, fondateur de l’association réseau Salariat, ou Jérôme Pimot, fondateur du Collectif des livreurs autonomes de Paris (Clap).

Lors de la manifestation du 21 septembre contre les ordonnances sur le travail. Des livreurs à vélo y ont participé de manière dispersée.

Entre 100 et 150 personnes étaient présentes dans la salle Ambroise Croizat pour lancer une réflexion sur l’ubérisation de l’économie et les alternatives.

L’ubérisation est un détournement de la responsabilité légale des employeurs envers les travailleurs, opéré par la modification du statut de travailleur : celui-ci n’est plus salarié mais indépendant face au donneur d’ordres avec lequel il est en relation essentiellement par téléphone ou internet. Elle est issue de l’univers du numérique et de l’économie collaborative, mais se nourrit du travail indépendant pour générer des profits, pas vraiment distribués. Si cette ubérisation se généralisait, elle pourrait, estiment ses critiques, détruire le régime de protection des travailleurs.

C’est ce que font certaines plates-formes comme Deliveroo, une entreprise de livraison de repas, en imposant le statut d’autoentrepreneur à ses livreurs. Comme ceux-ci ne sont rattachés à aucune structure salariale ou syndicale, et sont dispersés et individualisés, les plates-formes peuvent imposer leurs règles et leurs conditions de travail parfois extrêmes.

Ainsi, le 27 août, Deliveroo a annoncé qu’elle paierait désormais ses coursiers à la course et non plus à l’heure. Le Collectif des livreurs autonomes de Paris (Clap) a dénoncé cette modification à double titre. D’une part, elle rend les conditions de travail plus dangereuses, puisque le tarif à la course pousse les livreurs à rouler plus vite, puisqu’ils ne sont payés que quand ils roulent. D’autre part, il estime que le pouvoir d’achat des coursiers pourrait être réduit de 30 %. Cela représente du chiffre d’affaires, et non du salaire. « Tout se joue sur l’abus de langage entre travailleurs indépendants et autoentrepreneurs. Cela ressemble à du salariat déguisé », dit Jérôme Pimot.

À la Bourse du travail, le 20 septembre. Comment lutter contre la généralisation de la précarité favorisée par le numérique ?

Durant la discussion à la Bourse du travail, il est apparu que ce n’était pas le travail indépendant qui est critiqué, mais la précarité du statut d’autoentrepreneur, qui se généralise peu à peu. Pas de cotisations — ni au chômage, ni à la retraite —, situation d’exploitation, et des conditions de travail qui se dégradent un peu plus chaque jour. Pour Danielle Simonnet, « l’ubérisation nous rend complice d’un suicide social collectif. C’est l’étape 2.0 du capitalisme ».

Alexandre Segura : « Les personnes concernées devront s’approprier l’outil coopératif. »

Les intervenants se sont retrouvés sur le modèle à suivre pour mettre fin à cette précarité : la coopération. « Il faut ré-insuffler un projet politique dans le modèle coopératif, et arriver à un modèle économique viable », dit le syndicaliste Stéphane Fustec (CGT-SAP). Concrètement, il s’agit de développer les entreprises partagées, avec un salariat sans rapport de subordination, encourager la solidarité, mutualiser les droits, les compétences, les idées, se réapproprier et socialiser les moyens de productions numériques. Pour Jérôme Pimot, fondateur du Clap, il faut « réintroduire le syndicalisme auprès des jeunes, revenir vers du collectif ».

L’association des travailleurs en coopérative leur permettrait de contrôler collectivement les plates-formes qui les mettent en relation avec les clients et de ne plus être abusivement ponctionnés. Le statut de coopérative n’exclut pas le financement extérieur mais il attribue aux salariés un minimum de 51 % des parts de la société, ce qui leur donne un pouvoir collectif.

C’est le projet de l’association Coopcycle : créer une plate-forme coopérative de livraison de repas à vélo, grâce à un logiciel open source géré comme un bien commun. Le code source sera placé sous une licence à réciprocité, ce qui signifie qu’il ne peut être utilisé commercialement que dans le cadre d’une entreprise collective appartenant à ses travailleurs, dans laquelle les gains financiers sont répartis équitablement. C’est une licence « anticapitaliste », précise Alexandre Segura, son créateur. Elle permettrait de pérenniser le métier de coursier, de structurer la profession et de favoriser le statut de salarié.

Pour l’instant, l’outil technologique — le logiciel — existe, mais la plate-forme n’est pas encore opérationnelle. Il faut désormais trouver un modèle économique sur lequel s’appuyer et faire des expériences avec des restaurateurs, commerces, associations et mairies pour concrétiser la plate-forme et le projet. « Les pistes sont multiples, mais nous n’avons pas toutes les réponses. L’objectif pour Coopcycle est d’arriver à la version 1. Une fois qu’elle sera prête, nous pourrons la lancer. Ce sera ensuite aux personnes concernées, livreurs, prestataires de se l’approprier, de l’améliorer, de l’adapter et de la faire vivre », dit Alexandre.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Fanny Dollberg pour Reporterre

Photos : © Fanny Dollbert/Reporterre

DOSSIER    Transports

THEMATIQUE    Luttes
20 septembre 2019
À Paris comme dans le monde, la jeunesse en grève pour le climat
Reportage
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
21 septembre 2019
Le mouvement pour le climat mise gros sur la désobéissance civile
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Transports



Sur les mêmes thèmes       Luttes





Du même auteur       Fanny Dollberg (Reporterre)