Face à la pénurie de logements, le gouvernement détruit les maisons

Durée de lecture : 2 minutes

17 octobre 2012 / Coordination des Opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Pénurie de logements, crise écologique... : l’Etat détruit pourtant des maisons habitables dans le bocage de Notre-Dame-des-Landes !


La Coordination des Opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (45 associations, partis politiques, syndicats et collectifs) est absolument révoltée et scandalisée par ce qui se passe actuellement sur le site prévu pour construire l’aéroport inutile dit « du grand Ouest » porté par l’ex-maire de Nantes aujourd’hui Premier Ministre.

Indignation légitime, devant le passage en force que constituent les expulsions des habitants de la ZAD qui maintenaient une vie riche en échanges et solidarité (à défaut de capitaux) sur ce secteur.

Rien ne peut justifier cette urgence à vider la zone : il n’y a pas de travaux prévu sur ces lieux avant des mois.

Rien ne peut justifier l’ignominie que constitue la destruction - à deux semaines de la trêve hivernale - de logements habitables (et habités).

Rien ne peut justifier de jeter à la rue des personnes qui ont choisi de contester un mode de vie à l’origine des crises économique et écologique que nous traversons actuellement, et d’agir en conformité avec leurs opinions.

Rien ne peut justifier la répression policière disproportionnée (plus de 500 gardes mobiles ou CRS, 2 hélicoptères...) pour un projet en partie privé au profit d’une multinationale (VINCI) qui fait des milliards de bénéfices.

Plus généralement, rien ne peut justifier le gaspillage de millions (voire de milliards) d’euros en plein crise économique pour un 146e aéroport en France (quand l’Allemagne en dispose du tiers et le Royaume Uni du quart), ni le saccage de terres agricoles de proximité.

D’autant que des recours juridiques sont en cours et que d’autres seront lancés dans les semaines et les mois qui viennent pour arrêter cette machine infernale que constitue ce projet d’aéroport toujours plus nuisible, inutile, gaspilleur.

L’Etat et AGO/Vinci n’ayant toujours pas expliqué clairement comment ils allaient remplir correctement leurs obligations légales en terme de respect de la loi sur l’eau dans ce bocage à 98% humide, ces recours devraient purement et simplement conduire à l’abandon du projet.

Ce matin 17 octobre, la Coordination a demandé en urgence à rencontrer le Préfet des Pays de Loire M Christian de Lavernée pour un entretien sur la situation sur le terrain de Notre-Dame-des-Landes et la démolition des maisons.

L’opposition au projet de nouvel aéroport à Notre Dame des Landes ne faiblit pas bien au contraire et se montre plus déterminée que jamais à dénoncer la pression policière disproportionnée sur les militants et à demander l’arrêt de ce projet dévastateur.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Acipa

Lire aussi : Récit de la transition écologique selon M. Hollande - mercredi 17 octobre

DOSSIER    Habitat

20 novembre 2019
« Face au catastrophisme, c’est à partir du local qu’on aura du positif »
21 novembre 2019
Il faut décoloniser l’écologie
20 novembre 2019
Dans sa ferme, Anita prend soin des chèvres... et des humains


Dans les mêmes dossiers       Habitat