Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Politique

Fillon et Juppé, deux programmes contre l’écologie

Que disent François Fillon et Alain Juppé sur l’environnement ? S’ils en ont peu parlé durant leur campagne, ils ont bien un programme sur le sujet. Terriblement régressif, même si Juppé... l’est un peu moins.

La primaire de la droite, à laquelle ont participé plus de 4 millions de personnes dimanche 20 novembre, et qui a vu François Fillon (44 %) se placer en tête au premier tour devant Alain Juppé (28,5 %) et Nicolas Sarkozy (20,6 %), éliminé, aura brillé par la quasi-absence de l’écologie comme thème de campagne. Ou alors sur un mode extrêmement rétrograde : le ton avait très vite été donné avec la saillie climatosceptique de Nicolas Sarkozy : « Cela fait 4,5 milliards d’années que le climat change » déclarait à la mi-septembre l’ex-président de la République. Seule à tenter de faire exister ces problématiques, Nathalie Kosciusko-Morizet termine à la quatrième place, avec seulement 2,6 % des voix.

Cela ne veut pas dire que les candidats n’ont pas de programme environnemental. Mais il est terriblement régressif.

Fillon : en arrière toute !

François Fillon lors d’une réunion publique à Bordeaux, le 3 mai 2012.
  • En ce qui concerne les organismes génétiquement modifiés (OGM), le député de Paris s’était montré clair, lors d’une tribune adressée aux agriculteurs et publiée sur le site professionnel Wikiagri : « Osons relancer les recherches qui ont été interrompues au nom du principe de précaution, notamment en génétique », avant de souhaiter faire de la France le « leader en Agriculture 3.0 ».
  • Quant à l’agriculture, elle serait « au bord de ‘‘l’overdose normative’’ », pour laquelle François Fillon propose « d’abroger par ordonnances toutes les normes ajoutées aux textes européens ».
  • M. Fillon veut aussi tout simplement supprimer de la Constitution le principe de précaution où il est inscrit depuis 2005, le jugeant « dévoyé et arbitraire ».

Juppé : moins pire, mais pas franchement différent

Alain Juppé lors d’une réunion publique à Bordeaux, le 3 mai 2012.
  • Un désaccord symptomatique de deux approches différentes sur l’écologie : là où François Fillon peine à désavouer son ancien président sur ses relents climatosceptiques, jugeant comme « une évidence » que l’homme n’est pas le seul responsable du réchauffement climatique, Alain Juppé évoque sans barguigner « les conséquences (…) désastreuses » du réchauffement climatique : « Montée des eaux, disparition d’Etats entiers, déplacements massifs de populations, conflits pour l’accès aux ressources, pics de pollution atmosphérique ‘‘jamais atteints’’ » énumère-t-il dans Cinq ans pour l’emploi, l’un des seuls livres programmatiques de la droite à évoquer le sujet.

Une semaine avant le premier tour de la primaire, l’ancien ministre éphémère de l’Environnement en 2007 avait prophétisé une remontée d’intérêt pour l’écologie : « La question environnementale sera au rendez-vous de l’élection présidentielle de 2017 ». Il était fort du soutien de quelques écologistes qui ont publiquement appelé à voter Alain Juppé dans Le Journal du Dimanche.

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende