En Chine, un comité officiel est favorable à la culture du riz transgénique

Durée de lecture : 1 minute

29 novembre 2009 / Greenpeace


En Chine, le Comité de biosécurité vient de rendre un avis positif relatif à la culture de riz transgénique. Greenpeace demande au gouvernement chinois de renoncer à autoriser la culture commerciale de riz OGM sur son territoire.

Une telle autorisation mettrait en péril l’alimentation de base de la Chine, le pays le plus peuplé au monde. Si le gouvernement chinois décidait de suivre la recommandation du Comité de biosécurité, la Chine deviendrait le tout premier pays à cultiver commercialement du riz génétiquement modifié.

« La commercialisation du riz GM est une menace très sérieuse pour la sécurité alimentaire de ce pays car la plupart des brevets des semences transgéniques sont détenues par des multinationales étrangères », explique Lorena Luo, en charge de la campagne Agriculture durable de Greenpeace en Chine.

Aucun pays au monde n’a encore pris le risque de cultiver commercialement du riz génétiquement modifié. Et pourtant, Greenpeace l’a déjà signalé à plusieurs reprises, il y a déjà eu des cas de contamination du riz conventionnel par des essais de riz chinois et américain. En 2005, des tests sur des échantillons de produits élaborés à base de riz vendus dans les magasins d’alimentation asiatique, dont Tang Frères en France, avaient révélé la présence de riz illégal dans leur composition.

« Comment le gouvernement chinois pourrait-il faire face aux risques qu’implique une culture à grande échelle alors qu’il n’a pas été en mesure d’interdire les cultures illégales de riz transgénique ? La Chine doit suivre la voie de la raison et renoncer à ses ambitions au nom du principe de précaution », conclut Rachel Dujardin, chargée de la campagne OGM de Greenpeace en France.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://ogm.greenpeace.fr/greenpeace...

Ecouter aussi La culture d’OGM augmente la consommation de pesticides http://www.reporterre.net/spip.php?...

DOSSIER    Chine

27 juillet 2019
Voiture reine, magasins à perte de vue... Bienvenue à la zone commerciale géante de Plan-de-Campagne
Reportage
6 juillet 2019
Reporterre sur Radio Suisse : Amazon, ça suffit
Hors les murs
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Chine





Du même auteur       Greenpeace