Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Eau et rivières

Exceptionnel, du corail a été découvert en bonne santé

Récif de corail (photo d'illustration).

Un signal encourageant dans un océan de mauvaises nouvelles. Une équipe de scientifiques a découvert, fin novembre, un récif de corail en bonne santé à plus de 30 mètres de profondeur. Il s’agit d’une découverte « très inhabituelle », a déclaré dans un communiqué l’Unesco, l’un des soutiens de cette mission scientifique. Alors que de nombreux récifs ont été victimes d’épisodes de blanchiment au cours des dernières années, ces coraux en forme de rose, situés au large de Tahiti, ont été retrouvés dans un état « impeccable ». Ils s’étendent sur une zone de 3 kilomètres de long, entre 35 et 70 mètres sous la surface de l’eau. Il s’agit de l’un des plus grands récifs coralliens au monde à se trouver à une telle profondeur, selon l’Unesco.

Environ 200 heures de plongées ont été nécessaires aux scientifiques pour étudier ce récif. Ils souhaitent notamment comprendre les raisons de son état de santé exceptionnel. Le changement climatique et l’acidification des océans supplicient en effet les coraux. Une récente étude de l’université de Barcelone montre par exemple que la vague de chaleur de 2003 a décimé jusqu’à 93 % des coraux rouges méditerranéens. Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), les récifs coralliens pourraient totalement disparaître en cas de réchauffement global de 2 °C . Si l’humanité parvient à le limiter à 1.5 °C, ils déclineraient tout de même de 70 à 90 %.

Comprendre pourquoi ces coraux tahitiens ne présentent ni signes de stress ni de maladie est donc crucial. L’Unesco se dit « au début d’un programme de surveillance » qu’il espère pouvoir mener « à long terme ». Des capteurs de température ont notamment été déposés dans la zone. « L’état des connaissances des océans est encore limité, avec seuls 20 % des fonds marins de la planète [...] cartographiés », rappelle l’Unesco.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende