Exclusif : La carte des projets de centres commerciaux bétonneurs

Durée de lecture : 1 minute

11 juin 2016 / Marie Astier et Estelle Pereira (Reporterre)

Alors que les projets de centres commerciaux géants se multiplient grâce à une législation laxiste, des associations se dressent pour refuser la destruction des centre-villes et des espaces naturels. Voici la carte de ces projets et des luttes qui les contestent.

Plus de 2 millions de mètres carrés de centres commerciaux sont autorisés en France chaque année. Les projets se multiplient, dans une folle course au gigantisme, il ne s’agit plus seulement d’inciter le consommateur à acheter, mais de l’occuper dans des zones de loisirs et galeries de magasins. Les promoteurs vantent les créations d’emploi et le renforcement de l’attractivité des territoires qui accueillent ces projets. Mais la plupart d’entre eux s’implantent à la périphérie des centres urbains, sur des terres à l’origine agricoles, et détruisent des emplois en ville. Partout sur le territoire, des associations dénoncent « les atteintes sociales, économiques et environnementales » et se battent contre ces projets. Samedi 11 juin, elles organisent une mobilisation nationale au mot d’ordre « Des terres, pas d’hyper ». « Nous voulons préserver nos commerces de proximité, la vitalité de nos centre-villes, nos espaces naturels et agricoles péri-urbains, notre climat, nos emplois, et dénoncer l’optimisation fiscale que nombre de ces grands groupes pratiquent », écrivent-elles.

À Reporterre, nous avons suivi la multiplication de ces projets et des luttes qui les contestent. Nous les regroupons sur une carte, que nous actualiserons.

La carte ne s’affiche pas dans cet article pour certains navigateurs. CLIQUER ICI POUR VOIR LA CARTE EN PLEIN ECRAN

See full screen


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : « La France est saturée de centres commerciaux »

Source : Marie Astier et Estelle Pereira pour Reporterre

Carte : © Marie Astier et Estelle Pereira/Reporterre avec Openstreetmap

THEMATIQUE    Économie
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
3 juillet 2019
Ceta, Mercosur : les accords de libre-échange donnent le pouvoir aux multinationales
Info
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative


Sur les mêmes thèmes       Économie