En Bretagne, une pollution de Lactalis a dévasté une rivière

8 septembre 2017 / Julie Lallouët-Geffroy et Kevin Niglaut (Reporterre)



Pendant plusieurs jours, une usine de Lactalis, le numéro un mondial du lait, a rejeté du lactose dans la Seiche. Quatre tonnes de cadavres de poissons ont été ramassées dans cette rivière presque « morte » à cause de cette pollution.

  • Amanlis (Ille-et-Vilaine), reportage

Les lentilles d’eau forment un tapis vert sur la rivière de la Seiche, les oiseaux chantent sous le soleil. Seul un vrombissement perturbe la quiétude de ce coin de campagne, vingt kilomètres au sud de Rennes. La machine qui trouble le chant des oiseaux est la seule trace du drame que connaît la rivière depuis la mi-août : elle y ajoute de l’oxygène, car la rivière en était privée. « La rivière est morte, raconte Jean-Yves, ça fait de la peine de voir ça. » Pêcheur passionné, il a vu son coin favori subir une pollution au lactose : plus de quatre tonnes de cadavres de poissons ont été sorties de l’eau. « Il y a quelques jours ici, on se serait cru dans une série policière, raconte Jérémy Grandière, président de la fédération de pêche d’Ille-et-Vilaine, la route était barrée, trente personnes en combinaison blanche ramassaient à l’épuisette les cadavres. »

Cette machine prélève l’eau de la rivière et l’y renvoie avec de l’oxygène.

En ce samedi matin, les trois Jean — Jean-Yves, Jean-Paul et Jean-Baptiste —, trois copains en short et bottes, viennent regarder leur ancien coin de pêche, sur les berges de la Seiche. « Je pêche depuis que j’ai douze ans, parfois douze heures dans la journée, ça a tendance à agacer ma femme, rigole Jean-Baptiste, avant de s’assombrir. Une pollution comme ça, c’est du jamais-vu, une catastrophe. »

Jean-Yves, Jean-Baptiste et Jean-Paul.

« On a même vu des écrevisses se déplacer vers les champs pour essayer de survivre » 

À huit kilomètres en amont de la rivière, une grille évacue de l’eau en provenance de la station d’épuration du site laitier de Lactalis. Selon la préfecture, la pollution a commencé le 18 août ; selon la direction départementale de la Cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP), c’était le 21 août. Une certitude : un accident s’est produit dans l’usine de Lactalis, du lactose s’est déversé dans la station d’épuration du site, qui a rejeté le tout dans la Seiche. Ce n’est pas une eau claire qui en sortait, mais une eau blanche, chargée de lactose. Et les poissons sont morts en masse. Le seuil à ne pas dépasser pour que la rivière puisse absorber des apports extérieurs est fixé à 45 mg/l ; au pic de la pollution, on a atteint 240 mg/l, selon la DDCSPP. À cela s’ajoute l’alerte sécheresse qui frappe le département depuis le mois de février : le niveau de la rivière est au plus bas et les concentrations d’autant plus fortes.

Le lactose est une matière organique qui consomme de l’oxygène pour se décomposer, au détriment de la faune de la rivière. « Ce sont les gros poissons qui sont morts en premier parce qu’ils ont besoin de plus d’oxygène que les autres, explique Jérémy Grandière. On a même vu des écrevisses se déplacer vers les champs pour essayer de survivre. »

Jérémy Grandière, président de la fédération de pêche d’Ille-et-Vilaine.

Il y a dix ans, l’association de pêche locale, la Gaule d’Amanlis, avait créé une frayère pour permettre aux brochets de se reproduire à l’abri avant de regagner la rivière. « C’est fini ça, il n’y a plus rien, explique Jean-Yves, ça fait mal au cœur, il y avait plein de poissons ici » ; et son comparse Jean-Baptiste d’énumérer sandres, brochets, perches, carpes, brèmes, tanches, gardons, goujons, anguilles, silures.

Une écrevisse fuyant la rivière et trouvée dans un champ.

Le directeur départemental adjoint de la DDCSPP, Gilles Fièvre, assure qu’après une dizaine de jours de pollution, les taux sont redevenus normaux, qu’il s’agisse de la teneur en oxygène ou de la concentration de résidus de lactose. « Nous allons bientôt autoriser Lactalis à reprendre ses activités normalement », explique le fonctionnaire. Pour parvenir à ce résultat, il aura fallu augmenter le niveau d’eau de la rivière en l’alimentant avec l’étang voisin de Marcillé-Robert, réoxygéner la rivière et serrer le robinet de la station d’épuration de Lactalis, qui ne pouvait plus rejeter 3.000 m³ d’eau par jour, mais 700.

« Nous voulons des garanties pour qu’il n’y ait pas un nouvel accident » 

La Fédération de pêche d’Ille-et-Vilaine ainsi que les associations Eaux et rivières de Bretagne et Vitré Tuvalu ont porté plainte contre Lactalis. La préfecture assure qu’un procès-verbal pour non-respect du code de l’environnement sera rédigé puis transmis à la justice. Mais selon les associations, Lactalis, numéro un mondial du lait dont le siège se trouve en Mayenne, à 60 kilomètres d’Amanlis, a tardé à réagir. L’accident dans l’usine a eu lieu le 18 ou le 21 août, et ce n’est que le 25 que les poissons morts ont commencé à être récupérés. « On aurait pu agir bien avant, limiter la mortalité, mais non, il a fallu attendre près d’une semaine avant que Lactalis et la préfecture réagissent, raconte le président de la fédération de la pêche, mais une fois qu’ils ont réagi, ils ont été très professionnels », concède-t-il.

Pendant les opérations de ramassage des poissons morts.

Lactalis a déjà reconnu sa responsabilité dans cet incident qui a causé la mort de centaines de poissons ; mais pour les associations, il faut que cette catastrophe ne puisse plus se reproduire. « Nous voulons des garanties pour qu’il n’y ait pas un nouvel accident, explique Jérémy Grandière, pour que les entreprises et la préfecture soient plus réactives. On aurait sans aucun doute pu éviter que la pollution s’étende sur huit kilomètres et qu’elle tue autant de poissons. »

Plus de quatre tonnes de poissons morts ont déjà été ramassés, quatre fois plus seraient en décomposition au fond de la rivière.

Dès que l’on demande aux habitués de la rivière comment se comporte cet imposant voisin du haut de ses 17,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires et dont le patron, Emmanuel Besnier, n’est autre que la 8e fortune française, la parole se scelle, le micro doit s’éteindre.

« Ce n’est pas fini, ce n’est pas un retour à la normale » 

Il faut dire que dans toute négociation, qu’il s’agisse de la gestion d’une pollution ou du prix d’achat de la tonne de lait, il faut que le rapport de force penche en sa faveur. Et Lactalis sait y faire, comme l’été dernier, lorsque les producteurs de lait ont bataillé pour être mieux payés. Ainsi, sur les huit kilomètres de rivière atteinte par la pollution, des mesures et prélèvements sont effectués par les services de l’État, mais aussi par des agents diligentés par Lactalis, accompagnés à chaque fois d’un huissier. Chacun prépare ses cartouches avant que la bataille juridique ne commence.

Lactalis a fait appel à un sous-traitant, l’entreprise Triadis, filiale de Séché environnement, pour collecter les poissons morts.

« On a peut-être ramassé quatre tonnes de cadavres, mais ce n’est pas fini, ce n’est pas un retour à la normale, assène Jérémy Grandière, le président de la fédération de pêche départementale. Le fond de la rivière est tapissé de poissons en putréfaction et on ne peut pas les ramasser. L’autre jour, j’ai vomi quand l’entreprise a essayé de ramasser une carpe. Elle se décomposait et passait entre les mailles de l’épuisette ; en la remontant, elle a explosé. Triadis, l’entreprise qui nettoie la rivière et qui est payée par Lactalis, estime entre 15 et 20 tonnes la quantité totale de poissons morts.  » Pour se décomposer, les dépouilles ont besoin d’oxygène, au détriment des quelques rares poissons survivants.

Un inspecteur de l’environnement mesure l’état de la Seiche.

Un peu abattu, Jean-Yves réfléchit à l’étape d’après : « Maintenant, il va falloir remettre du poisson dans la rivière, mais il faudra attendre février ou mars. » « La nature s’en remettra, mais il faudra attendre, deux ans peut-être », philosophe Jean-Baptiste, avant que Jean-Paul repère des frétillements à la surface de l’eau : « Il y a quelques alevins là. » Petits, ces poissons ont besoin de peu d’oxygène et sont parvenus à survivre jusqu’aujourd’hui. Une lueur de vie dans la Seiche qui ne donne pas pour autant le sourire à Jérémy Grandière. « Nous avons trouvé des ragondins morts, alors qu’ils peuvent respirer dans l’eau et à terre. Nous ne savons pas pourquoi ils sont morts et attendons les résultats d’analyse pour être sûrs que ces décès ne cachent pas un autre problème. »

La Seiche, recouverte de lentilles d’eau, un phénomène naturel et habituel en cette saison.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Du microplastique dans nos rivières, un phénomène méconnu, mais inquiétant

Source : Julie Lallouët-Geffroy pour Reporterre

Photos : © Kevin Niglaut /Reporterre
. chapô : la grille d’évacuation de la station d’épuration de l’usine Lactalis, point de départ de la pollution.
. opération de ramassage, poissons morts et écrevisse : DR

THEMATIQUE    Agriculture Pollutions
22 septembre 2017
Fermes d’avenir, des petites fermes aux grandes ambitions
Alternative
21 septembre 2017
Bure : « En Meuse, nous vivons sous occupation militaire »
Tribune
22 septembre 2017
Les femmes restent exclues de la politique
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Agriculture Pollutions