Forte mobilisation contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Durée de lecture : 2 minutes

26 mars 2012 / Le Télégramme

Plusieurs milliers de personnes - entre 3.000 et 10.000 selon les sources - ont manifesté, samedi après-midi à Nantes, contre le projet de nouvel aéroport de Notre-Dame-des-Landes.


Devant une reconstitution en terre, arbres et végétaux d’un « coin de bocage », avec vaches et chevaux, les organisateurs de toutes obédiences, autant agriculteurs qu’écologistes ou anarchistes, ont parlé sur une même tribune, pour demander l’arrêt du projet d’aéroport et de tous les « grands projets inutiles ». « C’est une réussite, on attendait une mobilisation, un soutien, et on l’a eu », a estimé Dominique Fresneau, porte-parole du collectif des organisateurs de la manifestation.

Mais, comme le craignaient les organisateurs et les pouvoirs publics, à la suite des appels lancés ces derniers jours pour former « un cortège anticapitaliste » en marge de ce rassemblement, des débordements se sont produits en fin de manifestation.

Après la dissolution du cortège, un important feu de palettes avec de nombreux pétards a été allumé à 18 h par des jeunes anarchistes. S’en sont suivis des jets de projectiles en direction des forces de l’ordre qui ont répliqué.

Vers 19h, plusieurs dizaines de véhicules de police et de gendarmerie et plus d’un millier d’hommes ont chargé les centaines de jeunes fauteurs de troubles, faisant usage de lacrymogènes. En début de soirée, tous, les groupes étaient dispersés selon la préfecture, mais les forces de l’ordre restaient vigilantes.

Selon la préfecture, sept personnes ont été interpellées et cinq placées en garde à vue. Trois d’entre elles ont été remises en liberté, sans menace de poursuites, indique Presse Océan. Les deux autres devraient comparaître dans le cadre d’une procédure en comparution immédiate ce lundi après-midi. Agées d’une vingtaine d’années, inconnues des services de police, elles sont poursuivies pour "violences sur les forces de l’ordre".

Deux blessés légers ont été enregistrés, l’un chez les forces de l’ordre, l’autre chez les manifestants.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Le Télégramme

Lire aussi : François Hollande vers un moratoire sur Notre Dame des Landes

DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
19 septembre 2019
En France, une sécheresse qui n’en finit pas
Info


Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes





Du même auteur       Le Télégramme