EN VIDÉO - Les trottinettes électriques, invasion ou révolution ?

Durée de lecture : 1 minute

1er juin 2019 / Loup Barre (Reporterre)

Elles sont près de 15.000 à Paris et ont fleuri dans de nombreuses villes françaises. Les trottinettes électriques en libre service font dorénavant partie du paysage. Mais sont-elles vraiment utiles ? Nuisent-elles à la vie en ville ? Enquête en vidéo.

Venues des États-Unis, les trottinettes électriques sans point d’attache ont fait leur apparition dans le paysage des métropoles françaises en juin 2018. Depuis, elles se multiplient : Paris (15.000 véhicules), Bordeaux, Marseille, Lyon, Toulouse et (bientôt) Tours sont le théâtre des ballets silencieux et plus ou moins respectueux de ces grands jouets. Si les « nouveaux véhicules électriques individuels » facilitent les déplacements, ils encombrent aussi les trottoirs, la chaussée et les pistes cyclables et créent des conflits entre usagers de l’espace public.

L’appétit pour ce nouveau mode de déplacement suscite les convoitises : rien qu’à Paris, dix sociétés différentes proposent ce « service » via des applications mobiles. Elles présentent la trottinette électrique comme une « alternative », un « moyen écologique » et « intelligent » de se déplacer sur des petites distances. D’autres y voient une privatisation de l’espace public, une prime à la vitesse, une marginalisation des piétons… Ces trottinettes partagées posent donc de nombreuses questions : sont-elles écologiques ? quelle place leur faire dans l’espace public ? quelle est leur utilité ?

Pour y voir plus clair, Reporterre s’est entretenu avec Arthur-Louis Jacquier, directeur général de Lime, l’une des sociétés exploitantes ; Cynthia Ghorra-Gobin, directrice de recherche émérite au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) ; Stein Van Osteren, porte-parole du collectif Vélo Île-de-France et Olivier Lambert, militant vélorution Paris Île-de-France.

  • Visionner notre reportage


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Face aux trottinettes électriques, le piéton devient une espèce menacée

Source : Loup Barre pour Reporterre

DOSSIER    Transports

THEMATIQUE    Quotidien
20 juillet 2019
Tour de France : l’équipe Ineos, championne du plastique polluant
Enquête
24 juillet 2019
Greta Thunberg tente de secouer les députés... qui ratifient le Ceta
Info
27 juillet 2019
Compromis ou radicalité, le mouvement écolo cherche sa stratégie
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Transports



Sur les mêmes thèmes       Quotidien





Du même auteur       Loup Barre (Reporterre)