Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Eau, rivières, océans

Dunes et plages du littoral français de la Méditerranée sont de plus en plus abimés

Les activités humaines mettent en péril la biodiversité exceptionnelle du littoral méditerranéen, selon une étude réalisé par le Comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), l’Office français de la biodiversité et le Muséum national d’histoire naturelle. Sur les neuf écosystèmes qui constituent les cordons dunaires et les rivages sableux de la région, sept ont été évalués comme « en danger » ou « vulnérable ». Cela représente 26 % du littoral méditerranéen français.

Les principaux responsables de la dégradation de ces écosystèmes extrêmement riches sont l’artificialisation du littoral, qui s’intensifie depuis les années 1960, et la surfréquentation touristique. Les dunes blanches sont particulièrement en danger. « Nombre d’entre elles ont disparu au profit d’une urbanisation implantée directement en haut de plage, en particulier sur le littoral du Golfe du Lion », déplorent les auteurs de cette étude. Les dunes restantes sont en majorité accolées à des parkings, routes et autres zones urbaines qui freinent leur progression. « Le piétinement engendré par la fréquentation touristique en période estivale déstabilise également l’organisation des espèces animales et végétales de la dune et accélère l’évacuation du sable par le vent », regrettent les chercheurs.

L’érosion des plages et les passages fréquents d’engins de nettoyage, qui détruisent l’habitat des espèces végétales et animales locales, représentent une menace toute aussi significative pour le littoral méditerranéen. Seules les fruticées méditerranéennes, pour le moment évaluées comme « Préoccupation mineure » par l’UICN, semblent épargnées par les activités humaines. L’organisation de conservation note néanmoins que la situation de cet écosystème pourrait se détériorer dans les années à venir, notamment en raison de l’élévation du niveau de la mer et de la progression des espèces exotiques envahissantes.

-  Source : Comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature

-  Photo : F. Bensettiti / Muséum national d’Histoire naturelle

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende