Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Ukraine

Essence : baisser les taxes profite surtout aux riches

Illustration.

Réduire les taxes sur les carburants pour soutenir les conducteurs face à l’envolée des prix causée par la guerre en Ukraine ? Cette mesure profite surtout aux plus riches, alerte une étude de l’ONG Transport & Environment publiée mardi 22 mars.

« Les 10 % d’automobilistes les plus riches recevront en moyenne huit fois plus de réductions de taxes sur le carburant que les plus pauvres, car ils consomment beaucoup plus de carburant », indique l’ONG dans son communiqué. Selon elle, les automobilistes les plus riches conduisent davantage, souvent seuls, et avec des véhicules plus grands et plus polluants. « Par exemple, une réduction de 15 % des taxes sur le carburant sur six mois réduira la facture d’un conducteur de BMW X5 de 300 euros, contre 85 euros pour un conducteur de Citroën C3. » En outre, cette mesure coûterait cher — quelque 9 milliards d’euros — aux contribuables européens.

Quatorze des vingt-sept États-membres de l’Union européenne ont pourtant opté pour cette baisse de taxes sur les carburants, selon la cartographie de l’ONG. La France, elle, n’a pas choisi de baisser cette contribution, mais promis une remise à la pompe de 15 centimes par litre de carburant à partir d’avril pour quatre mois. Mercredi 16 mars, le Premier ministre Jean Castex a annoncé que cette mesure serait étendue au gaz naturel pour véhicules (GNV) et au gaz de pétrole liquéfié (GPL) dans le cadre du « plan de résilience » du gouvernement.

Transport & Environment conseille plutôt d’aider les gens à se passer de leur voiture. « Les gouvernements devraient accorder le droit au travail à domicile et réduire temporairement les tarifs des transports publics », préconise ainsi Griffin Carpenter, analyste automobile pour l’ONG. Autre possibilité, mieux cibler les ménages modestes via des baisses de l’impôt sur le revenu, l’augmentation des allocations de mobilité ou des chèques adressés aux plus démunis.

« Il faudrait plutôt réduire les tarifs des transports publics »

Dans la même logique, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a publié vendredi 18 mars un plan de dix « actions-clés » pour la réduction de la consommation de carburants. Parmi elles, réduire d’au moins 10 kilomètres/heure la vitesse maximale autorisée sur autoroute — 290 000 barils de pétrole économisés chaque jour dans le monde, et 140 000 barils supplémentaires en appliquant la même mesure aux poids-lourds —, instaurer jusqu’à trois jours de télétravail par semaine — 107 000 barils de pétrole économisés par jour de télétravail —, ainsi que des dimanches sans voiture dans les grandes villes — 380 000 barils économisés si cette mesure était appliquée tous les dimanches. Si les dix mesures étaient immédiatement mises en œuvre, c’est jusqu’à 2,7 millions de barils qui pourraient être économisés chaque jour les quatre prochains mois — autant que le pétrole nécessaire au parc automobile chinois.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende