En Espagne, Podemos s’est imposé comme le troisième parti

Durée de lecture : 1 minute

21 décembre 2015

Les élections du 20 décembre en Espagne ont vu l’irruption de Podemos, « le parti des Indignés », qui bouscule la gestion PP-PSOE en vigueur depuis trente ans. Voici nos enquêtes pour aider à comprendre ce qui s’est passé.

Lors des élections législatives en Espagne, dimanche 20 décembre, le parti né des Indignés, Podemos, a recueilli 20,62 % des voix (5,18 millions d’électeurs), soit 69 des 350 sièges du futur Congrès des députés. C’est une percée cruciale pour un parti qui avait obtenu 8 % aux européennes de mai 2014. Il devient le troisième parti d’Espagne.

Les deux partis dominants, conservateurs du Parti populaire (PP) et socialistes du PSOE n’ont recueilli que 50,7 % des voix exprimés le 20 décembre. Le PP vire en tête (28,7 %) devant le PSOE (22 %), mais n’a pas la majorité au Parlement.

Voici les reportages que nous avons réalisés pour comprendre ce qui s’est passé :


- Podemos a cristallisé la révolte contre les élites

- La surprenante activité de Podemos dans des campagnes à l’abandon

- En Espagne, la campagne électorale oublie l’écologie

- En Espagne, les citoyens font plier les banques... parce qu’ils agissent ensemble

- À Barcelone, la liste citoyenne et écolo est arrivée en tête des élections


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Photo : © Vladimir Slonska-Malvaud/Leska Presse/Reporterre

THEMATIQUE    International
9 juillet 2019
Ceux qui aiment le raisonnement scientifique devraient être pour l’homéopathie
Tribune
17 juillet 2019
Trois raisons de refuser le Ceta
Tribune
17 juillet 2019
La ratification du Ceta divise les députés, même dans la majorité
Info


Sur les mêmes thèmes       International