En Espagne, Podemos s’est imposé comme le troisième parti

Durée de lecture : 1 minute

21 décembre 2015



Les élections du 20 décembre en Espagne ont vu l’irruption de Podemos, « le parti des Indignés », qui bouscule la gestion PP-PSOE en vigueur depuis trente ans. Voici nos enquêtes pour aider à comprendre ce qui s’est passé.

Lors des élections législatives en Espagne, dimanche 20 décembre, le parti né des Indignés, Podemos, a recueilli 20,62 % des voix (5,18 millions d’électeurs), soit 69 des 350 sièges du futur Congrès des députés. C’est une percée cruciale pour un parti qui avait obtenu 8 % aux européennes de mai 2014. Il devient le troisième parti d’Espagne.

Les deux partis dominants, conservateurs du Parti populaire (PP) et socialistes du PSOE n’ont recueilli que 50,7 % des voix exprimés le 20 décembre. Le PP vire en tête (28,7 %) devant le PSOE (22 %), mais n’a pas la majorité au Parlement.

Voici les reportages que nous avons réalisés pour comprendre ce qui s’est passé :


- Podemos a cristallisé la révolte contre les élites

- La surprenante activité de Podemos dans des campagnes à l’abandon

- En Espagne, la campagne électorale oublie l’écologie

- En Espagne, les citoyens font plier les banques... parce qu’ils agissent ensemble

- À Barcelone, la liste citoyenne et écolo est arrivée en tête des élections





Photo : © Vladimir Slonska-Malvaud/Leska Presse/Reporterre

THEMATIQUE    International
5 octobre 2020
La plus grande action jamais menée en France contre le trafic aérien
Reportage
23 octobre 2020
En Côte d’Ivoire, la bio-architecture, solution face au tout-béton ?
Reportage
23 octobre 2020
Quand Macron enfourche un triton contre la réintoxication du monde
Tribune


Sur les mêmes thèmes       International