Des pingouins à l’assaut d’Intermarché contre la pêche en eau profonde

Durée de lecture : 1 minute

8 décembre 2013 / Nouvelle école écologiste

Une video montre que l’on peut agir facilement, avec de l’humour, contre le chalutage en eau profonde. Mardi, un vote important doit avoir lieu au Parlement européen sur cette question.


La pétition contre le chalutage en eau profonde de l’association Bloom a déjà recueilli plus de 700.000 signatures. La Nouvelle Ecole Ecologiste a souhaité appuyer cette incroyable mobilisation à sa manière, en défiant les Mousquetaires sur leur terrain.

Ce chalutage et ces grands filets dérivants sont responsables de la. destruction massive de la faune sous-marine, le tout pour rejeter 97% des poissons à la mer (morts) et pour toucher des subventions européennes. Le groupe Intermarché possède six des onze chalutiers grands fonds.

Mardi 10 décembre, le Parlement Européen a l’occasion de changer les règles pour mettre fin à cette pêche aberrante et favoriser une pêche à la fois plus respectueuse de l’environnement et plus créatrice d’emplois (jusqu’à dix fois plus de marins pour la pêche à la palangre par exemple).

La France bloque cette avancée, et Intermarché exerce un lobby féroce.

La Nouvelle Ecole Ecologiste invite tous les consommateurs à refuser le chalutage en eau profonde et à interpeller à leur manière (déguisés ou pas !) la direction du magasin intermarché en bas de chez eux).

Liste des magasins ici

Vidéo de l’action : https://www.youtube.com/watch?v=xy8GtSWJgPU


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Nouvelle école écologiste.

Lire aussi : La flotte de pêche d’Intermarché sous perfusion des aides publiques.

DOSSIER    Pêche

16 novembre 2019
Au Brésil, la marée noire dévaste les côtes et le gouvernement ne fait rien
16 novembre 2019
Les Gilets jaunes ont forcé la mue sociale du mouvement écologiste
15 novembre 2019
Porté par son succès, le vin naturel affirme sa dissidence


Dans les mêmes dossiers       Pêche