Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre ce mois-ci.

Objectif de 12 000 donateurs

Soutenir Reporterre

En bref — Inondations

En Égypte, une vague de scorpions suite aux pluies diluviennes

Un scorpion de l'espèce Androctonus crassicauda.

Quatre morts, 106 maisons emportées et plus de 300 endommagées, des zones entières privées d’eau et d’électricité. Tel était le bilan mardi 16 novembre des pluies diluviennes, de la grêle et des tempêtes de poussière qui ont dévasté la province d’Assouan, à 650 kilomètres au sud du Caire en Égypte, établi par le ministère de la Santé égyptien.

En outre, les inondations ont poussé des nuées de scorpions venimeux Androctonus crassicauda (« tueur d’hommes ») à quitter les montagnes pour se réfugier dans les maisons. Ce scorpion, dont le venin peut tuer un adulte en moins d’une heure, est considéré comme l’un des plus dangereux au monde. Plus de 500 personnes ont été piquées à Assouan, selon un communiqué du gouverneur cité par le média égyptien indépendant Mada Masr (en anglais). Selon les médias d’État, 3 personnes sont mortes et plus de 400 ont été hospitalisées dans le gouvernorat pour recevoir un traitement antivenimeux après avoir été piquées par ces arachnides en panique, indique Al-Jazeera (en anglais). Toutefois, le ministre de la Santé par intérim, Khalid Abdel-Ghaffar, a déclaré dans un communiqué qu’aucun décès n’avait été signalé à la suite de ces piqûres.

Dans la nuit du vendredi 12 au samedi 13 novembre, 8 millions de mètres cubes d’eau se sont abattus en 55 minutes sur ce territoire. « Cela faisait onze ans qu’on n’avait pas enregistré une telle quantité de pluie et cela découle du changement climatique », a déclaré mardi 16 novembre Khaled Qassem, du ministère du Développement local.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende