Exclusif : La carte des projets de centres commerciaux bétonneurs

Durée de lecture : 1 minute

11 juin 2016 / Marie Astier et Estelle Pereira (Reporterre)

Alors que les projets de centres commerciaux géants se multiplient grâce à une législation laxiste, des associations se dressent pour refuser la destruction des centre-villes et des espaces naturels. Voici la carte de ces projets et des luttes qui les contestent.

Plus de 2 millions de mètres carrés de centres commerciaux sont autorisés en France chaque année. Les projets se multiplient, dans une folle course au gigantisme, il ne s’agit plus seulement d’inciter le consommateur à acheter, mais de l’occuper dans des zones de loisirs et galeries de magasins. Les promoteurs vantent les créations d’emploi et le renforcement de l’attractivité des territoires qui accueillent ces projets. Mais la plupart d’entre eux s’implantent à la périphérie des centres urbains, sur des terres à l’origine agricoles, et détruisent des emplois en ville. Partout sur le territoire, des associations dénoncent « les atteintes sociales, économiques et environnementales » et se battent contre ces projets. Samedi 11 juin, elles organisent une mobilisation nationale au mot d’ordre « Des terres, pas d’hyper ». « Nous voulons préserver nos commerces de proximité, la vitalité de nos centre-villes, nos espaces naturels et agricoles péri-urbains, notre climat, nos emplois, et dénoncer l’optimisation fiscale que nombre de ces grands groupes pratiquent », écrivent-elles.

À Reporterre, nous avons suivi la multiplication de ces projets et des luttes qui les contestent. Nous les regroupons sur une carte, que nous actualiserons.

La carte ne s’affiche pas dans cet article pour certains navigateurs. CLIQUER ICI POUR VOIR LA CARTE EN PLEIN ECRAN

See full screen


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : « La France est saturée de centres commerciaux »

Source : Marie Astier et Estelle Pereira pour Reporterre

Carte : © Marie Astier et Estelle Pereira/Reporterre avec Openstreetmap

THEMATIQUE    Économie
16 octobre 2019
L’accès à l’eau, enjeu de la guerre turque en Syrie
Tribune
15 octobre 2019
L’étrange victoire d’Extinction Rebellion
Édito
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage


Sur les mêmes thèmes       Économie