Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Climat

Face au changement climatique, les engagements étatiques sont insuffisants, dit l’ONU

Les engagements et les actions étatiques actuelles ne sont pas à la hauteur pour limiter une hausse des températures mondiales à 1,5 voire 2°C par rapport à l’ère pré-industrielle. C’est le constat dressé dans un rapport publié ce mardi 27 novembre 2018 par le Programme des nations unies pour l’environnement (PNUE).

A six jours de la COP24 en Pologne, le PNUE a dévoilé son neuvième rapport annuel sur l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). L’équipe internationale mobilisée, composée d’éminents scientifiques, s’est appuyée sur des publications récentes – comme le dernier rapport spécial du GIEC - reflétant l’état du consensus scientifique.

Résultat : les engagements actuels pris par chaque pays, exprimés dans les Contributions déterminées au niveau national (CDN), sont insuffisants pour combler l’écart avec les émissions mondiales souhaitées à l’horizon 2030. Pour les auteurs du rapport, il est techniquement encore possible de combler l’écart pour s’assurer que le réchauffement climatique reste bien en deçà de 2°C et 1,5°C, mais si les ambitions des CDN et les actions ne sont pas augmentées avant 2030, le dépassement de l’objectif de 1,5°C ne pourra plus être évité. Un effort urgent et sans précédent s’impose, alors que les émissions mondiales de CO2 ont augmenté de 2 %, en 2017, après trois années de stagnation. Les émissions mondiales de GES en 2030 doivent être inférieures d’environ 55 % à celles de 2017 pour que le monde chemine sur la voie la moins coûteuse d’un réchauffement planétaire à 1,5°C.

« Le but de ce rapport c’est avant tout de dénoncer une tendance globale inquiétante, explique Kurt Van Dender à Reporterre, l’un des auteurs principaux du rapport et chef d’unité sur les taxes environnementales à l’OCDE. A tous les niveaux, dans le contexte actuel, chaque décision politique doit désormais être cohérente avec les logiques climatiques, avec les objectifs fixés par l’Accord de Paris. »

Source : Reporterre.

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende