En vidéo, un an d’occupation du bois Lejuc contre la poubelle nucléaire

Durée de lecture : 1 minute

23 juin 2017 / Sébastien Bonetti (Reporterre)

À cheval sur la Meuse et la Haute-Marne, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs entend construire un centre d’enfouissement des déchets radioactifs, dit Cigéo. Il y a un an, des militants antinucléaires investissaient un point stratégique de ce projet, le bois Lejuc. Reporterre raconte en video cette année d’occupation.

  • Bois Lejuc (Meuse), reportage

Le bois Lejuc, dans la commune meusienne de Mandre-en-Barrois, voisine de celle de Bure, est une zone stratégique du projet d’enfouissement des déchets de l’Andra. Au début de l’été 2016, des militants antinucléaires l’ont occupé, avant d’en être expulsés, puis d’y revenir au cours d’un été de grande mobilisation. Entre rebondissements juridiques et aléas policiers, les « hiboux de Bure » vivent toujours dans les arbres.

Dès le premier jour, les occupants ont construit des cabanes, des barricades et planté des potagers dans le but de s’installer durablement dans un lieu devenu depuis le point de ralliement du mouvement contre la « poubelle nucléaire ».

C’est une partie de cette année d’occupation que vous raconte Reporterre, alors que les « hiboux » du bois Lejuc célèbrent, jusqu’au 26 juin, leur premier anniversaire par un « goûter interminable » au cœur du bois (Infos ici).

VOIR LA VIDEO :


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Le tribunal de Nancy donne le feu vert à la cession du bois Lejuc à l’Andra

Source et vidéo : Sébastien Bonetti pour Reporterre

DOSSIER    Déchets nucléaires

12 novembre 2019
Près d’Orléans, les citoyens défendent la forêt contre les bulldozers
13 novembre 2019
Angélique Huguin : « Je continue de lutter parce que c’est une manière de rester debout »
12 novembre 2019
Pour les jeunes des centres sociaux, « la nature parle mais les hommes ne l’écoutent pas »


Dans les mêmes dossiers       Déchets nucléaires





Du même auteur       Sébastien Bonetti (Reporterre)