Dix résolutions pour changer de direction en 2015

Durée de lecture : 5 minutes

2 janvier 2015 / Lorène Lavocat (Reporterre)

Pour 2015, Reporterre vous propose dix résolutions facilement applicables dans notre vie quotidienne, résolument écologiques et porteuses d’espoir pour notre planète.


1. Je change de banque

Pourquoi ? Choisir à quoi sert et où va mon argent est un geste à la fois simple et décisif. L’argent est, parait-il, le nerf de la guerre. Et les banques financent bien trop souvent des activités nocives pour les humains et la planète.

Comment ? Depuis quelques années, de nombreuses associations ont mis en place des guides de finance responsable. De La Nef à Terre de liens, les alternatives au système bancaire classique sont légion !

2. Je ralentis

Pourquoi ? "Course suicidaire et inconsciente", selon Edgar Morin, le système capitaliste nous impose le diktat de l’urgence et de l’immédiateté : « Time is money ». Dans notre construction collective d’un autre futur, la guerre du temps est un aspect fondamental. Car, bonne nouvelle, nous pouvons prendre le temps de vivre !

Comment ? Slow food, citta slow, slow sex... le mouvement Slow, apparu en Italie à la fin des années 1980, touche aujourd’hui toutes les dimensions de la vie. Avec une idée commune : lutter contre l’accélération générale et prendre du recul. Et pour commencer, vous pouvez visionner le documentaire « L’urgence de ralentir », diffusé sur Arte en septembre 2014.

3. Je ne vais plus au supermarché (surtout si c’est Auchan)

Pourquoi ? Des produits négociés au rabais auprès des agriculteurs ou qui ont fait des centaines de kilomètres. Des grandes surfaces qui détruisent les commerces de proximité et artificialisent nos territoires. Des groupes qui pratiquent l’évasion fiscale. Bref, on peut - et on doit - se passer de la grande distribution.

Comment ? Marché, Amap, épicerie solidaire ou coopérative. Les alternatives ne manquent pas. Le tout tient en deux mots : circuit court.

4. Je propose à mes collègues d’aller ensemble au boulot

Pourquoi ? Des milliers de personnes prennent chaque jour leur voiture, seule, pour aller au boulot. La voiture individuelle, c’est du passé, apprenons à partager. Si chacun emmenait dans son véhicule des collègues (ou d’autres) on pourrait lutter contre la pollution de l’air, et… apprendre à mieux se connaître.

Comment ? La plateforme française du covoiturage, c’est bien entendu Covoiturage.fr. Mais il existe bien d’autres sites, par région. Certaines entreprises proposent leur propre service.

5. Je récupère, je réemploie

Pourquoi ? La gestion des déchets sera l’un des grands défis du XXIe siècle. Nous produisons beaucoup, nous jetons trop. Ce problème touche l’alimentaire, mais aussi les objets. Plutôt que de mettre à la benne, on peut faire marcher sa créativité pour réutiliser ou réemployer ces matériaux.

Comment ? Apprendre à réparer votre grille-pain ou votre ordinateur, transformer un t-shirt en sac-à-main ou un chariot en canapé… de nombreux ateliers comme les repair’ cafés vous apprennent à bricoler et à créer à partir de vos vieux objets. Un leitmotiv : nos déchets sont des ressources.

6. Je sème la non-violence

Pourquoi ? Notre société se structure autour de rapports de force souvent très violents. Au niveau politique, économique mais aussi individuel, c’est la loi du plus fort. Alors quelle meilleure forme de résistance que de répondre à la violence par la non-violence ?

Comment ? Ne pas donner de fessées, communiquer de manière non-violente, jeûner, devenir un clown-activiste. À chaque instant, nous pouvons modifier notre relation aux autres et nous jouer des rapports de pouvoir classiques.

7. J’apprends à cuisiner sans viande

Pourquoi ? L’élevage produit 15 % des émissions de gaz à effet de serre. Pourtant, on a du mal à imaginer un repas sans viande. Triste, monotone et sans saveur. Mais l’alimentation végétale peut être variée, équilibrée et originale.

Comment ? En apprenant à faire des rôtis de carottes, des mousselines de lentilles ou des chips d’algues. Les livres de recette pullulent, de même que les sites. Et vous pouvez aussi prendre un cours de gastronomie végétale !

8. J’apprends à coopérer

Pourquoi ? Contre la compétition, prônons la coopération. Aujourd’hui, on gagne parce qu’un autre perd. Et pour faire évoluer les mentalités, mieux vaut commencer tôt. Or notre système éducatif ne favorise pas la coopération. Notes, classement… les enfants sont sans cesse comparés les uns aux autres.

Comment ? Heureusement, la pédagogie alternative propose une approche différente de l’enseignement. Et les jeux coopératifs, où il s’agit de gagner tous ensemble, se développent comme alternative au Monopoly.

9. Je m’engage au niveau local ET global

Pourquoi ? Parce que changer nos gestes quotidiens ne suffira pas à faire pencher la balance du côté de l’écologie. Nous pouvons mettre des éoliennes dans nos jardins… mais s’il reste des centrales nucléaires, l’épée de Damoclès radioactive sera toujours là. Nous pouvons cultiver un potager biologique… mais si la Politique agricole commune ne change pas, l’agriculture intensive restera majoritaire.

Comment ? L’engagement politique, dans un parti, dans un syndicat, une association ou un collectif, reste un bon moyen de peser dans les décisions des puissants. Les causes à défendre ne manqueront pas en 2015 : lutte contre le Tafta, changement climatiqueà vous de choisir et de vous impliquer !

10. Je soutiens Reporterre

Pourquoi ? Parce que l’écologie a besoin d’un média quotidien indépendant et libre. Et parce que pour être indépendant et libre, l’équipe de Reporterre a besoin des dons de ses lecteurs.

Comment ? Par Paypal ou par chèque, sous forme de don mensuel ou ponctuel.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Les articles les plus lus en 2014

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Photos :
. Chapô : Flickr (Thomas Leuthard/CC BY 2.0)
. Slow down : Pixabay (CC0 Public Domain/Kewl)
. Sit-in : Wikipedia (CC BY 2.0/Bartosz Brzezinski)

THEMATIQUE    Quotidien
19 juillet 2019
Contre le G7, arme de séduction massive pour imposer le capitalisme
Tribune
8 juillet 2019
Un grand merci, ami(e)s lectrices et lecteurs ! Reporterre va bien
Édito
20 juillet 2019
En Grèce, les low-tech au secours des migrants
Alternative


Sur les mêmes thèmes       Quotidien





Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)